Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Ce Portrait a été écrit en 1782, retouché en 1816.

Dans ces temps où les peuples n'avaient pas encore assez confondu leurs idées et leurs mæurs, pour qu'on n'en pût séparer un par des institutions toutes particulières, et par une révolution soudaine ; il s'est rencontré un de ces hommes extraordinaires, dont les desseins étonnent encore plus, par leur succès même. Il avait porté ses premières pensées de pays en pays, pour

les comparer à toutes les législations que l'on connaissait alors; et il en était revenu, chargé d'une profonde tristesse sur le sort qu'elles

faisaient au genre humain. Il se promit d'en préparer un différent à sa patrie; et il s'exila, pendant plusieurs années, dans cette méditation. Enfin, il sortit de sa retraite ; il forma un parti, et il parut en armes,

dans le lieu des assemblées publiques.

« Citoyens, dit-il aux Spartiates , je m'y » prends pour fonder des lois, comme d'au« tres s'y sont pris pour les renverser. Mais » ces armes ne peuvent commander

que

l'at» tention que vous me devez; les choses » que vous allez entendre vont vous causer » une bien autre frayeur. Réprimez-la ; vous » tournerez ensuite ces armes contre moi, » si j'ai plus espéré de vous, que vous ne » sauriez accomplir.

» J'ai voulu que vous fussiez le peuple » le plus libre de la terre; et, pour cela, » j'ai conçu que vous deviez être le peuple » le plus soumis aux lois.

» J'ai voulu que vous fussiez le plus heu»reux. Mais tout le bonheur de l'homme » est dans l'emploi de son courage. Vivez » donc dans un exercice continuel de tra» yaux et de périls; et ne soyez ni des » riches, ni des pauvres ; mais des hommes

» qui n'aient rien à perdre, rien à conser» ver, que leur force et leur vertu.

» Je vous destine à des choses sublimes; » et vous ne feriez rien de grand, sans les

passions. Cependant, si je vous en accordais » plusieurs, elles se combattraient et vous » déchireraient. Vous n'en aurez qu'une ; » mais la plus généreuse de toutes , l'amour » de la patrie et des lois.

» Citoyens, mes institutions ne peuvent » avoir rien de commun avec celles

que

l'on » a tracées sur des tables, chez les autres

peuples ; elles ne peuvent être gravées que » dans des coeurs fidèles. Elles ne seront » rien, si elles ne deviennent des mours. » Des héros ont sauvé leur

pays par des » victoires : pour moi, je voudrais sauver » le mien par les lois. Quelque chose d'impérieux dans mon âme, me dit que

celles» ci sont bonnes , et qu'elles vous convien» nent; il me semble que ce sont les dieux » eux-mêmes qui me les ont inspirées ; je w les en remercie devant vous; et je les » conjure de vous accorder de les aimer : » puissiez-vous les aimer, tant que l'Eurotas, » qui coule ici sous notre vue, descendra

»

» des moutagnes et baignera nos rivages!

Il expliqua ensuite ces institutions, auxquelles on n'a rien à comparer; et on eut le courage de les accepter. Il en dirigea l'établissement, de sa main douce et ferme; car cette inflexible austérité n'était

que

dans ses principes et ses vues; tout était modération et bonté dans son âme. Voyant que ses lois commençaient à s'affermir, il demanda d'aller consulter sur elles Apollon, au temple de Delphes; et il obtint un serment général qu'elles seraient inviolablement observées, jusques à son retour. Il envoya un oracle favorable; mais il ne reparut plus; et il abrégea sa vie; heureux de sceller par sa mort la durée de sa législation ! Jamais on n'avait plus ressemblé à ces demi-dieux, de qui les hommes croyaient tenir ces premières découvertes, qui furent les fondemens de la société. Pourquoi faut-il

que la plus puissante des législations, n'en fût pas la meilleure? Tout s'y rapportait à la

guerre;

à la

guerre, sans les conquêtes. Aussi la dureté, l'oisiveté, l'orgueil farouche du soldat , se mêlaient, à Sparte , à la frugalité, à la modération, i

« PreviousContinue »