Mémoires de l'Académie de Metz, Volume 57

Front Cover
Ballet, 1877

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 297 - Le lion tint chapitre ; différents animaux vinrent se confesser à lui. Le loup commença : il avoua qu'il avait dévoré force moutons, mais il ajouta que c'était dans sa famille une vieille habitude, que de temps immémorial les loups avaient mangé les brebis, et qu'il ne se croyait pas si coupable. Le lion lui dit . « Puisque c'est l'habitude de vos ancêtres, un x droit héréditaire, continuez; seulement vous direz un Pater.
Page 306 - L'âne vint à son tour, et dit : « J'ai souvenance Qu'en un pré de moines passant, La faim , l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense, Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue ; Je n'en avois nul droit, puisqu'il faut parler net.
Page 563 - Bulletin de la Société de statistique, sciences, lettres et arts du département des Deux-Sèvres (n™ 3 et 4, mars-avril 1874 ; n° 6, juin 1874).
Page 334 - ... était mort le roi précédent, tantôt du jour des cérémonies du couronnement du roi. Quelle que soit la précision apparente de ses calculs, la science moderne échouera toujours dans ses tentatives pour restituer ce que les Egyptiens ne possédaient pas.
Page 306 - Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net. A ces mots on cria haro sur le baudet. Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal. .Sa peccadille fut jugée un cas pendable. Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable ! Rien que la mort n'était capable D'expier son forfait. On le lui fit bien voir. Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugemens de cour vous rendront blanc ou noir (1).
Page 298 - Le lion se récrie plus vivement : — Souiller ainsi la terre sainte, c'est un péché mortel ! Son troisième aveu, on ne put le lui arracher qu'au milieu des pleurs et des sanglots ; il avoue enfin qu'il avait brait pendant que les frères chantaient dans le chœur, et qu'il avait fait de la mélodie avec eux. Le lion lui dit : Oh ! c'est un grave péché...
Page 297 - J'ai croqué beaucoup de poulets, dévasté beaucoup de basses-cours, mais de tout temps mes ancêtres l'ont fait avant moi, et je croque de race. — Soit, dit le lion, continuez, faites comme vos ancêtres, et dites un Pater. L'âne vint à son tour...
Page 563 - Amiens. Mémoires de l'Académie des sciences, des lettres et des arts d'Amiens. 3e sér., II. 1 vol. in-8°, 430 p. Amiens. Yvert, 1875. — — Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie, ann. 1875, n°
Page 570 - Sur un nouvel argument chronologique, tiré des récits datés des guerres pharaoniques en Syrie et dans les pays voisins, par J. Lieblein, dans le Recueil de travaux, t. I, p. 62-69. 6. Lettre à M. Ernest de Saulcy (Extrait des Vid.-Selsk. Forh., 1878), in-8«.
Page 301 - Tant nuit que jour, causé, las! divers maux, Et dévoré grand nombre d'animaux, Bœufs et chevreaux, et brebis portant laine. Dont humblement pardon à Dieu demande, En protestant de plus n'y retourner. Ce fait, le loup le vient arraisonner, Lui remontrant que l'offense n'est grande.

Bibliographic information