Page images
PDF
EPUB

GIFTOT LE
MUSEUN OF CURTAALTE ZOCLOWY

ag

SEP 29 1936

L'Académie ne prend pas la responsabilité des opinions émises dans les Notices ou Travaux particuliers que renferment ses Mémoires.

Nancy. – Imprimerie E. RÉAU, rue Saint-Dizier, 51. – 1877.

SÉANCE ANNUELLE.

SÉANCE ANNUELLE

DE

L'ACADÉMIE DE METZ

DU DIMANCHE 21 MAI 1876

DISCOURS

PRONONCÉ

PAR M. CH. ABEL, PRÉSIDENT

DE LA MISSION REMPLIE PAR L'ACADÉMIE DE METZ

Il est une heure dans le jour où le voyageur fatigué se repose sur le bord du chemin et mesure du regard et de la pensée la route qu'il a faite et celle qui Jui reste à faire.

Appelé par de bienveillants suffrages à l'honneur de présider l'Académie, je me suis rappelé, non sans émotion, qu'en montant sur le fauteuil présidentiel je trouverais derrière ce capitole le discours de fin d'année, cette pierre d'achoppement qui, comme une autre roche tarpéienne, ferait trébucher mon insuffisance. J'ai relu les discours de mes honorables prédécesseurs, et j'ai été découragé, sentant que mes redites ne serviraient que de repoussoir.

Dans ma perplexité j'interrogeai l'avenir de notre Société et je constatai plus d'un point noir à l'horizon. Je me suis alors demandé si le moment n'était point venu de jeter un regard rétrospectif sur les efforts accomplis par notre Société depuis le premier jour de son organisation.

La matière de mon discours était trouvée. Seulement qu'on n'attende pas de moi ces phrases ciselées, ces périodes harmonieuses qui nous ont charmés dans de précédentes allocutions, mon sujet n'en comporte point. Ce sont des faits, rien que des faits que je viens exposer le plus simplement et le plus clairement qu'il me sera possible, pour que si un jour notre Académie était menacée dans son existence, nos zoïles comme nos amis sachent les quelques services que nous avons rendus au pays.

Une société académique de province n'a pas la prétention de rivaliser avec les compagnies savantes de la capitale, elle doit cependant les prendre pour modèles. Une Académie de province a pour mission d'élever le niveau moral, intellectuel, artistique, commercial, industriel de son pays. Elle est la gardienne de la langue de ce pays, elle en conserve les traditions, en exhume les vieux usages, en rédige les coutumes. Elle provoque les fouilles archéologiques, elle encourage les découvertes des documents inédits concernant l'histoire locale et formant ainsi les matériaux que mettront en cuvre Guizot, Thiers, Michelet, Augustin Thierry, Vaulabelle, Henri Martin.

L'Académie de Metz, depuis le jour de sa fondation en 1757, n'a jamais oublié que le pays mosellan a placé sous son égide sa langue maternelle. Le vieux burg gaulois Divodurum, devenu la redoutable cité de

« PreviousContinue »