Page images
PDF
EPUB

Elle est jaune, Iris brune, et sans doute l'emploi
De cueillir cette fleur ne regardoit que moi.
Peut-être dans les jeux elle eût bien voulu prendre
Le moment d'un regard mystérieux et tendre,
Qu'avec un air timide elle m'eût adressé,
Et de tous mes tourmens j'étois récompensé.
Peuc-être qu'à l'écart si je l'eusse trouvée,
D'une troupe jalouse un peu moins observee,
Elle m'eût, en fuyant, dit quelque mot tout bas,
Avec sa douce voix et son doux embarras.
Elle l'a déjà fait aux noces de Sylvie ,
Ce plaisir imprévu pensa m'ôter la vie ;
Mon cæur se trouble encore à ce seul souvenir.
Quel moment! ah! grands Dieux, s'il pouvoit revenir!
Alcandre, que dis-tu ? La bergère est absente
Peut-être pour long-temps, peut-être peu constante;
Et jusqu'à ses faveurs tu portes con espoir ?
Tu serois trop heureux seulement de la voir.

[ocr errors]
[blocks in formation]

» Je traverse la plaine , » Et vais même monter la colline prochaine.com

A I IS 83 La course est assez longue.

[ocr errors]

>

9

LICID A Si

» Ah! s'il étoit besoin,
» Pour le sujet qui me mène ,
» J'irois encor plus loin.

A TI S.
» Il est aisé de t'entendre ;
Toujours de l'amour ?

LICID A S.

» Toujours. Que faire sans les amours? Qui viendroit me les défendre,

» Je finirois-là mes jours.
- Au hameau d'où je suis tout le monde s'engage
» En aucun autre lieu l'amour n'est mieux servi:
Bergères et bergers nous lui rendons hommage ;

» Il n'est point parmi nous d'usage
» Plus ancien ni mieux suivi.

AT I s.
5. Et n'est-ce pas chez nous la même chose ?
» Un berger rougiroit de n'être pas amant ;
13 Au doux péril d'aimer de soi-même on s'expose.

Qu'il arrive un événement,
» Il n'en faut pas chercher bien loin la cause ;

37 C'est l'amour, c'est lui sûrement.
» Par nos Iris et nos Sylvies ,

13 Tous nos destins sont décidés. Les

troupeaux, il est vrai , sont assez mal gardés : » Mais les belles sont bien servies,

L i CID A s. » Dans tout notre hameau nous ne pouvions compter

Qu'une jeune beauté qui fùt indifférente; » Maintenant s'en est fait , Silvanire est amante ? L'amour n'a point voulu qu'on la pût excepter.

ATIS,

[ocr errors]
[ocr errors]

Dis-moi, berger, par quelle voie
» Il l'a soumise à son pouvoir :
» Je suis curieux de savoir

» Les divers moyens qu'il emploie.
» Aussi bien je suivrai la route que tu tiens

» Pendant un assez long espace;
» Dans de semblables entretiens,
». Tu sais comme le temps se passe.

LICIDAS
» Mais , berger, tu
52 De ton hameau quelque histoire pareille.

me conteras

A II s.

[ocr errors]

J'y consens ; ce seroit une grande merveille

» S'il ne nous en fournissoit pas. »

LICID A S.

SILVANIRE

VANIRE vivoit sans avoir de tendresse,
Elle perdoit le temps d'une aimable jeunesse ;
Et , ce qui méritoic de plus grands châtimens,
Elle le faisoit perdre à deux ou trois amans.
Souvent contre l'amour , même contie sa mère,
Contre l'aimable troupe adorée en Cythère ,
Elle tint des discours offensans et hardis ;
Je serois bien fàché de les avoir redits.
Elle quitta pourtant sa fierté naturelle
Non sur de nouveaux soins qu'un amant eut pour
L'amour n'en fit pas tant, et la réduisit bien :
Toute cette fierté cessa presque sur rien.
Un jour elle épia Mirène avec Zélide :
Tome V.

E

elle

j

Tandis que le soleil brûloit la terre aride, Sous un ombrage épais ces amans retirés , Du reste des mortels sé croyoient délivrés. Un buisson les trahit aux yeux de Silvanire; D'un entretien d'amans elle eut dessein de rire , Plaisir qui lui devoit sans doute être interdit. Dieux ! quels discours charmans Silvanire entendit ! Devine-les , Atis, toi qui sais comme on aime ; C'étoient de ces discours dictés par l'amour même , Que les indifférens ne peuvent initer , Qu'un amant hors de là ne sauroit répéter. Ils étoient quelquefois suivis par un silence; Au défaut de la voix, les yeux d'intelligence, Confondoient des regards vifs , quoique languissans, Et craintifs et flatteurs , doux ensemble et perçans. Zélide en rougissoit ; et cette honte aimable Exprimoit mieux encore un amour véritable , Et Mirène charmé lisoit, dans sa rougeur , Des secrets qu'à demi cachoit encor son cæur. Tantôt de leurs amours l'histoire est retracée : La rencontre ou d'abord leur ame fut blessée , Le lieu , même l'habic que Zélide avoit pris; Rien n'est indifférent à des cæurs bien épris. Les premières rigueurs qu'eut à souffrir Mirène, Dont la bergère alors ne convenoit qu'à peine, Mille riens amoureux pour elix seuls importans , Quels sujets d'entretien à des amans contens ? Ils s'occupent tantôt d'un simple badinage, Qui des tendres amours est le charmant partage, Que le respect pourtant accompagne toujours ; Doux respects , qui lui-même aid: aux tendres amours. Mais pour les amuser ce qui pouvoit su fire , I ar quel art, cher Atis, se pourroit-il décrire ?

Quelque débat entre eux survenu pour un chant ,
Que chacun croyoit rendre encore plus touchant,
Quelque fleur que Mirène arrachoit à la belle ,
Ec dans le mouvement que causoit la querelle,
Une main de Zélide ou bien un bras baisé,
Un vain courroux d'amante aussi-tôt appaisé :
Que sais-je ? mille jeux que l'amour autorise,
Une innocente offense , une feinte surprise,
D'une liberté douce effets pleins d'agrémens ,
Voilà ce qui changeoit leurs heures en momens.
Silvanire conçut qu'elle étoit inoins heureuse;
De ce lieu solitaire elle sortit rêveuse :
Les plus beaux de ses jours, quoiqu'exempts de souci,
Tranquilles , fortunés, ne couloient point ainsi.
Elle croyoit toujours voir Zélide et Mirène ,
Toujours de leurs discours sa mémoire étoit pleine
Présage d'une ardeur qui s'alloit allumer;
Elle sentit enfin qu'il lui manquoit d'aimer.
Bientôt de ses amans Lisis le plus ainable,
A ses væux empressés la trouva favorable
Bientôt..... mais qu'ai-je encore , Atis , à te conter?
Silvanire en chemin ne doit pas s'arrêter ;
Bientôt sur tous les soins

que

la tendresse inspire,
On ne distingua plus Zélide et Silvanire.
De l'amour cependant admire les attraits ;
Le mal se prend à voir des amans de trop près.

[ocr errors]

AT I S.
Licida

tu ne saurois croire
Quel plaisir m'a fait ton histoire.

» Je suis ravi, lorsque j'entends
Que notre commun maître obtient une victoire;

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »