Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][merged small]

CAIUS MARIUS.

OU S ne sçaurions dire quel étoit le troisiéme nom de Caïus Marius, non plus que celui de Quintus Sertorius , qui tint longtems

l'Espagne ni celui de Lucius Mummius , qui détruisit Corinthe. Car le nom d'Achaïcus d'Achéen , qu'on donna à ce dernier, fut un surnom tiré de sa victoire , comme celui d'Africain , qui fut donné à Scipion, & celui de Macedonien , qui fut donné à Metellus. Posidonius a voulu fe servir surtout de cet argument pour refuter ceux qui ont cru que

Tome IV,

le trois

А

[ocr errors]

و

fiéme nom des Romains étoit leur nom propre , comme Camillus , Marcellus , Caton ; car si cela étoit , dit-il, il s'ensuivroit de-là que ceux qui n'avoient que deux noms , n'en auroient point eu de propre. Mais Posidonius ne prend pas garde que par ce raisonnement il fait d'un autre côté que

les femmes sont sans nom propre; car il n'y a jamais eu de femme à qui on ait donné le premier des trois noms qu'on donne aux hommes, &

que

Posidonius prétend être leur veritable nom, &

que

des deux autres le premier est le nom commun,

le nom de famille , comme les Pompeiens , les Manliens , les Corneliens; car c'est comme on dit les Heraclides , les Pelopides , & que le dernier est un nom de distinction, un surnom , qui sert comme d'épithete , & qui est tiré du naturel , des actions, des passions, des avantures , ou de la figure du corps de ceux ausquels on l'a donné, comme Macrinus , Torquatus , Sylla ; car ces surnoms sont comme ceux de Mnemon , d’Aigle , de Callinicus. Mais sur cela la diversité de l'usage fourniroid de grands sujets de dissertation.

Mais Posidonius ne prend pas ille soutenoit,les femmes étoient garde que par ce raisonnement.] donc sans nom propre, puisque Posidonius avoit condamné jamais on n'a donné aux femmes ceux qui croyoient que le troi- le premier des trois noms qu'on siéme nom des Romains, étoit le a donné aux hommes. Mais je ne nom propre. Et il les avoit con- sçai si cela est absolument vrai damnez sur cette unique raison il me semble avoir vû dans l'anqu'il s'ensuivroit de-là que ceux tiquité des femmes appellées qui n'avoient que deux noms, Caia , Lucia, Publia, & Valera n'en avoient point

de
propre,

Maxime dit expressément, antipuisqu'ils n'avoient pas ce troi- quarum mulierum frequenti in usic siéme, qui étoit seul le nom pro- prænomina fuerunt , Řutilia , Cepre selon leur sentiment. Et Plu- sellia, Rodocilla, Murrulla , Burtarque condamne à son tour Po- ra, à colore di&ta. Ista prænomina sidonius fur ce que si le premier à viris tracta sunt, Caia, Lucia, nom étoit le nom propre,comme Publia, Marea,

Pour ce qui est de l'air & de la figure de Marius, nous avons yû de lui à Ravenne dans les Gaules., une statuë de marbre , qui represente parfaitement :tout ce que l'on rapporte de la severité & de la rudesse de ses incurs. Car étant La severité es lo né robuste , courageux , & uniquement propre de Marims paroijois aux armes', & ayant eu une éducation plus guerriere que civile, il apporta dans le commerce des hommes un naturel fauvage & rebours, & quand il fut en autorité, il se montra toujours intraitable & feroce; on dit même qu'il ne voulut jamais ni apprendre les lettres Grecques , ni mais apprendre los

dans ses festucs.

San naturel famos

vage ew rebours.

Il ne voulus jam

lettres Grecquese

Mais sur cela la diversité de ceux qui voudront s'enfoncer Pusage fourniroit de grands sujets dans cette discusfion, très-en

de dissertation.] Cela eft certain, nuyeuse, & très-peu utile, n'ont ..car,comme Ruauld le remarque, qu'à lire Sigonius, Robortellus,

autre a été l'usage des premiers Brodæus , Politien & autres. * tems de la République, & au- Pour moi j'ai toujours crû que are celui des derniers sous lesEm- des trois noms, Marcus Furius pereurs. Pofidonius avoit raison Camillus , le second étoit le nom par rapport à son tems ; car general de la famille, la famille alors, dit-il, c'étoit le premier des Furiens ; le premier, le nom des trois noms qui étoit le nom propre qui distinguoit les branpropre:& Plutarque a aussi rai- ches & ceux qui les composon

par rapport au sien ; car alors soient, & le troisiéme étoit un on faisoit le nom propre du troi- surnom, & comme un nom de fiéme. Cette matiere des noms & guerre , qui enfin devenoit le furnoms des Romains a été trai- nom propre , comme nous le tée par de très-sçavans hommes. voyons encore parmi nous,

1

[ocr errors]

go

lás Graces Grecques

feroce.

se servir de cette langue dans aucune affaire fé rieuse & importante, trouvant qu'il étoit ridicule d'apprendre & d’employer la langue d'un peu-ple assujetti.

Après son second triomphe , donnant au peuple des jeux à la maniere des Grecs, pour la dé

, dicace d'un Temple , il entra dans le theâtre', mais il ne fir que s'asseoir , & fortit un moment

. après. On rapporte que Platon difoit fouvert au Philosophie Xenocrate , dont les mœurs lui

paroissoient trop farouches. &. trop fauvages: Les : Majas e. Mon ami , facrifie aux Graces. Si quelqu'un avoit auroient empêché pâ perfuader de même à Marius , de facrifier Marius détreso

aux Muses & aux. Graces Grecques , jamais il n'auroit ajoûté à tant de commandemens d'ar

mée fi glorieux , à tant de charges fi honoraElles Iwi auroient bles une fin si honteuse & fi malheureuse, s'étant épargné tous ses mal

abandonné à une colere implacable, à une ambition importune & déplacée , & à une avarice

& insatiable , qui, comme des vents impetueux., le jetterent dans une vieillesse pleine d'injufti-ces & de cruautez horribles, où il périt misera-blement, comme on va le voir dans le détail de fa vie

[ocr errors]

heurs.

'

Si quelqu'un avoit perfuader la perfection à l'esprit, & que de même à Marius de sacrifier aux ni pour la vie civile ni pour les Muses aux Graces Grecques. ] ouvrages; il ne faut Ce n'est point par entêtement attendre de bien parfait de ceux pour son païs, que Plutarque qui ne les connoiffent pas: Ily fait ici l'éloge des Muses & des a pourtant des naturels fi hieuGraces Grecques ; il est certain reux qu'ils sont au-dessus des qu'elles seules peuvent donner regles:

guere

rièn

« PreviousContinue »