Page images
PDF
EPUB

Tu t'en vas... Cherches-tu le tumulte des villes ?
Mais nous saurons te suivre et d'un vol aussi prompt
Que ta course effrénée, écarter de ton front,
Dont l'ardeur tombera sous notre fraiche haleine,
Le nuage chargé des éclairs de la haine ! »

L'homme n'excitait plus son cheval. Aux accents
De ces voix dont l'accord le pénétrait, ses sens
Étaient pris à la fois de langueur indicible.
Contre sa volonté qu'il croyait inflexible,
Une force luttait, celle du renouveau.
Des effluves d'amour lui montaient au cerveau,
Alors qu'il émanait de chaque herbe odorante
Une autre symphonie encor plus enivrante :

« Arrête ! un seul moment!... c'est le parfum des fleurs
Qui te rendra la paix en calmant tes douleurs !
Tu veux fuir ? Insensé ! Quelle âme est assez close
Pour échapper longtemps au charme de la rose ?
Peut-être ton orgueil qui ne nous entend pas
Méprise le muguet, dédaigne le lilas...
N'importe! endurcis-toi ! résistance inutile !
Pour que s'endorme enfin ta passion futile,
Emporte dans ton sein qu'en vain tu veux fermer
Les aromes puissants des fleurs qui font aimer ! »

De senteurs l'atmosphère était tout imprégnée.
L'homme sentait fléchir son audace indignée ;
Son cheval épuisé ralentissait le pas
Et lui, l'abandonnant, ne le ranimait pas.
Comme un feu sans tisons s'éteignait sa colère.
La conjuration de la nature entière
Malgré lui doucement amollissait son coeur.
La chanson des oiseaux, les parfums et ce cheur
Magnifique et serein des astres dans l'espace,
La brise du coteau qui murmure et qui passe,
Le ruisseau du vallon qui se joue en son cours,
Ce merveilleux accord de l'auvre des sept jours,

Versaient l'apaisement en lui... Soudain dans l'ombre
De l'horizon que couvre encore un rideau sombre,
L'écho s'éveille et rend un éclat argentin :
Une cloche tintait l'Angelus du matin.

Cette fois le cheval s'arrêta blanc d’écume.
L'aube rose envoyait un reflet dans la brume
Et le son clair, au fond de la plaine là-bas,
S'exhalait d'un clocher que l'on ne voyait pas.
Le bronze, messager de joie ou d'agonie,
Disait un chant dont rien n'exprimait l'harmonie,
Qui, tendre tour à tour comme un cri maternel,
Triste comme un soupir, pressant comme un appel,
Plaintif comme l'accent d'une âme prisonnière,
S'étouffait en sanglot, s'élançait en prière,
Puis en gai carillon, doux symbole d'espoir,
Se noyait dans l'azur ....

Allait-il s'émouvoir,
Le rude cavalier levant sa tête nue?
Les premières lueurs qui tombaient de la nue,
Où l'Orient mêlait l'or avec le carmin,
Lui montraient vaguement sur le bord du chemin
Une croix étendant ses larges bras de pierre,
Comme un gardien debout, au seuil d'un cimetière.
Et le bronze lointain, de ses vibrations
Frappait les airs...

Perdu dans ses réflexions,
Immobile, muet et la face inclinée,
L'homme croyait-il donc sa course terminée ?
Resta-t-il longtemps, lui, si hautain et si fort,
Ainsi morne et pensif devant le champ de mort ?
Quel flot de souvenirs inonda sa pensée ?
Quelle décision y demeura fixée ?
Goûtait-il sa vengeance ? Entendait-il la voix
Qui sortait clairement des tombes et des croix ?

[ocr errors]

« Vanité, vanité !... c'est pour un de tes frères

Que s'ouvrirent hier ces portes funéraires.
O voyageur superbe errant par le chemin,
Ce sera, le sais-tu, pour toi-même demain!
Homme pétri d'orgueil, de colère et de haine,
Pense pour t'apaiser à la fosse prochaine
Où, si grand que tu sois et si fier, échouront
Tous les songes ardents qui couvent sous ton front!
Bienheureux les cours doux !... »

Quand de sa rêverie
Sortit le cavalier, sur la plaine fleurie
Passait, comme un courant d'allégresse et d'amour.
Les ténèbres fuyaient, l'aurore d'un beau jour
Éclairait le réveil de la nature en fête.
Et bientôt le soleil répandait sur le faite
Des chênes frémissants ses gerbes de rayons.
Une vapeur dorée émanait des sillons
Et flottait en long voile aux branches emperlées;
Les bourgeons entrouverts sous les brises ailées
Frissonnaient de plaisir. Près du ruisseau jaseur,
Broutant le gazon fin sans crainte du chasseur,
Les lièvres bondissaient, et du fond des charmilles
Par moments arrivait un chant de jeunes filles,
Tandis que s'élevant d'un repli du terrain,
L'alouette en plein ciel égrenait son refrain.
Épanouissement de la terre paisible
Sous l'éternel regard de Dieu !

L'homme irascible Était vaincu, son front brillait rasséréné, Des pleurs mouillaient ses yeux : il avait pardonné !

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

» Modeste sous le diadème
Que Dieu pose à ton front si doux,
O fleur! tu t'ignores toi-même,
Et tu crois, loin des yeux jaloux !
Ainsi, belle de l'innocence
Dont le ciel parfume son cour,
La vierge vit dans l'ignorance
Loin d'un monde vain et trompeur !

» Roi paisible du vert bocage,
Moi seul, ô ma charmante fleur !
Admire ta suave image
Et ta ravissante fraicheur !
Caché sous mon ombre chérie,
De l'aube au soir, tremblant d'émoi,
Poëte à la voix attendrie,
O ma fleur, je chante pour toi !

» Car ton doux aspect me ramène
Le printemps avec ses beaux jours,
L'aurore à la clarté sereine,
Le soleil d'or et les amours !
Oh! reste, ma fleur gracieuse !
Avec moi toujours dans l'oubli !
A moi ta beauté radieuse :
A toi les chants du bengali ! >>

« PreviousContinue »