Histoire de la Bastille, depuis 1374 jusqu'à 1789, par mm. A. Arnould, Alboize du Pujol et A. Maquet. (Suivie par Le donjon de Vincennes, depuis sa fondation jusqu'à nos jours, par mm. Alboize et A. Maquet).

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 236 - Commandant de la Bastille, de lui demander s'il est disposé à recevoir dans cette place les troupes de la milice parisienne, qui la garderont de concert avec les troupes qui s'y trouvent actuellement, et qui seront aux ordres de la Ville.
Page 300 - Messieurs, je vous ai assemblés pour vous consulter sur les affaires les plus importantes de l'État. Il n'en est pas de plus instante, et qui affecte plus sensiblement mon cœur, que les désordres affreux qui régnent dans la capitale. Le chef de la...
Page 277 - Et, si ce n'est assez de toute l'Italie, Que l'Orient contre elle à l'Occident s'allie; Que cent peuples unis des bouts de l'univers Passent pour la détruire et les monts et les mers. Qu'elle-même sur soi renverse ses murailles, Et de -ses propres mains déchire ses entrailles; Que le courroux du ciel allumé par mes vœux Fasse pleuvoir sur elle un déluge de feux! Puisse-je de mes yeux y voir tomber ce foudre, Voir...
Page 174 - ... d'aucune manière que ce puisse être, des prisonniers , ni autres choses concernant le château de la Bastille, qui auraient pu parvenir à ma connaissance. Je reconnais , de plus , que l'on m'a rendu l'or, l'argent , papiers , effets et bijoux que j'ai apportés ou fait apporter audit château...
Page 240 - Je vous envoie, mon cher du Puget, l'ordre que vous croyez nécessaire; vous le remettrez. Paris, ce 14 juillet 1789. Sigué, BE/ENVAL. » « M. de Launay tiendra jusqu'à la dernière extrémité. Je lui ai envoyé des forces suffisantes.
Page 207 - ... allez dire à votre maître que nous sommes ici par la puissance du peuple, et qu'on ne nous en arrachera que par la puissance des baïonnettes.
Page 218 - J'arrive de Versailles. M. Necker est renvoyé. Ce renvoi est le tocsin d'une Saint-Barthélemy de patriotes. Ce soir tous les bataillons suisses et allemands sortiront du Champ de Mars pour nous égorger ; il ne nous reste qu'une ressource, c'est de courir aux armes et de prendre des cocardes pour nous reconnaître.
Page 300 - ... personnes n'étaient pas en sûreté. Serait-il donc nécessaire de vous rassurer sur des récits aussi coupables , démentis d'avance par mon caractère connu? eh bien! c'est moi, qui ne suis qu'un avec ma nation ; c'est moi qui me fie à vous ! aidez-moi , dans cette circonstance , à assurer le salut de l'état; je l'attends de l'assemblée nationale. Le zèle des...
Page 236 - Le comité permanent de la milice parisienne , » considérant qu'il ne doit y avoir à Paris aucune » force militaire qui ne soit sous la main de la » Ville, charge les députés qu'il adresse à M.
Page 301 - ... la patrie; il n'ya plus de mauvais citoyens parmi vous, tout est calme, tout est paisible. Nous avons admiré l'ordre de votre police, de vos distributions, le plan de votre défense; mais maintenant la paix doit renaître parmi nous, et je finis en vous adressant, au nom de l'assemblée nationale, les paroles de confiance que le souverain a déposées dans le sein de cette assemblée. Je me fie à vous : c'est là notre vœu; il exprime tout ce que nous sentons.

Bibliographic information