Page images
PDF
EPUB

can be used to advantage in intermediate French classes, where, in addition to the regular lesson, one or more of the anecdotes, along with a few idiomatic phrases, may be assigned for daily recitation. It would be well to shorten the reading lesson, if necessary, in order to devote time to such drill work. This drill will by no means take the place of composition work; but composition will, I feel sure, mean increasingly more to the student if supplemented by conversational drill.

These short stories offer an inexhaustible mine for class work. They can be committed to memory in a few minutes. A phrase learned in association with a story becomes thus easily impressed on the memory. By this method, the student acquires almost unconsciously a wide vocabulary.

It is hardly necessary to specify how these stories may be used to advantage in a class, either for building up a vocabulary, or for the practical application of the more common rules of grammar. A few hints, however, may be of value to teachers. These anecdotes may be used for (1) dictation, (2) oral drill, (3) reading and drill combined, with emphasis on the acquisition of a correct pronunciation. Finally, after the teacher himself has retold the story, and after he has exhausted the helpful comment on the text, he should ask one or more of his pupils to reproduce the story, encouraging each to use language of his own, that is, words not contained in the text. In this manner the text may be made very

elastic. If this method of teaching be followed, the teacher will find that the student is no longer tongue-tied when he is called upon to talk in French. He now has something to say, and he is familiar with words in which to express himself. The work will prove interesting to the class, and the teacher will be astonished and gratified at the results.

For the large majority of these anecdotes, the editor has drawn upon Guérard's Dictionnaire Encyclopédique d'Anecdotes, Paris, 1872. A few (Nos. 5, 12, 33, 56, 62, 66) have been taken, with the kind permission of the publisher, Charles E. Merrill Co., New York, from Rougemont's Anecdotes Nouvelles. Following the old dictum that a good story is worth telling twice, the editor has picked up here and there a few additional stories which he has included in his collection.

PHILIP W. HARRY. COLBY COLLEGE.

[blocks in formation]

FRENCH ANECDOTES

PART ONE

1 Alphonse V, roi d'Aragon, rencontra un jour un paysan qui était fort embarrassé, parce que son âne chargé de farine venait de s'enfoncer dans la boue.

Le roi descendit aussitôt de cheval pour aller au 5 secours du pauvre homme. Arrivé à l'endroit où

était l'âne, il se mit avec le paysan à le tirer par la tête, afin de le faire sortir du bourbier. A peine eurent-ils réussi à retirer la bête, que les gens de la

suite d'Alphonse arrivèrent, et voyant le roi tout 10 couvert de boue, ils s'empressèrent de l'essuyer et

de lui procurer d'autres vêtements. Le paysan, fort étonné de voir que c'était le roi qui lui était venu en aide, commença à lui faire des excuses et

à lui demander pardon. Mais le roi le rassura 15 avec bonté, et lui dit que les hommes étaient faits

pour s'entr'aider.

2

Zaïre, tragédie de Voltaire, ne fut point goûtée du public à sa première représentation, et l'auteur

en était fort mécontent. Comme il s'en allait tout 20 pensif, il rencontra Piron, à qui il se plaignit du

peu de goût et de l'injustice de ce même public; mais voulant cacher en quelque sorte tout le dépit qu'il en concevait, il ajouta: «Il est vrai que ma pièce n'a pas plu, mais au moins elle n'a

pas été Comment veủx-tu, mon ami, que l'on siffle quand on bâille?» lui répliqua Piron.

5 sifflée.

3

Un charlatan disait un jour la bonne aventure. Il y avait beaucoup de monde autour de lui, et il

avait déjà trompé bien des gens. Tout à coup un 10 homme arrive en courant, et lui crie: «Vous dites

que vous pouvez savoir ce qui m'arrivera l'année prochaine. Mais moi je ne vous crois pas, car vous ne savez pas seulement ce qui vous arrive à

vous-même à présent. Le feu est à votre maison. 15 Courez vite si vous voulez sauver votre bien.)

Le charlatan sans perdre une seconde courut chez lui. De feu, il n'y en avait nulle part; mais il comprit qu'on s'était moqué de lui et ne se montra plus en public.

4 Deux compagnons, Jean et Pierre, passaient un jour à côté d'un jardin potager. (Voilà des choux magnifiques, dit Jean. - Allons donc! s'écria

Pierre qui était quelque peu vantard; cela n'est

rien. En faisant mon tour de France j'ai vu 25 quelque part un chou qui était plus gros que cette

maison que tu vois là. — Plus gros que cette maison! reprit le premier, c'est beaucoup dire;

20

« PreviousContinue »