Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

non - seulement dans ses écrits philosophiques, mais dans une Harangue de la plus sublime beauté, Démofthene l'évitoit avec soin. C'étoit donc une question indécise parmi les Anciens , fi l'on devoit se permettre ou s'interdire l'hiatus.

Pour nous à qui leur maniere de prononcer est inconnue

, prenons l'oreille pour arbitre. J'ai dit que l'hiarus est quelquefois doux , quelquefois dur ;

& l'on va s'en appercevoir. Les accens de la voix peuvent être tour-à-tour détachés ou coulés comme ceux de la flûte & l'articulation est à l'organe ce que le

coup de langue est à l'instrument : or la modulation du style , comme celle du chant , exige tantôt des fons coulés & tantôt des fons détachés selon le cara&ere du sentiment ou de l'image que l'on veut peindre ; donc fi la comparaison est juste, non-seulement l'hiarus est quelquefois permis , mais il est souvent agréable. C'est au sentiment à le choisir ; c'est à l'oreille à marquer sa place. Nous sommes déja sûrs qu'elle se plaît à la succession immédiate de certaines voyelles : rien n'est plus doux pour elle mots Danaé, Lais, Dea, leo , Ilia , Thcas, Leucothoé, Phaon Léandre Adeon c. Le même hiatus sera donc mélodieux dans la liaison des mots ; car il est égal pour l'oreille

[ocr errors][ocr errors]

que ces

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

que les voyelles le fuccedent dans un seul mot, ou d'un mot à un autre. Il y avoit chez les Anciens une espece de baillement dans l'hiatus, mais s'il y en a chez nous il est insensible, & la fucceflion de deux voyelles ne me semble pas moins continue & facile dans il y-d, il a-été-è , que dans Ilia , Danaé, Méléagre.

Nous éprouvons cependant qu'il y a des voyelles dont l'assemblage déplaît : 2-, o-i, 4-an , a-en, O-un , sont de ce nombre, & l'on en trouve la cause physique dans le jeu même de l'organe. Par exemple, des voyelles gutturales ê, ê, ê, avec celles qui raisonnent au bord des levres ou des dents, l'hiatus eft infoutenable , & fa dureté vient du changement pénible & foudain qui doit s'opérer dans l'instrument de la voix ; au lieu que deux voyelles dont le fon se modifie à peu près dans le même point , se fuccédent fans peine & fans dureté, comme dans Ilia, Clio, Danaé. Il n'y a que l'hiatus d'une voyelle avec elle-même qui soit toujours dur à l'oreille : il vaudroit mieux se donner , même en profe , la licence que Racine a prise , quand il a dit , j'écrivis en Argoss , que de dire , j'écrivis à Argos. C'est encore pis quand l'hiatus est redoublé, comme dans il alla à Athènes,

On voit par-là qu'on ne doit ni éviter, ni

[ocr errors][merged small][ocr errors]

employer indifféremment dans la profe towe
espece d'hiatus. Il étoit permis anciennetest
dans les vers ; on l'en a banni par une regle à
mon gré trop générale & trop sévere , Lafontaine
n'en a tenu compte , & je crois qu'il a eu
raison.

Du reste , parmi les Poêtes qui observent
cette regle en apparence , il n'y en a pas un
qui ne la viole en effet , toutes les fois que le
muet final se trouve entre deux voyelles ; car
cet e muet s'élide , & les fons des deux voyelles
se succedent immédiatement.
Hoctor tomba fous lui , Troy'expira sous vous.

Racine,
Allez donc & portez cette joy'à mon frere.

Idem. Il y a peu d'hiatus aussi rudes que ces deux vers. La regle qui permet cette élifion & qui défend l'hiatus, est donc une regle capricieuse, & aussi peu d'accord avec elle - même , qu'avec l'oreille qu'elle prive d'une infinité de douces liaifons.

Il n'y a pas moins à choisir dans la fuccession des consonnes que dans celle des voyelles. L'articulation est une suite de mouvemens variés que l'organe exécute; & du passage pénible ou facile de l'un à l'autre , dépend le sentiment de dureté ou de douceur dont l'oreille est affe&ée. Collabuntur verba ut inter fe quam aptiffime cohæ- Cicer,

[ocr errors]

reant extrema cum primis. Il faut donc examiner avec soin quelles sont les articulations sympathiques ou antipathiques dans les mots déja composés , afin d'en rechercher ou d'en éviter la rencontre dans le passage d'un mot à un autre. On sait , par exemple, qu'il est plus facile à l'organe de doubler une confonne en l'appuyant que de changer d'articulation ; fi l'on est libre de choisir, on préférera donc pour initiale d'un mot la finale du mot qui précede : Les Grecs-funt nos

modeles ; le foc-qui fend la terre. Racine. L'hymen-n'est pas toujours entouré de flambeaux. Lafontai- Il avoit de plant vif-fermé cette avenue.

Si Lafontaine avoit mis bordé au lieu de fermé; l'articulation seroit plus pénible. Ainsi Virgile ayant à faire entrer le mont Tmolus dans un vers, la fait précéder d'un mot qui finit par

ne.

un 1.

Nonne vides croceos ut I molus odores. On fait que deux différentes labiales de suite font pénibles å articuler; on ne dira donc point Alep fait le commerce de l'Inde , Jacob vivoit , sep verdoyant : ainfi de toutes les articulations fatigantes pour l'organe , & qu'avec la plus légere attention il est facile de reconnoître , en lisant foi - même à haute voix ce que l'on écrit.

L'étude que je propose paroit d'abord puérile; mais on m'avouera que les opérations de la Nature ne font pas moins curieuses dans l'homme, que celles de l'industrie dans le Flateur du célebre Vaucanson ; & qui de nous a rougi d'aller examiner les ressorts de cette machine ?

Au choix, au mélange des fons, au soin de rendre les articulations faciles & de les placer au gré de l'oreille, les Anciens joignoient les accen's & les nombres, double avantage qu'on doit leur envier , mais dont l'un , bien plus précieux que l'autre, à mon avis , n'et pas interdit à la langue françoise.

Dans les langues anciennes, l'accent prosodique donnoit aux vers uue espece de mélodie. Il élevoit la voix sur telle syllabe , il l'abaissoit sur telle autre , & souvent il l'élevoit & l'abaissoit sur la même. Cette modulation attachée aux élémens d'une langue nous est inconnue : à peine concevons - nous comment elle n'altéroit

la vérité de l'élocution. Tout ce qu'on peut imaginer de plus favorable , c'est que dans les momens passionnés , l'accent prosodique cédoit fa place à l'accent naturel , & que dans les momens tranquilles, il revenoit animer le récit & le sauver de la monotonie. Encore ne voit-on pas bien quel agrément pouvoit y répandre une

pas

[ocr errors]
« PreviousContinue »