Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris (1228-1249): sa vie et ses ouvrages

Front Cover
A. Picard, 1880 - Bishops - 399 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 287 - Puis examinant avec attention ce que j'étais, et voyant que je pouvais feindre que je n'avais aucun corps et qu'il n'y avait aucun monde ni aucun lieu où je fusse...
Page 287 - ... je connus de là que j'étais une substance dont toute l'essence ou la nature n'est que de penser, et qui, pour être, n'a besoin d'aucun lieu ni ne dépend d'aucune chose matérielle...
Page 275 - Ces vérités éternelles, que tout entendement aperçoit toujours les mêmes, par lesquelles tout entendement est réglé , " sont quelque chose de Dieu, ou plutôt sont Dieu même.
Page 161 - dist li maistres; je n'en puis mais si je pleur; car je « cuit estre mescréans, pour ce que je ne puis mon cuer « ahurter à ce que je croie ou sacrement de l'autel, ainsi « comme sainte Esglise l'enseigne; et si sai bien que ce « est des Icm ptacions l'ennemi. ° « Maistres, fist li évesques, or me dites, quant li enne« mis vous envoie ceste temptacion, se elle vous plait.
Page 161 - Montleheri* à garder, qui est ou cuer de France et en terre de pais , auquel li roys deveroit savoir meillour * grei en la fin de sa guerre, ou à vous qui...
Page 161 - vous demant-je, fist li evesques, se vous penriés ne <( or ne argent par quoy vous regeissiez de vostre « bouche' nulle riens qui fust contre le sacrement de « l'autel, ne contre les autres sains sacremens de « l'Esglise. — Je, sire, fist li maistres, sachiez que il « n'est nulle riens ou monde que j'en preisse ; ainçois « ameroie miex que on m'arachast touz les membres « dou cors, que je le regeisse. » « — Or vous dirai-je autre chose, fist li evesques.
Page 311 - ... égarer dans ces voies périlleuses la crédulité des esprits. En même temps que la Métaphysique du philosophe de Stagyre se répandait en Occident, l'Europe chrétienne voyait circuler dans les universités le Quadripertit de Ptolémée et les tables astrologiques de quelques Arabes, comme Alkindi, Albumazar, Alcabitius, Abenragel. Jusqu'alors ceux qui cultivaient l'astrologie n'avaient eu d'autres guides que Censorinus, Manilius et Julius Firmicus, qui pouvaient bien séduire quelques rêveurs...
Page 161 - Et quant li maistres cuidoit parler à l'evesque, commença8 à plorer trop fort. Et li evesques li dist : « Maistres, dites, ne vous desconfortés pas; car nulz ne puet tant pechier que Diex ne puet plus parG donner*.
Page 162 - B vous li* gardez vostre cuer en la guerre de tribulacion, et avez si bone volentei envers li, que vous pour nulle riens terrienne, ne pour meschief que on feist dou cors, ne le relenquiriés : dont je vous di que soiés tout à aise1; que vostre estaz plait miex à NosC tre-Signour* en ce cas, que ne fait li miens.
Page 162 - Montleheri; car nulle temptacion ne nulle doute je n'ai du sacrement de l'autel : pour laquel chose je vous di que pour un gré que Dieu me scet de ce que je le croy fermement et...

Bibliographic information