Page images
PDF
EPUB

métaphysique & un objet matériel , pour quę l'un soit l'image de l'autre ; ce n'est pas ici le lieų d'expliquer l'analogie des sensations , mais un exemple mettra sur la voie. Nous appellons lụmineux, un corps dont l'a&ion l'influence nous rend les objets visibles. Nous appellons lumineux, un esprit qui dans l'ordre des idées, nous découvre de nouveaux rapports ou des qualités inconnues : un tel esprit est

pour notre ame ce que le soleil est pour nos yeux, & c'est de cette analogie que le terme lumineux , appliqué à l'esprit , tire sa justesse & fa force,

Souvent l'analogie de l'image avec l'idée est indépendante de toute convention. Par exemple , l'esprit le moins cultivé paffe naturellement des images de l'étendue permanente aux idées de l'étendue successive. Un sourd & muet de naissance , pour exprimer le paslé, mon, troit l'espace qui étoit derriere lụi ; & l'espace qui étoit devant , pour exprimer l'avenir. Nous les désignons à peu près de même. Les temps, zecules ; j'avance en âge ; les années s'écoua lent, &c. Quoi de plus clair & de plus juste que cette image dont se sert Montagne, pour dire qu'il s'occupe agréablement du passé sans, prévoir Pavenir qui l'attend ? « Les ans, peu... * Vent m'entraîner , mais à reculons, » Sou

[ocr errors]

n'est reçue

vent aussi la facilité d'appercevoir une idée fous. une image , est un effet de l'habitude ,& fuppose une convention. Delà vient que toutes les images ne peuvent ni ne doivent être transplantées d'une langue dans une autre langue, & lorsqu'on dit qu'une image ne sauroit se traduire, ce n'est pas tant la disette des. mots qui s'y oppose , que le défaut d'exercice. dans la liaison des deux idées. Toute image tirée des coutumes étrangeres parmi nous que par adoption ; & fi les esprits n'y sont pas habitués , le rapport en fera difficile à saisir. Hospitalier exprime une idée claire en françois comme en latin , dans son acceps tion primitive : on dit les Dieux hospitaliers, un peuple hospitalier ; mais cette idée ne nous est pas assez familiere

pour se présenter d'abord à propos

d'un arbre qui donne asyle aux voya geurs : ainsi l'umbram hospitalem d'Horace traduit à la lettre par un ombrage hospitalier , ne feroit pas entendu fans le secours de la réflexion.

Il arrive aussi que dans une langue , l'opinion attache du ridicule ou de la bassessed des images , qui, dans une autre langue , n'ont rien que de noble & de décent. La métaphore: de ces deux beaux vers de Corneille ,

Sar les noires couleurs d'un fi triste tableau, Il faut passer l'éponge ou tirer le rideau. n'auroit

pas

été foutenable chez les Romains où l'éponge étoit un mot fale.

Les Anciens se donnoient une licence que notre langue n'admet pas : dès qu'un même objet faisoit sur les sens deux impressions simultanées, ils attribuoient indistinctement l'une à l'autre : par exemple , ils difoient à leur choix, un ombrage frais ou une fraicheur sombre ; (a) ils disoient d'une forêt , qu'elle étoit obscurcie d'une noire frayeur au lieu de dire qu'elle étoit effrayante par son obscurité profonde : (6) c'est prendre la cause pour l'effet. Nous sommes plus difficiles ; & ce qui pour eux étoit une élégance , feroit pour nous contre-fens. Nous voulons que les images fuivent l'ordre des idées & en observent les rapports. C'est rétrécir le cercle de la Poésie , mais de peu de chose ; & je ne crois pas que ce qu'elle y perd mérite nos regrets.

Telle image est claire comme expression fimple, qui s'obscurcit dès qu'on veut l'étendre. S'enivrer de louange, est une façon de parler

un

(2) Frigus opacum.
(b) Caligantem nigra formidine lucum.

[ocr errors]

vous

110 Pot fi e U È
familiere : s'enivrer est pris là pour un terme
primitif ; celui qui l'entend ne soupçonne pas
qu'on lui présente la louange comme une liqueur
ou comme un parfum. Mais si vous suivez l'imaa
ge & que vous difiez, Un Roi s'enivre des
louanges que lui versent les flatteurs , oui
que les flatteurs lui font respirer
éprouverez que celui qui à reçu s'enivrer de
louange fans difficulté, sera étonné d'enten:
dre , verser la louange, respirer la louange ; &
qu'il aura befoin de réflexion potir sentir que
l'un est la suite de l'autre. La difficulté ou la
lenteur de la conception vient alors de ce que
le terme moyen est sous-entendu : verser &
s'enivrer annoncent une liqueur ; dans respirer
& s'enivrer c'est une vapeur qu'on fuppose.
Que la liqueur ou la vapeur foit expressément
énoncée , l'analogie des termes est claire &
frappante par le lien qui les unit. Un Roi
s'enivre du poison de la louange que lui versent
les flatteurs ; un Roi s'enivre du parfum de la
louange qus les flatteurs lui font respirer : tout
cela devient naturel & fenfible.

Lafontaine.

Le nectar que l'on sert au maître du tonnerre ;
Et dont nous enivrons tous les dieux de la terre ,
C'est la louange, Iris.

Les langues, à les analyser avec soin , ne sont

presque toutes qu’un recueil d'images que l'habitude a mises au rang des dénominations primitives , & que l'on emploie sans s'en appercevoir. Il y en a de fi hardies , que les Poêtes n'oseroient les risquer fi elles n'étoient pas reçues. Des Philosophes en usent eux-mêmes comme de termes abstraits. Perception , reflexion attention, induction , tout cela est pris de la matiere. On dit suspendre , précipiter son jugement , balancer les opinions , les recueillir , &c. On dit que l'ame s'éleve , que les idées s'étendene , que le génie étincelle , que Dieu vole sur les ailes des vents, qu'il habite en lui-même, que fon souffle anime la matiere , que fa voix commande au néant , &c. tout cela est familier , non-seulement à la Poésie', mais à la Philosophie la plus exacte, à la Théologie la plus austere. Ainsi, à l'exception de quelques termes abstraits, le plus souvent confus & vagues, tous les signes de nos idées font empruntés des objets sensibles. Il n'y a donc, pour l'emploi des images usitées , d'autre ménagement à garder que les convenances du style.

Il est des images qu'il faut laisser au peuple ; il en est qu'il faut réserver au langage héroïque ; il en est de communes à tous les ftyles & à tous les tons. Mais c'eft au goût formé par l'usage à distinguer ces nuances.

« PreviousContinue »