Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris (1228-1249): sa vie et ses ouvrages

Front Cover
A. Picard, 1880 - Bishops - 399 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 271 - Puis examinant avec attention ce que j'étais, et voyant que je pouvais feindre que je n'avais aucun corps et qu'il n'y avait aucun monde ni aucun lieu où je fusse, mais que je ne pouvais pas feindre pour cela que je n'étais point, et qu'au contraire de cela même que je pensais à douter de la vérité des autres choses, il suivait...
Page 271 - ... je connus de là que j'étais une substance dont toute l'essence ou la nature n'est que de penser, et qui, pour être, n'a besoin d'aucun lieu ni ne dépend d'aucune chose matérielle...
Page 151 - dist li maistres; je n'en puis mais si je pleur; car je « cuit estre mescréans, pour ce que je ne puis mon cuer « ahurter à ce que je croie ou sacrement de l'autel, ainsi « comme sainte Esglise l'enseigne; et si sai bien que ce « est des temptacions l'ennemi. » « Maistres, fisj li évesques, or médites, quant li enne« mis vous envoie ceste templacion, se elle vous plaît.
Page 151 - C tre le sacrement de l'autel, ne contre les autres sains sacremens de l'Esglise. » — « Je, sire, fist li maistres, sachiez que il n'est nulle riens ou monde que j'en preisse, ainçois ameroie miex que on m'arachast touz* les membres dou cors, que je le regéisse. » — D « Or vous dirai-je autre chose, fist li evesques. Vous savez que...
Page 151 - Or vous dirai-je autre chose, fist li evesques. Vous savez que li roys de France guerroie au roy d'Engleterre, et savez que li chastiaus qui est plus en la marche de aus dous, c'est la Rochelle en Poitou*.
Page 261 - Ces vérités éternelles, que tout entendement aperçoit toujours les mêmes, par lesquelles tout entendement est réglé, sont quelque chose de Dieu, ou plutôt sont Dieu même.
Page 151 - vous demant-je, fist li evesques, se vous penriés ne <( or ne argent par quoy vous regeissiez de vostre « bouche' nulle riens qui fust contre le sacrement de « l'autel, ne contre les autres sains sacremens de « l'Esglise. — Je, sire, fist li maistres, sachiez que il « n'est nulle riens ou monde que j'en preisse ; ainçois « ameroie miex que on m'arachast touz les membres « dou cors, que je le regeisse. » « — Or vous dirai-je autre chose, fist li evesques.
Page 152 - Mestre, dit l'évesque,je vous di que mon cuer est semblable au chastel de Montleheri; car nulle temptacion ne nulle doute je n'ai du sacrement de l'autel : pour laquel chose je vous di que pour un gré que Dieu me scet de ce que je le croy fermement et...
Page 151 - Montleheri à garder, qui est au cuer de France et en terre de pais, auquel li roys deveroit savoir meillour grei en la fin de sa guerre, ou à vous qui averiés gardée la Rochelle sanz perdre, ou à moy qui li averoie gardé le...
Page 151 - B 32 ceste temptacion, se elle vous plait. » — Et li maistres dist : « Sire, mais m'ennuie tant comme il me puet ennuier. » — « Or vous demant-je, fist li evesques, se vous penriés ne or ne argent par quoy vous...

Bibliographic information