Search Images Maps Play YouTube News Gmail Drive More »
Sign in
Books Books
" Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue; Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue; Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler; Je sentis tout mon corps et transir et brûler. "
Cahiers Raciniens - Page 35
1897
Full view - About this book

Oeuvres complètes, Volume 2

Jean Racine - 1796
...superbe ennemi: Je le vis, je rougis , je pâlis à sa vue: Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue ; Mes yeux ne voyaient plus , je ne pouvais parler ; Je sentis tout mon corps et transir, et brûler. Je reconnus Vénus et ses feux redoutables , D'un sang qu'elle poursuit tourments inévitables. Par...
Full view - About this book

Lycée, ou Cours de littérature ancienne et moderne;

Jean-François de La Harpe - Classical literature - 1798
...ennemi. Je le vis , je' rougis , je pâlis à sa vue ; Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue. IVles yeux ne voyaient plus, j,e ne pouvais parler ; Je sentis tout mon corps et transir et brûler. Voilà la peinture la plus vraie de toutes les ardeurs de l'amour : voici ce que la Fable permettait...
Full view - About this book

Œuvres, Volume 4

Jean Racine - 1805
...ennemi : Je le vis . je rougis . je pâlis a sa vue ; Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue ; Mes yeux ne voyaient plus , je ne pouvais parler ; Je sentis tout mon corps et transir et brûler. Je reconnus Vénus , et ses feux redoutables , D'un sang qu'elle poursuit tourmens inévitables. Par...
Full view - About this book

Les Bucoliques de Virgile

Virgil - Country life - 1806 - 341 pages
...Virgile : Je le vis , je rougis , je pâlis à sa vue : Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue ; Mes yeux ne voyaient plus; je ne pouvais parler; Je sentis tout mon corps et transir et brûler : Je reconnus Venus. . . . 264, VERS la. Nunc scio quid sit Amor. Duris in cotibus illum Aut Tmaros...
Full view - About this book

Style Français des meilleurs Auteurs, Volume 1

C. J. Cunninghame - 1808
...ennemi : '' ' Je le vis , je rougis, je pâlis à sa vue ; Un troubla s'éleva dans mon âme éperdue; Mes yeux ne voyaient plus , je ne pouvais parler; Je sentis tout mon corps et transir et brâler. Je reconnus Vénus , et ses feux redoutables , D'un sang qu'elle poursuit tourmens inévitable*....
Full view - About this book

Traite de intonations oratoires: appliqué à tous les genres de'éloquence ...

Louis Dubroca - Oratory - 1810 - 278 pages
...superbe ennemi. Je le vis , je rougis , je pâlis à sa vue. Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue. Mes yeux ne voyaient plus , je ne pouvais parler. Je sentis tout mon corps et transir et brûler. Je reconnus Ve'nus et ses feux redoutables, Du sang qu'elle poursuit, tourmens inévitables. Par des...
Full view - About this book

Oeuvres de Jean Racine, Volume 4

Jean Racine - French drama - 1813
...superbe ennemi ; Je le vis , je rougis , je pâlis a sa vue ; Un trouble s'éleva dans mon ame éperdue ; Mes yeux ne voyaient plus , je ne pouvais parler ; Je sentis tout mon corps et transir et brûler. Je reconnus Vénus , et ses feux redoutables , D'un sang qu'elle poursuit tourmens inévitables. Par...
Full view - About this book

Lycée; ou, Cours de littérature, ancienne et moderne, Volume 5

Jean-François de La Harpe - Classical literature - 1813
...superbe ennemi. Je le vis , je rougis , je pâlis à sa vue ; Un trouble s'éleva dans mon ame éperdue. Mes yeux ne voyaient plus , je ne pouvais parler ; Je sentis tout mon corps et transir et brûler. .- '... Voilà la peinture la plus vraie de toutes les ardeurs de l'amour : voici ce que la Fable permettait...
Full view - About this book

Répertoire de la littérature ancienne et moderne, Volume 1

Authors - 1824
...error. Je le vis , je rougis , je pâlis à sa vue. Peut-on mieux imiter Virgile? (Bue. VIII, 41,) Mes yeux ne voyaient plus , je ne pouvais parler. Je sentis tout mon corps et transir et brûler; Peut-on mieux imiter Sapho? Ces vers, quoique imités, coulent de source; chaque mot trouble les âmes...
Full view - About this book

A philosophical dictionary, from the Fr. [by J.G. Gurton].

Voltaire - 1824
...pftlis, a sa vue. I saw him — blushed — turned pale. — What can be a better imitation of Virgil ? i Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler; Je sentis tout mou corps et transir et bruler ; My eyes grew dim — my tongue refused its office ; I burned — and...
Full view - About this book




  1. My library
  2. Help
  3. Advanced Book Search
  4. Download EPUB
  5. Download PDF