Journal des armes spéciales et de l'état-major

Front Cover
J.Corréard., 1848 - Military art and science

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 320 - Il s'informait avec soin de la valeur des terres, de ce qu'elles rapportaient, de la manière de les cultiver, des facultés des paysans, de leur nombre, de ce qui faisait leur nourriture ordi...
Page 344 - ... au menu peuple, qui ne peut faire aucune salaison de viande pour son usage, faute de sel. Il n'ya point de ménage qui ne puisse nourrir un cochon, ce qu'il ne fait pas, parce qu'il n'a pas de quoi avoir pour le saler ; ils ne salent même leur pot qu'à demi et souvent point du tout.
Page 316 - point de compliment sur la prise de Philisbourg ; vous « aviez une bonne armée, des bombes, du canon, et « Vauban. Je ne vous en fais point aussi sur ce que vous « êtes brave : c'est une vertu héréditaire dans votre « maison ; mais je me réjouis avec vous de ce que vous «êtes libéral, généreux, humain, et faisant valoir les « services de ceux qui font bien : voilà sur quoi je vous
Page 213 - Les principes de César ont été les mêmes que ceux d'Alexandre et d'Annibal : tenir ses forces réunies , n'être vulnérable sur aucun point , se porter avec rapidité sur les points importants, s'en rapporter aux moyens moraux, à la réputation de ses armes, à la crainte qu'il inspirait, et aussi aux moyens politiques pour maintenir dans la fidélité ses alliés, et dans l'obéissance les peuples conquis.
Page 350 - Croyés que je vous y ay bien désiré. Le cardinal nous vint voir fort furieusement, mais il s'en est retourné fort honteusement. J'espère jeudy prochain...
Page 356 - Mais c'est un événement étonnant que cette marche oblique de l'armée française , combinée de telle manière, que l'armée prussienne constamment débordée pendant une retraite de deux cents lieues , de Hof à Stettin , n'arrivât à l'Oder que le jour même où ce fleuve était occupé , fût détruite ou prise jusqu'au dernier homme, et qu'en un mois le roi d'une grande monarchie, le second successeur du grand Frédéric , se vît sans soldats et sans États ! C'est, disons-nous, un événement...
Page 334 - La bataille de Leuthen est un chef-d'œuvre de mouvements, de manœuvres et de résolution ; seule elle suffirait pour immortaliser Frédéric et lui donner rang parmi les plus grands généraux.
Page 344 - Il n'ya point de me« nage qui ne puisse nourrir un cochon , ce qu'il ne « fait pas parce qu'il n'a pas de quoi avoir pour le « saler. Ils ne salent même leur pot qu'à demi,
Page 131 - La première qualité d'un général en chef est d'avoir une tête froide, qui reçoive des impressions justes des objets, qui ne s'échauffe jamais, ne se laisse pas éblouir, enivrer par les bonnes ou mauvaises nouvelles; que les sensations successives ou simultanées qu'il reçoit dans le cours d'une journée s'y classent et n'occupent que la place juste qu'elles méritent d'occuper; car le bon sens, la raison, sont le résultat de la comparaison de plusieurs sensations prises en égale considération.
Page 315 - Les rois sont bien maîtres des vies et des biens de leurs sujets, mais jamais de leurs opinions, parce que les sentiments intérieurs sont hors de leur puissance, et Dieu seul les peut diriger comme il lui plaît...

Bibliographic information