Page images
PDF
EPUB

BUIL.

« Avec quel zèle exhortoit-il quelques-uns de QUERELLER, au figuré. » ses domestiques à rentrer comine lui dans le

Vous qui, de l'Asie embrassant la conquête, » hercail de J. C. ! »

FLÉCII.
Querellez tous les jours le ciel qui vous arrète.

RAC. QUERELLE, s. f. , contestation , dérrélé, Ils ne savent jamais que se cbarger de chaines , dispule üvec aigreur et animosité. Granite que Que bénir leur martyre, adorer leur prison , relie. Petile, légere, sanglante querelle. Querelle

Et faire quereller les sens et la raison. hereilituire. Oserelle de vingt ans. Avoir querelle QUESTÉUR, s. m'. (la première syllabje se proavec quelqu'un. Être en querelle uvec quilqu'un. nonce cues). Ce nom étoit à Rome celui des maFire querelle à quelqu'un, lui susciter une que- gistrats chargés de la garde du trésor public , et relle. Emouroir une querelle. Prendre querelle. de diverses autres fonctions, comme de recevoir Accorder une querelle, des querelles. Terminer, les ambassadeurs , etc. Il y en avoit pour la ville apriser, tissoupir une querelle. Semer des qui mème; d'autres pour les armées, où ils servoient relles. Renouveler , réveiller une querelle. Mettre comme officiers généraux; d'autres pour les prodes gens en querelle. Voilà le sujet de leur que vinces, où ils avoient une grande autorité, sous relle. C'est ce qui a fait leur querelle. Le com les préteurs et les proconsuls. On disoit: quesmencement, l'origine de la querelle. Sur la fin teur d'une telle province. Questeur d'un tel prétle leur querelle. Il a une grande querelle sur leur. les bruis. La querelle se renouvela, se ralluma. Il se dit aussi de certains miembres des asFidler une querelle par le combat. 11 s'est fait seni blées politiques, chargés de surveiller les des querelles, qu'il les démele tout seul. Il en

dépenses. gage ses amis dans ses querelles. Ils sont en querulle.

QUFSTION, s. f: (on prononce kestion), interOn dit, entrer dans une querelle , pour

rogation, demande que l'on fait pour s'éclairdire , s'intéresser dans une querelle, y prendre

cir de quelque chose. Qu'avez-vous répondu à

celle question ! C'est une questioị captieuse. parti. On dit aussi, embrasser, épouser, prendre

QUESTION, est aussi une proposition sur lala querelle de quelqu'un, pour dire , prendre le quelle on dispute. Question de logique, de phyparti de quelqu'un contie ceux avec qui il a

sique, de théologie. Grande question. Question querelle; et, prendre querelle pour quelqu'un, di tricile, haute, sublime, épineuse. Question pour dire , déclarer qu'on entreprend de le problématique. Question acailémique. Question venger de ceux qui l'ont offensé, prendre son

curieuse. Trailer, agiter une question. Proposer parti avec chaleur, malmener ceux qui eu para question. Mouvoir une question. Lx question

une question. Résoudre une question. Vider la Lent mal.

roule sur ce que.... De celle question, il en nait « Ne croyez pas que ce soit seulement la que plusieurs autres. Vous donnez pour réponse ca » rell de l'épiscopat, ou quelques chicanes sur

qui est en question. Cela est hors de doute , il » la liturgie anglicane, qui aient ému les com

ne le faut pas metlre en question. Question de Boss.

drvit. Question de fuit. Toute la question abou. « Il étoufsoit les querelles dès leur naissance. » tit à ce point. Voilà le noeur, le point de lu

FLÉCHIER. question. Vous n'entendez pas la question. Po« Des hommes graves qui, d'un point de ser l'état de la question. Mettre une question » doctrine, se fout uue querelle personuelle. » sur le laps. La question a été jugée, décidée.

LA BRUYERE. Ce n'est pas une question. Dict. DE L'ACAD. « Cette querelle, qui fut aussi vive que pué

« Peusez-vous donc qu'il n'y ait qu'à dé» rile, envenina celle des cérémonies. Cette

» tourner les questions pour les résoudre ? » ; affaire étoit devenue une querelle de nation

PASCAL » à nation. »

Volt.

« Écrire sur des questions abstraites. » Volt. Mais quelque noble ardeur dont ils puissent brûler , Question, signifie aussi, la torture, la gêne Peuvent-ils de leur roi venger seuls la querelle ? qu'on donne dans certains pays aux crimiVoilà donc quels vengeurs s'arment pour ta querelle ! nels, pour leur faire confesser la vérité. QuesSi quelque audacieux' eo:brasse sa querelle,

tion orilinaire , extruordinaire , préparatoire. Qu'à la fureur du glaive on le livre avec elle.

Présenter un criminel à la question. On l'a mis , Quoi ! saps qu'eile employât une seule prière , on l'u appliqué à la question. Souffrir la quesMa mère en sa faveur arma la Grèce entière.

lion. Il a lout avoué à la question. Louis XVI Ses yeux, pour leur querelle, en dix ans de combats, a aboli la qüeslion préparatoire. Virent périr vingt rois qu'ils de condoissoient pas.

QUFSTURE, s. f. (la première syllabe se RACINE.

prononce cues), nom d'une charge fort recherQUERELLER, 1. a., faire querelle à quel chée à Rome, dans le temps de la république, qu’um. Il est venu nous quereller nul à propos. comune étant le premier degré qui conduisoit Ne querelles personne.

aux grandes magistratures. (Voyez quesleur.) On dit que des gens se sont querellés, pour QUICONQUE, pronom masculin indélini. dire qu'ils ont eu dispute l'un contre l'autre Quelque personne que ce soit, qui que ce soit, avec des paroles aigres. Ils se querelleni toujours. Oriconque n'observera pas cette loi , sera puni. Il

QUERELLIR , signifie aussi, dire des paroles a promis de le protéger contre quiconque l'attaaigres et facheuses, grouder, réprimander. Son queroii. Il n'a point de pluriel. père la querellé. C'est un homme qui querelle Il est aussi quelquefois féminin ; et l'on peut toujours ses valets.

dire en parlaut à des femmes, quiconque de

[ocr errors]

vous sera assez hardic pour médire de moi , je l'en » quitter le monde tout d'un coup que de le ferai repentir. Dic. De L'AC. » vaincre tant de fois. »

FLÉCHIER. « Quiconque flatte ses maîtres les trahit. QUITTER , signifie aussi, ôter quelque chose de » Quiconque, dit un roi lui-même, quiconque, dessus soi, se dépouiller, se détaire. Quitter ses » fùt-il maitre de l'univers, s'éloigne de la règle habits. Quitter ses gants. Quitler sa robe. Quitter » et de la sagesse, il s'éloigne du seul bonheur son épée, » où l'homine puisse aspirer sur la terre. On dit aussi figurément, quitter la robe , » Quiconque n'est pas sensible au plaisir de quitter l'épée, quitter la soutane; quiller le fioc » faire des heureux , plaisir si vrai, si touchant, pour dire, renoncer à la profession de la robe, o si digne du caur, il n'est pas né grand , il ue de l'épée, de l'état ecclésiastique, de la vie reli» mérite pas même d'ètre homme. — Quiconque gieuse. » promet aux grauds, dit l'évangile, qu'ils trou On dit, quilter une charge, quilter un emploi, » veront Jésus-Christ dans le desert ou dans le quitter un bénéfice , pour dire , se défaire d'une » secret de leur palais, est un faux prophèle. » charge, se démettre d'un emploi, d'un bénéfice.

MASSILLON.

Oi dit dans le même sens, quiller une proQuiconque ne sait pas dévorer on affront,

fession. Ni de fausses couleurs se déguiser le front,

On dit, quitter ses mauvaises habitudes , pour Loin de l'aspect des rois qu'il s'écarte , qu'il fuie. dire, se détaire de ses mauvaises habitudes. Puisse périr comme eax quiconque leur ressemble ! QUITTER, siguifie aussi lâcher, laisser aller.

RACINE. Il se lint attaché à un arbre , qu'il ne quilla QUITTER, v. a., laisser en quelque lieu, en point jusqu'à ce qu'on le viril secourir. Quitter su quelque endroit , se séparer de quelqu’uu, s'ab-proie. Quitter prise, senter, se retirer le quelque lieu, abandonner. On dit figurément, quitter prise, pour dire, Je vous quitte pour un moment. avez-vous abandonner un dessein, s'en désister. Le moinquitté vos gens ? Il a quitté la compagnie en un dre obstacle , la moindre résistance lui fait quilter iel endroit. Il est facheux de quitier ses amis, prise. de quitter ce qu'on aime. Quitter père et QUITTER, signifie, céder, délaisser. Quitter mère. Quiller sa famille et ses enfans. Il ne tous ses droits, toutes ses prétentions à quelqu'un. le quitte ni nuit ni jour. Ils ne se pouvoient Il lui a quitté tous les effets de cette succession. quilter: Quand l'ame quitte le corps. Il a quitté Quitter sa place à quelqu'un. Si ce que vous dites la maison il logeoil, pour en prendre une est vrai , je vous le quitte. J'aime mieux quiller autre. Il quilta la Cour pour aller vivre en que de disputer. Il n'en quitleroit pas sa purt à province. Il a quitté son pays. Il a été contraint in autre; et absolument, il n'en quitleroit pas de quitter le pays. Les ennemis ne purent jamais sa part. Ces expressions sont du style familier. lui faire quiiler son puste. Il a quitie.un tel parti. C'étoil un brave officier, mais il y a déjà quelque que chose , cesser de s'y adonner, de s'y appli

QUITTER , signifie aussi , se désister de queltemps qu'il a quillé le service. Un domestique qui quer, y renoncer. Quiller une entreprise. Quitter quitte le service de son maitre. Quitter tout pour se donner à Dieu. Il faut tout quilter pour Dieu.

un dessein. Quitter un ouvrage. Quitter ses élu.

les. Il quitte la chasse. Quiller le jeu. Quitter le Quiller une Religion. DICT. DE L'Ac.

vin. « C'étoit le conseil de Dieu d'instruire les rois QUITTER , siguifie encore, exempter, affran» à ne point quitter son église.

Ainsi nolis

chir, décharger, tenir quitle. Je vous quitte de » apprendrons à mépriser ce que Madame a

Lont ce que vous me devez. Je vous quitle des in» quitté sans peine , afin d'attacher toute notre térêts et du principal. Je vous en quilte. » estime à ce qu'elle a embrassé avec tant d'ar

QUOI, pronoin qui quelquefois tient lieu du >> deur. »

BOSSUET.

pronom relatif, lequel, laquelle, dans les cas Le dessein est en pris : je pars , cher Théramene, obliques, tant au singulier qu'au pluriel. Ce Et quitte le séjour de l'aimable Trézène.

sont choses à quoi vous ne prenez pas garde. Ce Ses yeux , qui vainement vouloient vous éviter, sont des conditions sans quoi la chose n'est pas été Dejà pleios de langueur, ne pouvoient vous quitter. conclue. Le sujet, la cause pourquoi on l'a arrélé, Mon pays, mes enfaus, pour vous j'ai tout quind. pour dire, le sujet pour lequel, la raison pour Je ne le puis quitier.

laquelle on l'a arrêté. Il ne se dit que des choses, Vous, mon fils , me quitter ?

et ne se dit jamais des personnes. Ce temple l'importune , et son impiélé

Il se prend aussi substantivement. Ainsi on Vondroit anéantir le dieu qu'il a quille. RAG. dit, quoi qu'il en arrive , quoi que vous disiez, On dit, quitter le grand chemin, pour dire ,

pour dire, quelque chose qu'il en arrive, quels'écarter, se détourner du grand chemiu ; quil- la ? de quoi est-il question ? pour, sur quelle

que chose que vous disiez ; sur quoi en étiez-vous ter le commerce du monde, pour dire ; se priver chose, sur quel propos en étiez-vous lá? de du commerce du moude; et, quitter le monde, quelle chose est-il question ? à quoi pensez pour dire , embrasser la vie religieuse. On dit aussi qu'un homme

vous ? à quoi vous occupez-vous ? pour, á quelle

li quitté sa ferme , pour dire, qu'il s'en est séparé pour

chose vous occupez-vous? ila manqué à son ami, n'avoir plus de communication avec elle.

à son bienfaiteur, en quoi il esi doublement cou

pable , pour en laquelle chose il est doublement « Elle se prépare à quitter le monde. Il faut coupable; c'est en quoi vous vous trompez, pour, » quilter le monde, si on ne le peut quant au c'est eu cela que vous vous trompez ; dites-moi » sieu et à la demeure , du moins par esprit et en quoi je puis vous servir, jour, eu quelle » par l'affection du cæur. Il est plus sûr de chose je puis vous servir.

RAC

RACINE.

) vre.

On dit encore, il y a dans cette affaire je ne quoi ! de votre erreur rien ne peut vous tirer ? sais quoi que je n'entends pas ; il y a dans ce dis Qu'elle vive ! Mais, quoi ! peu jaloux de ma gloire , cours je ne s:ais quoi qui me semble insidieux, Dois-je au superbe Achille accorder la victoire ?

« Mais à quoi auroient abouti tant de quali Quor, répété. » tés héroïques, si Dieu ne l'avoit éclairé ? »

Quoi ! tu ne mourras point? quoi ! pour punir ton crimer FLÉCHIER.

Mais où va ma douleur chercher une victime ? « De quoi n'est pas capable un cœur que la ja Quoi ! pour poyer les Grecs et leurs mille vaisseaux , » lousie noircit et envenime! Quoi de plus Mer, tu n'ouvriras pas des abimes nouveaux ! » grand que de voir l'homme tenir, pour ainsi Quoi ! lorsque , les cbassant da port qui les recèle , » dire, sans cesse son ame entre ses mains ? L'Aulide aura vomi leur flotte criminelle , » Quoi de plus doux en effet que de pouvoir Les vents , les mêmes vents, si long-temps accusés, » compter qu'il n'est pas un moment dans la Ne te couvriront pas de ses vaisseaux brisés ! » journée où des ames affligées ne lèvent pour » nous les mains au ciel, et ne bénissent le jour subjonctif; encore que, bien que. Il est de très

QUOIQUE, conjonction qui régit toujours le » qui nous vit naitre? Sur quoi prétendez» vous que Dieu doive se relàcher en votre fa- supprime le subjonctif par ellipse. Quoique

bonne maison, quoiqu'il ne soit pas riche. On > veur ? »

MASSILLON.

peu riche , il est généreux. Quoi qu'ils fissent pour moi , leur funeste boulé Ne me sauroit payer de ce qu'ils m'ont óté.

« Quoiqu'en ignorant sa captivité et sentant trop Et sur quoi jugez-vous que j'ed perds la mémoire , » sa grandeur , elle se découvre elle-même; Prince ?

v quoique refusant tous les autres noms, elle De quoi viens-tu flatter mon esprit désolé ?

» s'obstine à dire qu'elle est la princesse, elle De quoi , pour voas sauver, n'étois-je point capable ?

» est enfin amenée auprès de la reine sa mère.

» - Arrêtons nos yeux sur un vieillard qui Quoi QU'IL EN SOIT.

» auroit blanchi dajis les vanités de la terre, « Quoi qu'il en soit, l'Ecriture Sainte nous

» quoique l'on me montre ses cheveux gris, » enseigne tantôt que la gloire est le partage de

» quoique l'on me compte ses longues années, » l'humble de cour, tantôt que l'humilité est un

» je soutiens que sa vie ne peut être longue.» présage infailliblede la gloire quila doit sui

» Quoique Dieu et la nature aient fait tous les Quoi qu'il en soit, le temps emporte

» hommes égaux, en les formant d'une même » jusqu'à la force et à la ferveur de la piété. »

» boue, la vanité humaine ne peut souffrir » cette égalité.... »

Boss. FLÉCHIER. On dit absolument, un je ne sais quoi, pour

» Quoique le coeur de M. de Turenne se fùt, dire certaine chose qu'on ne peut exprimer. Il

» sauvé des déréglemens que causent d'ordiy a dans cette beaute un je ne sais quoi qui me » naire les passions , il prit encore plus soin de pique plus que la beauté même. DICT. DE L'Ac. » le régler.- Quoiqu'il n'y ait point devant Dieu « Il (le corps ) devient un je ne sais quoi qui

» de différence de personne ou de condition, l'É» u'a plus de nom dans aucmme langue. - La

» criture nous errseigne pourtant qu'il a des » France le vit alors accompli par ces derniers

» soins particuliers de ceux qu'il porte sur le » traits , et avec ce je ne sais quoi d'achevé que

» trône.- Quoique Dieu par sa grâce eût formé » les malheurs ajoutent aux grandes vertus. »

» de si saintes dispositions dans l'ame de MarieBOSSUET.

» Thérèse , il voulut qu'elle s'aidât des exemples « Il trouvoit je ne sais quoi de vain, de foible

» et des instructions d'une mère que ses vertus » et de bas dans cette hauteur démesurée. »

» avoient rendue vénérable à l'Espagne où elle FÉNÉLON.

» règnoit, et à la France d’où elle étoit sortie. Quor, est quelquefois encore particule admi -Quoiqu'il n'yait rien desi naturel à l’homine rative, et sert à marquer l'étonnement, l'indi

» que d'aimer et de connoître la vérité, il guation, etc. Quoi, vous avez fait telle chose !

» #n'y a rien qu'il aime moins et qu'il cherche Quoi donc, vous m'osez résister en face! On y

» moins à conpoitre.- Quoique M. de Montauajoute quelquefois l'interjection . quoi ,

» sier aimât la gloire, il la cherchoit dans ses vous n'étes pas encore parti! DICT. DE L'ACAD.

» actions , non pas dans le témoignage des » hommes. »

FLÉch. « Mais quoi? Oublié-je mon triste sujet ? Et » comment accordé-je ici le souvenir de ces

« Le sang dont vous êtes issus, quoique plus » joyeuses' solennités avec cet appareil de céré » illustre aux yeux des hommes , ne coule-t-il » monies funèbres. »

FLÉCHIER. » pas de la même source empoisonnée qui a in. « Quoi! vos faveurs vous font des esclaves, et

» fecté tout le genre humain ? » les bienfaits de Dieu ne lui feroient que des

» vangile propose à tous la même doctrine, il » ingrats et des rebelles ! - Hé quoi ! tandis que

» ne propose pas à tous les mêmes règles. »

MASSILLON. » celui que sou rang et sa naissance établissent » dépositaire de l'autorité publique se renferme Quoiqu'il vous reste à peine une foible lumière , » roit dans l'enceinte d'un petit nombre de de Mon ame chez les morts descendra la première. » voirs pieux et secrets , les soins publics se Quoique trop convaincu de son inimitié, » roient abandonnés, et les peuples seroient Vous devez à ses pleors quelque ombre de pitié. » comme des brebis sans pasteur. »

Mass.

Quoique Scythe et barbare, elle a pourtant aimé. Quoi ! le traître sur vous porte ses mains hardies !

Et les fils de ce roi, Quoi ! déjà votre foi s'affoiblit et s'étonne !

Quoique des de mon sang, sunt étrangers pour moi. Quoi ! vous pouvez vous faire en ce périt extrême ?

RACINE.

[ocr errors]

Quoique l'É

[ocr errors][merged small]

RABAISSER,

v. a., mettre plus bas , placer RACCOURCI , subst. une chose au-dessous du lieu où elle étoit. Il

Je vous écris donc, et voici faudroit rabaisser cette corniche.

De mon voyage un raccourci..

ROUSS. Il se dit aussi de la voix, et signifie , élever

On dit, en raccourci, pour dire, en abrégé. Je moins la voix.

vous ai dit le fait en raccourci. RABAISSER , siguifie aussi dinin uer. Rabaisser

Richelet jadis , en raccourci , le taux des denrées.

Vous a de l'art les règles de grossi. Rouss. On dit figurément, rabaisser l'orgueil de quel

RACE, 8. f. collectif , Tignée, tous ceux qui qu’un , pour dire, réprimer l'orgueil , la vanité

viennent d'une même famille. Il est d'une bonne de quelqu'un.

race, de bonne race, d'une race illustre , ancienne. RABAISSER , au figuré, déprécier, estimer au

Il sort , il vient d'une noble race, d'une ruce de dessous de sa valeur. Rabaisser quelqu'un. Ra

gens de bien. Il est de la race royale. Les trois baisser le mérite de quelqu'un. Dict. DE L’Ac.

races des rois de France. Les rois de la première, Détestant ses rigueurs , rabaissant ses attraits ,

de la seconde, de la troisième race. Il y a eu de Je défiois ses yeux de me troubler jamais.

grands hommes, de grands princes dans cette J'ai peut-être, avec trop de chaleur ,

race. C'est un homme que l'on soupçonne d'être Rabaissé ses préseus, ou blamé sa douleur. RAC

de race juive. Il n'est pas de race à faire une RABAISSER , avilir , humilier.

lâcheté.

Dict. DE L'ACAD. Vous avez vu cent fois nos soldats en courroux,

« Naître d'une race illustre. — Issue de cette Porter en murmurant leurs aigles devaut vous,

» ruce , fille de Henri le Grand , et de tant de Honteux de rabaisser , par cet indigne usage,

» rois, son grand cæur a surpassé sa naissance.» Les héros dont encore elles portent l'image. Rac.

BOSSUET. Et quel objet enfin à présenter aux yeux ,

« Je laisse à votre imagination ces aumônes, Que le diable toujours burlant contre les cieux,

» dont la mémoire passe de race en race jusqu'à Qui de votre héros veat rabaisser la gloire.

» la fin des siècles. »

FLÉCH. En plaçant un papitre on croit nous rabaisser;

« Cette succession d'honneur et de mérite Mon bras seul saps latin saura le renverser. BOIL.

» manque et s'éteinten nous, dès que nous liéRABOTEUX, EUSE, adj., il se dit propre » ritons du nom , sans hériter des vertus qui ment des bois,'et signifie noueux, inégal. Le

» l'ont rendu illustre ; nous commençons une cornouiller est raboteux. Des ais raboteux.

» race nouvelle.-La gloire de descendre d'une Il se dit aussi de toute superficie inégale, et

» race royale. Souvent l'époque glorieuse principalement des chemins. Un pays inégal ,

» de l'élévation d'une race devient un moment pierreux et ruboteux, des chemins raboteux , une

» après le signal de sa décadence et de son opallée raboteuse.

» probre. Les débris de ces rúces antiques Sophocle enfin, donnant l'essor à son génie...

» dont l'éclat ne subsiste plus que dans nos hisDe vers trop ruboleux polit l'espression. BOIL.

» toires.-Dans le sein des ombres de la mort RACCOURCIR , v. a.(on ne prononce qu'un » où il voyoit s'éteindre toute son auguste race." C dans ce mot et les suivans), accourcir, ren

(Voyez reste , susciter, souffle , transporter. ). dre plus court. En prenant par ce petit sentier,

MASSILLON. vous raccourcirez votre chemin de beaucoup. Rac

Madame , au nom des dieux auteurs de notre ruce... courcir un manteau. Raccourcir un discours. Cet

Ò désespoir ! ô crime ! Ô déplorable race ! ' accident a raccourci ses jours. Il faudra raccour

S'il en est temps encore, épargnez votre race. cir cel épisode, ces remarques. Souvent un ou

On doit de tous les Juifs exterminer la race. vrage se fortifie en le raccourcissant. On dii figurément, raccourcir les moyens de

Autant que de David la race est respectés,

Autant de Jézabel la fille est détestée. de quelqu'un, pour dire, les diminuer. Cetle

Du sort de cet evfapt on n'a donc nulle trace? dépense raccourcil un peu nos moyens.

Une profonde nuit enveloppe sa race... RACCOURCI, IE, partic. Un munteau raccourci.

(Voyez rejeton , sortir.)

RAG Ou dit, à bras ruccourci , pour dire , hors de garde, hors de mesure, et de toute sa force. Il lui

Hé bien , je m'adoucis. Votre race est connue ,

Depuis quand ? répondez. Depuis mille ans entiers; a donné un coup d'épée à bras ruccourci. Souvent

Et vous pouvez fournir deux fois seize quartiers ? il signifie trop court. Une taille raccourcie. Cet habit a un air raccourci.

BOILEAU. DicT. DE L'ACAD.

Et de ses bienfaits immortels, « Que n'ai-je le secret de graver dans vos es

L'éternel comblera votre race fidèle. » priis un plan invisible et raccourci de la Flan

Rouss. » dre et de l'Allemagne ! »

Digne fruit d'une race en héros si féconde.

FLÉCHIER. .« Le bras de Dieu n'est pas raccourci. Le salut

On dit poétiquement, la race future, les races » n'est nulle part impossible , le torrent n'en- futures, les races à venir, pour dire, tous les * traine que ceux qui veulent bien s'y prêter.» hommes à venir.

MASSILLON.

« Les races futures disputeront à la plupart

Mass

RAC.

ROUSSEAU.

[ocr errors]

race.

» des souverains les terres et les hommes que. Ce plaisir d'un moment se rachète par de longues » leur siècle leur aura déférés. »

souffrances. Et ton nom deviendra , dans la race future,

RACHETER , se dit aussi en parlant de NotreAux plus cruels tyrans une cruelle injure.

Seignenr Jésus-Christ. Il a rachete le genre huJe veux le diffamer chez les races futures. ROUSS. main par son sang. Il a voulu mourir pour raOn dit, par injure et par mépris , race mau

cheter les hommes.

Dict. DE L'ACAD. dite, méchante ruce. Il est du style familier. « Ce que Jésus-Christ est venu racheter de Dáns l'Écriture Sainte, Saint Jean appelle

» tont son sang. »

Boss. certaius juifs , race de vipères.

« Une ame rachetée, non avec de l'or et de « Pourquoi avez-vous marché dans mes voies » l'argent, mais de tout le san; divin de l'a» d'un pas incertain? race infidèle me recon

» gneau sans tache. - Ces infortunés ne sont» noissez-vous à cette fois ? »

Boss. » ils pas comme vous rachetés du même prix, » « Grand Dieu ! vous maudirez ces races cruel

MASSILLON. » les. »

Mass. Racheter une rente , une pension , se libérer, Plein d'une juste horreur pour un Amalécite ,

se décharger d'une rente, d'une pension, moyenRace que notre Dieu de sa bouche a maudite.

nant une certaine somme une fois payée. Dieu s'apprête à te joindre à la race parjure. RAC.

On dit, d'une clrose doul on regrette la perte, Par cette race ingrate,

qu'on voudroit l'avoir rachetée de beaucoup; et Tout fut en même temps soumis ou ravagé.

d'une personne qui est morte, qu'on voudroil Et le ciel irrité, ressuscitant l'audace ,

l'avoir rachetée de son sang. D'une coupable race ,

On dit, figurément, racheter ses péchés par Se servit des vaincus pour punir les vainqueurs.

l'uumone, pour dire, obtenir la rémission de Race, se dit aussi des animaux domestiques,

ses péchés en faisaut l'aumône.

On dit, dans le même sens , racheter ses comme chiens, cheyaux, etc. Ce chien, ce cheval est de bonne race.

| fuuts par ses agréniens. Et l'on dit absolument, c'est un cheval de

« Elle a racheté ses péchés par les aumônes race , pour dire, c'est un cheval de bonne

» qu'elle a répandues.-Où sont les pères scru» puleux, qui ne rachètent par des dispenses la

» foiblesse de la volonté de leurs enfaus et l'inRACHAT, 4. m., recouvrement d'une chose

» capacité de leur âge. »

FLÉCH vendue, de laquelle on rend le prix à l'acheteur. Vendre à faculté de rachat , avec faculté

RACHETÉ, LE, parlicipe, s'emploie dans tous les de rachat. Le rachat des biens ecclésiastiques.

sens du verbe. Rachat, signifie aussi, délivrance, rédemption.

Dans tous les yeux quelle joie étoit peinte,

A l'aspect de ce roi racheté du tombeau. RAC. Notre-Seigneur a donné son sung pour le ruchat du genre humain.

RACINE, s. f., la partie par où les arbres et RACHETER, 6. d., acheter ce qu'on a vendu.

les autres piantes tiennent à la terre, et en tiJ'avois vendu mon cheval à un tel, muis je i’ui ra

rent la plus grande partie de leur nourriture. cheté le lui.

La racine d'un arbre, d'une plante. Ces sories Il signifie aussi, acheter une chose à la place d'arbres jettent; poussent de profondes racines. d'une autre. Il avoit vendre ses tableaux, il én a

Ces arbres se planten de bouture, et prennent raracheté d'autres.

cine facilemont. Arbre séché clans sa racine. Ce Il signifie aussi , délivrer des mains d'au- plant avoit élé coupé, il a repoussé de racine.

Brúler des racines. Chauffage ile ricines. Rucine trui une personne moyennant certain prix,

de persil. payer le prix de la liberté de quelqu'un. On l'a racheté des mains des Turcs. Ru: heter quel

Et les saales couchés, élalant leurs ruines,

Semblent baisser leur tête et lever leurs racines, qu’un les galerës. Racheter de captivité. Ruche

Pour implorer la vengeance des cieux. ROUSS ter les prisonniers. RACHETER , au figuré.

RACINE, se dit aussi de certaines plantes on

herbes, dans lesquelles ce qu'il y a de bon à « La vie même de l'homme de bien seroit | manger, est ce qui vient en terre. Ainsi on » en péril, qu'il ne voudroit pas la racheter appelle racines, en général, les raves, les ca» aux dépens de sa vertu. » Mass.

etc. Il ne vit

que

de racines. Mais ces mêmes héros, prodigues de leur vie,

« Saint François de Paule n'avoit que des Ne la racheloient point par une perfidie.

» racines pour vivre , et un ci?ice pour se couLaissez à Ménélas racheter d'on el prix,

» vrir. )

FLÉCH. Sa coupable moiijé dont il est trop épris.

RACINE, au figure. On l'emploie avec le pronom personnel. Se ru

ô

« Conuoitre votre justice et votre verti, cheter d'une sujétion. Se racheter d'une rente.

» mon Dieu ! c'est la seule racine qui porte des fes prêtres toutefois, mais il faut se båter,

» fruits d'immortalité. »

Mass. A deux conditions peuvent se racheter. Mais siéroit-il, Abner, à des caurs généreux

RACINE, se dit en parlant des ongles, des De livrer au supplice un enfant malheureux,

dents, des cheveux. L'ongle est découvert jusqu'à El de nous racheter aux dépens de sa vie. RAC.

la racine La racine des cheveux. Se rachelo: se dit au sens d'être com RACINE, au figuré, en parlant de l'origine. pensé par.... Cette petite fatigue se rachèle par « Le Seigueur a fait sécher la racine des races bien dles avantages.

» orgueilleuses, et la prosperite de impies d’a Il se dit même au sens d'ètre puoi par..... » jamais passé à leurs descendans.-Li justice

rottes,

RAC.

« PreviousContinue »