OEuvres badines complettes, du comte de Caylus: Avec figures, Volume 11

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 108 - C'est Belaud mon petit chat gris, Belaud, qui fut par aventure Le plus bel œuvre que nature Feit onc en matière de chats : C'estoit Belaud la mort aux rats, Belaud, dont la beauté fut telle, Qu'elle est digne d'estre immortelle.
Page 40 - Notre magot prit, pour ce coup, Le nom d'un port pour un nom d'homme. De telles gens il est beaucoup Qui prendroient Vaugirard pour Rome, Et qui, caquetant au plus dru, Parlent de tout, et n'ont rien vu.
Page 61 - ... se renverser ainsi en l'air, où ils n'ont aucun point fixe pour s'appuyer ; mais la crainte dont ils sont saisis leur fait courber l'épine du dos, de manière que leurs entrailles sont poussées en haut.
Page 84 - Chiens, ce qui lui paroissoit très - déraisonnable , elle s'étoit déterminée à n'avoir que des Animaux dont le commerce ne mène pas plus loin qu'on ne veut. Quel Vieille Sorcière qu'on prétend s'être autrefois métamorphoser en Chat , lorsqu'on allait la brûler.
Page 122 - II est un charmant badinage, Qui ne tarit jamais la source des désirs. Je renonce pour vous à toutes les gouttières, Où (soit dit en passant) je n'ai jamais été ; Je suis de ces minettes fières, Qui donnent aux grands airs, aux galantes manières. Hélas ! ce fut par-là que mon cœur fut tenté, Quand j'appris ce qu'avait conté De vos appas, de votre adresse Votre incomparable maîtresse.
Page 130 - ... tant de savoir, Jamais chien n'eut tant d'éloquence ; Tant d'esprit, tant d'amour que vous en faites voir: Veuillent les immortels, auteurs de ma naissance, Soutenir contre vous mon chancelant devoir ! Ils exaucent mes vœux, et déjà je commence A sentir dans mon cœur l'effet de leur secours : Je vous vois des défauts qui vont rompre le cours D'un feu qui m'auroit pu coûter mon innocence ; Oui , je remarque en vous un défaut furieux. En est-il un plus grand que l'indigne foiblesse Qui...
Page 128 - Pour éviter l'oisiveté, Elle contenta la tendresse D'un jeune chat épris de sa beauté, Tant qu'enfin la belle déesse Fit des chatons en quantité. C'est de cette source divine Que je tire mon origine. Qui de nous deux, Cochon, dites la vérité, Doit se piquer de qualité?
Page 92 - J'aurai toujours dans la mémoire Cette peluche blanche et noire Qui la fit admirer de tous. Dame Cloton l'a mal-traitée, Pour plaire aux Souris de chez nous, Qui l'en avaient sollicitée.
Page 50 - Serait prêt dans quatre ou cinq jours. « Mes amis, dit le solitaire. Les choses d'ici-bas ne me regardent plus : En quoi peut un pauvre reclus Vous assister? que peut-il faire Que de prier le ciel qu'il vous aide en ceci? J'espère qu'il aura de vous quelque souci.
Page 123 - Grisette, avec raison je suis charmé de vous, Vous avez de l'esprit plus que tous les matous ; Jamais, à ce qu'on dit, chatte ne fut mieux faite : Mais, ceci soit dit entre nous, N'êtes-vous point un peu coquette ? Vous pouvez l'avouer sans paraître indiscrette. Le mal n'est pas grand en effet ; Et, s'il faut tout dire, Grisette, Moi-même franchement je suis un peu coquet, Malgré la perte que j'ai faite.

Bibliographic information