Page images
PDF
EPUB

Gobel et autres. Atrocités révolution
naires. Suppression du conseil exécutif.
Tableau de la capitale sous le régime de
la terreur. Comités révolutionnaires.
Leur intérieur. Régime intérieur des
prisons. Fusillades, noyades, incendies.
Translation de tous les détenus à Pa-
ris. Fouquier est révolté de la multi-
plicité des assassinats juridiques qui
lui sont commandés. Procès de la sœur
du roi. Hypocrisie de Robespierre, så
soif du sang, ses débauches, ses dila-
pidations, son assassinat prétendu et
celui de Collot. Fête de l'Etre suprême.
Loi du 22 prairial. Conspiration des pri-
sons: massacres. Sur Payan. Scission
entre le ryran et les comités : projets de
ce monstre: ses moyens. Situation de
Robespierre. Situation des comités de
gouvernement. Situation de la conven-
tion. Journées des 8 et 9 thermidor. Ro-
bespierre monte à l'échafaud.

IMMEDIAT
MMÉDIATEMENT après l'exécution de
Marie-Antoinette, on s'occupa du procès

les Girondins proscrits à la suite des jour

nées des 31 mai et 2 juin. Depuis longtems, dans la société des Jacobins, les Renaudin, Brichet, Hébert et autres demandoient leur mort; mais pour la leur donner impunément, il falloit attendre que les troubles excités par leur proscription dans les départemens, fussent appaisés, ou du moins fussent calmés au point qu'on n'eût plus rien à en redouter. Tant qu'il y eut du danger pour les chefs des Jacobins, ils gardèrent les Girondins qui ne leur étoient point échappés, en otage. Mais Lyon soumis, les rassemblemens du Calvados anéantis, Marseille rentré dans le devoir, Bordeaux sans force agissante, il n'y eut plus de danger, et Amar, membre du comité de sûreté-générale, Robespierre et Billaud de Varennes, membres du comité de salut public, pressèrent à la convention le dénouement de cette scène tragique.

Dans la séance où Amar lut son rapport contre les Girondins, il exigea en montant à la tribune, que, par un décret, la convention se consignât elle-même aux portes du lieu de ses séances et qu'aucun des spectateurs répandus dans les galeries publiques,

[ocr errors]

n'eût la faculté d'en sortir avant la décision qui alloit être prononcée. Cette mesure avoit pour but d'empêcher que plusieurs députés Girondins qui n'étoient point encore compris dans cette proscription et qui alloient y être enveloppés, ne pussent s'évader au moment où ils entendroient prononcer leurs noms. En effet, plusieurs de ces derniers, qui ne s'attendoient pas à ce coup d'autorité, voulurent élever la voix quand ils se virent signalés, mais leurs objections furent vaines, on leur répondit qu'ils feroient entendre leurs réclamations devant le tribunal révolutionnaire; et l'on décréta d'accusation, comme prévenus de conspiration contre l'unité et l'indivisibilité de la république, les députés ci-après nommés, savoir: Brissot, Vergniaud, Gensonné, Duperret, Carra, Sillery, Condorcet, Fauchet, Doulcet de Pontécoulant, Ducos, Boyer-Fonfiède, Gamon, Mollevaur, Gardien, Dufriche-Va lazé, Vallée, Duprat, Mainvielle, Delahaye, Bonnet, Lacase, Mazuyer, Savary, Lehardy, Boileau, Rouyer, Antiboul, Lasource, Lesterpt-Beauvais, Isnard,

Duchatel, Duval, Devérité, Bresson, Ncël, Coustard, Andrey, Grangeneuve, Vigée, et Philippe d'Orléans dit Égalité. Ce dernier fut décrété d'accusation sur la motion qu'en fit, à cette séance, Billaud de Varennes. On se rappelle qu'à cette époque, d'Orléans étoit renfermé à Marseille dans les prisons de cette ville, et, si les députés girondins durent être étonnés de quelque chose, ce fut de se voir accoler par le même acte d'accusation à ce d'Or léans, qui sans doute avoit pu conspirer contre l'unité de la république, et dont ils avoient si souvent eux-mêmes provoqué le bannissement, à cause des machinations que ce prince pouvoit tramer contre la liberté, lui et ses partisans.

Par l'article 3 de ce décret, il ne fut rien changé à celui du 28 juillet précédent, qui avoit déclaré traitres à la patrie les députés fugitifs, tels que Buzot, Barbaroux, Gorsas, Lanjuinais, Salles, Louvet, Bergoing, Pétion, Guadet, Chasser, Lydon, Valady, Fermont, Kervelegan, Henry Larivière, Rabaut-Saint-Étienne, Lesage, Cussy, Meillan, Chambon et Biroteau i

et comme par le décret du 28 juillet, ils étoient mis hors la loi, quelques-uns d'eux étant tombés entre les mains de ceux qui étoient à leur poursuite, on les conduisit au supplice, sans autre formalité de la part des juges, que de constater leur identité. Tel avoit été le sort de Gorsas à Paris, tel avoit été à Bordeaux celui de Cussy et de Biroteau.

Comme les chefs étoient en mesure de proscrire, il ne leur en coûtoit pas davantage d'assassiner un plus grand nombre des députés opposés aux meneurs des Jacobins; en conséquence, on demanda aussi l'acte d'accusation et la translation au tribunal révolutionnaire de tous les membres de la convention qui avoient signé les protestations faites les 6 et 19 juin contre les événemens des journées des 31 mai et 2 juin. Peut-être ces nombreux patriotes eussentils été aussi conduits au tribunal de sang, si Robespierre, qui pressoit, comme on vient de le voir, le supplice de Brissot, Vergniaud et autres, ne se fût opposé à la prompte exécution de ces derniers. Ce fut lui qui empêcha leur mort en temporisant

« PreviousContinue »