Page images
PDF
EPUB

Ne peut plus repasser, & croit s'étre méprise.

Aprés avoir fait quelques tours,
C'est, dit-elle, l'endroit, me voilà bien surprise;
J'ay passé par ici depuis cinq ou fix jours.

Un Rat qui la voioit en peine
Lui dit, Vous aviez lors la panfe un peu moins pleine
Vous étes maigre entrée, il faut maigre sortir.
Ce que je vous dis-là, l'on le dit à bien d'autres,
Mais ne confondons point, par trop approfondir,

Leurs affaires avec les vôtres.

[ocr errors]

H.lauso

[ocr errors]

XVIU.
Le Chat do un vieux Rat.
'Ay leu chez un conteur de Fables
Qu'un fecond Rodilard L'Alexandre des

Chats,
L'Attila, le fleau des Rats
Rendoit ces derniers miserables.
J'ay leu, dis-je, en certain auteur,

Que ce Chat exterminateur,
Vrai Cerbere, étoit craint une lieuë à la ronde;
Il vouloit de Souris dépeupler tout le monde.
Les planches qu'on suspend sur un leger appui ,
La mort aux Rats, les Souricieres,

N'

HS

[ocr errors]

N'étoient que jeux au prix de lui.
Comme il voit que dansleurs tanier es

Les Souris étoient prisonnieres;
Qu'elles n'ofoient sortir ; qu'il avoit beau chercher;
Leganant fait le mort;& du haut d'un plancher
Sepend la tête en bas. La bête scelerate
A de certains cordons se tenoit par la pate.
Le peuple des Souris croit que c'est châtiment;
Qu'il a fait un larcin de rot ou de fromage.
Egratigné quelqu'un causé quelque dommage;
Enfin qu'on a pendu le mauvais garnement.

Toutes, dis-je, unanimement
Se promettent de rire à son enterrement;
Mettent le nez à l'air, montrent un peu la tête;

Puis rentrent dans leurs nids à rats;
Puis ressortant font quatre pas;
Puis enfin se mettent en quête.

Mais voici bien une autre fête.
Lependu ressuscite; & sur ses pieds tombant

Attrape les plus paresseules.
Nous en favons plus d'un, dit-il en les gobant:
C'est tour de veille guerre ; & vos cavernes creuses
Nevous fauveront pas; je vous en avertis;

Vous viendrez toutes au logis.
Il prophetizoit vrai, nôtre maître Mitis
Pour la feconde fois les trompe & les affine;

Blanchit farobe, & s'enfarine;

Et de la forte déguisé
Seniche & se blotit dans une huche ouverte :

Ce fut à luy bien avisé;
La gent trote menu s'en vient chercher fa

perte.
Un Rat sans plus s'abstient d'aller flairer au tour.
C'étoit un vieux routier : il savoit plus d'un tour;
Mêmeil avoit perdu fa queuë à la bataille,
Ce bloc enfariné ne me dit rien qui vaille,

S'e

S'écria-t-il de loin au General des Chats.
Je soupçonne deffous encor quelque machine.

Rien ne te fert d'étre farine;
Car quand tu serois facje n'approcherois pas.
C'étoit bien dit à luy;j'aprouve sa prudence

Il étoit experimente;
Et favoit que la méfiance.
Eft mere de la seureté.

[merged small][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »