Eugene de Rothelin,

Front Cover
De l'imprimerie de R. Juigné ... Pour B. Dulau & Company ... et L. Deconchy, 1808 - 161 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 160 - Être avec des gens qu'on aime, cela suffit : rêver, leur parler, ne leur parler point, penser à eux, penser à des choses plus indifférentes, mais auprès d'eux, tout est égal.
Page 156 - est très avare, veut qu'on assemble un " conseil de famille : que ce soit moi qui " le demande pour sauver votre dot ; et " que son neveu, réduit à une pension " modique, aille passer dans ses terres '•. l'année qui doit s'écouler jusqu'à " votre réunion. Cette retraite seroit " sans doute raisonnable, s'il s'y rési...
Page 100 - ... madame de Rieux. Qu'elle est aimable! Nous ne nous sommes jamais dit une phrase d'usage, jamais un mot d'amitié, et sur toute chose nous nous entendons parfaitement. Quand je dis sur toute chose, je veux dire que c'est sur ce qui a rapport aux autres que nous pensons de même ; car, pour ce qui nous concerne, nous différons toujours. Combien de fois , dans la même journée, nous nous sommes boudés sans nous être fâchés ! Combien de fois sommes-nous revenus sans nous être raccommodés...
Page 149 - Uniquement occupés de n'être pas entendus par madame d'Estouteville , nous descendions la tête baissée , parlant bien bas pour qu'elle ne pût nous comprendre. Deux jeunes gens ont passé ; l'un a dit à l'autre : — « Où est donc ce tranquille monsieur de » Rieux ?» — J'ai relevé ma tête , et les ai regardés en frémissant de colère. Athéiiaïs s'est attachée pour ainsi dire à mon bras : elle tremblait : « Et vous, » m'at-elle dit, « pensez-vous aussi à monsieur de Rieux?
Page 146 - at-elle repris tristement ; « ah ! Eu» gène , je crois que j'ai dit , confier. » Je l'aime autant qu'il est possible d'aimer; et jamais je ne puis lui exprimer ce que j'éprouve , de manière à me satisfaire , à me flatter d'être deviné : tandis qu'elle , d'un regard, d'un mot , vient surprendre toute mon affection, me donner mille petits bonheurs inattendus qui enchantent mon âme, et me persuadent toujours. Après dîner, lorsque j'espérais...
Page 106 - A me subjuguer. Hélas! il eût mieux valu pour tous deux qu'il eût cherché à rapprocher mon cœur du sien. Ses peines m'étaient insupportables; j'étais venu pour les partager, les adoucir; et je n'osai même pas lui parler de l'objet qui nous intéressait le plus. « Je vais vous mener à l'appartement que je vous ai fait préparer , me dit-il ; car celui que vous occupiez dans votre enfance ne vous convient plus.
Page 64 - ... lorsque l'ambassadeur d'Espagne donna une fête superbe à laquelle je fus invité. En entrant dans la salle du bal, j'aperçus la maréchale d'Estouteville; elle y était venue pour conduire la marquise de Rieux , sa petite-fille. Madame d'Estouteville, assise au haut de la galerie, regardait avec assez d'indifférence toute cette agitation ; mais dès que ses yeux eurent rencontré les miens , elle me fit signe d'approcher :
Page 131 - Assurez davantage vos qualités ; faites que vos dispositions deviennent des principes , sans quoi ces qualités seront peut-être plus à craindre que des défauts. » J'ai relu plusieurs fois ce portrait, et j'avoue que j'aime assez l'Eugène qu'il représente. Cependant, je sens fort bien qu'il m'apprend plutôt ce que je dois être que ce que je suis. D'ailleurs ces dernières lignes ne me gâtent pas trop. Mais comme SaintPreux , j'adore ma jolie prêcheuse ; je suis prêt à lui crier merci,...
Page 142 - J'ai attendu longtemps; j'espère toujours. » Constamment occupée d'Alfred, d'Amélie, je cultivais avec soin dans Athénaïs les qualités qui les avaient rendus si aimables. Je vous la destinais, en me disant : Le fils d'Amélie sera heureux par elle ; sa voix, encore inconnue, mais déjà chérie, m'appellera sa mère. » Votre père, ignorant les motifs qui m'ont entraînée, m'accuse d'avoir disposé trop légèrement du sort d'Amélie : il ne me voit qu'avec les torts qu'il me suppose, et...
Page 56 - J'avais résolu, mon fils, de ne jamais vous parler de mes pelnes ; mais je vois que même nos enfans interprètent défavorablement notre conduite, dès qu'elle sort des routes communes et que le motif leur en est inconnu. » Je veux bien aujourd'hui vous rendre compte des raisons qui m'ont déterminé; ensuite je vous permets d'opter entre vos nouveaux amis et moi. » J'ai été élevé par un père qui avait toute la sévérité des anciennes mœurs.

Bibliographic information