Mémoires d'une contemporaine: ou, Souvenirs d'une femme sur les principaux personnages de la république, du consulat, de l'empire, etc, Volume 5

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 257 - L'archevêque de Paris a ordonné trois mois de retraite au curé de Saint-Roch, afin qu'il puisse se souvenir que JésusChrist commande de prier, même pour ses ennemis, et que, rappelé à ses devoirs par la méditation, il apprenne que toutes...
Page 249 - ... comprenant rien aux périls qui n'ont pas la gloire pour but et pour récompense. Au moment de ces efforts, l'aspect de Talma vint me retenir à ma place et m'électriser jusqu'à la sédition. Sa belle figure romaine, où respirait l'indignation de la fierté blessée, lui donnait l'air d'un tribun. Il ne parlait point, mais son geste, mais son regard peignaient assez tout ce qu'il éprouvait. La foule approche en effet du château, la crise durait depuis assez longtemps pour que le roi luimême...
Page 249 - Jamais, certes, les bedeaux, les sacristains et \es serviteurs officiels du temple n'avaient mis autant de zèle aux fonctions dans lesquelles la bonne volonté des lévites improvisés les remplaçait. On contribuait au service de l'autel à qui mieux mieux , et si la gaucherie de certains desservans trahissait leur peu d'expérience des cérémonies, ils rachetaient les errata par l'enthousiasme , et faisaient excuser les bévues par la ferveur. On était vraiment religieux par émulation et catholique...
Page 103 - Laetitia me questionna sur les perles de Rome. Je crus faire un trait d'adresse en lui disant : Elles sont beaucoup plus chères que celles qu'on emploie pour ces sortes d'ouvrages. «—Oh! ma petite, j'en sais le prix et de « tous les numéros encore; ce n'est pas à moi
Page 249 - Aussitôt qu'on eut remporté une victoire aux Tuileries, la foule impatiente vint en recueillir les fruits à Saint-Roch. On eût dit que le lieu saint venait d'être emporté d'assaut. La joie du peuple ressemblait encore beaucoup à sa colère. Les choristes des divers théâtres se mêlèrent avec ivresse aux chantres du pupitre paroissial. Figaro et Scapin s'élancèrent sur les cierges pour les contraindre à la lumière. Jamais, certes, les bedeaux, les sacristains et les serviteurs officiels...
Page 104 - Madame, allez- vous-en donc tout ouniment droit devant vous ; vous avez failli vous faire dou mal, pour l'étiquette. » On ne lui en faisait pas accroire ; elle savait le prix des perles de Rome et elle voulait savoir le prix de tout. Lorsque, souffrant de névralgies erratiques, elle alla dans l'été de 1809 prendre les eaux à Aix-laChapelle, elle y reçut la visite du comte Beugnot et s'empressa de lui demandera...
Page 247 - Des orateurs étaient montés sur les chaises et eu étaient renversés par les flots de la foule qui s'augmentait à chaque instant. On se heurtait, on discutait surtout le pour et le contre de l'admission du corps. Je m'arrêtais de distance en distance , et je remarquais presque autant de gens qui écoutaient avec attention que de personnes qui parlaient avec feu. Pour éviter la surveillance de ces écouteurs , je me réduisis presque à leur rôle par prudence ; mais je n'en saisis que mieux...
Page 257 - Le curé de Saint-Roch , dans un moment de déraison , a refusé de prier pour Mlle Chameroi et de l'admettre dans l'église. Un de ses collègues, homme raisonnable , instruit de la véritable morale de l'Évangile , a reçu le convoi dans l'église des Filles-Saint-Thomas, où le service s'est fait avec toutes les cérémonies ordinaires.
Page 248 - L'émotion était générale; et à tous ces cris, un autre plus puissant et plus énergique vint s'y:' mêler : « Au château !... Au châ« teau!... Aux Tuileries!... » Moi qui aime mieux une armée en bataille au moment de l'attaque et d'une charge, qu'un rassemblement populaire , j'avisai aux moyens de me tirer de là , ne comprenant rien aux périls qui n'ont pas la gloire pourbut et pour récompense.
Page 246 - N'ayant point trouvé Talma chez lui, et comme il était déjà deux heures , je me rendis aussitôt à SaintRoch. Il me fallut descendre de voiture près la rue des Moineaux. L'affluence était considérable , et je fus presque obligée de combattre pour pénétrer jusque dans l'église. Il régnait dans les groupes une agitation plus vive que celle de la curiosité. Des orateurs, étaient montés sur les chaises et en étaient renversés par les flots de la foule, qui s'augmentait à chaque instant....

Bibliographic information