Segretaro perfetto; ovvero, Modelli di lettere di vario argomento ...

Front Cover
Fratelli Reycends, 1788 - Letter writing, French
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 566 - Sire , Votre Majesté juge divinement bien de toutes choses ; il est vrai que voilà le plus sot et le plus ridicule madrigal que j'aie jamais lu.
Page 996 - Le voilà donc mort, ce grand ministre, cet homme si considérable, qui tenait une si grande place; dont le moi, comme dit M. Nicole, était si étendu : qui était le centre de tant de choses ! Que d'affaires, que de desseins, que de projets, que de secrets, que d'intérêts à démêler, que de guerres commencées, que d'intrigues, que de beaux coups d'échecs à faire et à conduire!
Page 576 - ... mort. La marée cependant arrive de tous côtés : on cherche Vatel pour la distribuer, on va à sa chambre, on heurte, on enfonce la porte, on le trouve noyé dans son sang ; on court à M.
Page 574 - Je suis perdu d'honneur, voici un affront que je ne supporterai pas. " Il dit à Gourville : " La tête me tourne, il ya douze nuits que je n'ai dormi; aidez-moi à donner des ordres.
Page 572 - Nantouillet * était tombé de cheval : il va au fond de l'eau , il revient , il retourne , il revient encore ; enfin il trouve la queue d'un cheval , il s'y attache ; ce cheval le mène à bord , il monte sur le cheval , se trouve à la mêlée , reçoit deux coups dans son chapeau , et revient gaillard : voilà qui est d'un sang-froid qui me fait souvenir d'Oronte, prince des Massagètes.
Page 566 - Monsieur le maréchal, lisez, je vous prie, ce petit madrigal, et voyez si vous en avez jamais vu un si impertinent. Parce qu'on sait que depuis peu j'aime les vers, on m'en apporte de toutes les façons.
Page 576 - Gourville se moqua de lui. Vatel monte à sa chambre, met son épée contre la porte, et se la passe au travers du cœur; mais ce ne fut qu'au troisième coup, car il s'en donna deux qui n'étaient point mortels; il tombe mort.
Page 1044 - Que ne puis-je vous donner toute mon expérience ! Que ne puis-je vous faire voir l'ennui qui dévore les grands, et la peine qu'ils ont à remplir leurs journées ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu'on aurait...
Page 986 - Ghalais m'a offert sa protection, mais du bout des lèvres;. madame de Lyonne m'a dit : Je verrai, je parlerai , du ton dont on dit le contraire. Tout le monde m'a offert ses services et personne ne m'en a rendu.
Page 578 - ... tout son voyage de Bourgogne. M. le Prince le dit au roi fort tristement. On dit que c'était à force d'avoir de l'honneur à sa manière.

Bibliographic information