Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

communément par ce mot le talent de bien écrire et de bien parler. Selon Helvétius, c'est l'assemblage d'idées nouvelles qui n'ont pas assez d'étendue et d'importance pour mériter le nom de génie. J.-B. Rousseau le définit raison assaisonnée , et ajoute : Raison sans sel est fade nourriture

; Sel sans raison n'est solide pâture : De tous les deux se forine esprit parfait, De l'un sans l'autre un inonstre contrefait.

Ce mot reçoit encore de nouvelles applications : il y a des esprits forts et des beaux esprits.

Par esprit fort, le vulgaire se figure un homme qui ne croit ni à Dieu ni à la religion, ni aux prêtres , qui se met au-dessus des préjugés qui gouvernent le monde, et les fronde ouvertement; qui déclame sans cesse contre les gouvernemens, contre les institutions , et généralement contre tout ce qui se fait dans le monde; qui croit que

sa manière de penser est la meilleure, et que tout le reste est

pure

sottise. Ce mot, pris dans son acception stricte, signifie un homme de génie , qui ne vend son ame au despotisme de personne, qui secoue le joug des superstitions religieuses et littéraires, et qui ne pense que d'après lui-même,

la nature et la vertu.

Quant au bel esprit , il n'est autre chose qu'un composé de petits talens et de connoissances superficielles, dont on a soin de faire usage et qu'on atliche journellement dans la société.

[merged small][merged small][ocr errors]

L'avarice est la démence d'une ame vile et frappée de terreur. Cette démence est produite par trois vices exaltés au plus haut degré : un amour excessif de soi-même, la crainte et l'insensibilité.

Il en est de cette passion extrava

gante comme du feu dont la violence augmente à proportion de la quantité de matières combustibles qui lui servent d'aliment.

Il manque beaucoup de choses à l'indigent, dit Sénèque, toutes marquent à l'avare. Un avare, vivant de pain sec et d'eau claire, Certain jour qu'il étoit plusgai qu'à l'ordinaire,

Dit à son cher valet Durand D'aller, pour le dîner, acheter un hareng. Un hareng? quel régal, monsieur ! mais c'est

folie,

Répond le pauvre confident : Pour dépenser aujourd'hui tant d'argent, Est-ce qu'il vous vient compagnie ?

PUD EU R. Coquetterie rafinée, espèce d'enchère que la beauté met à ses appas, manière délicate de les augmenter en les cachant : elle donne un charme à la beauté, et une physionomie à la Yeriu,

Z o I L E.

Zoïle étoit un homme très-savant, qui avoit le malheur de ne trouver rien de bon dans les écrits d’!!!omère , ni dans les meilleurs ouvrages tems. A la science près, beaucoup de gens lui ressemblent aujourd'hui.

de soil

U S U'RE.

Convention entre le besoin et l'avarice; on peut l'appeler un chancre politique qui dévore tout ce qui l'environne. On a beau faire des lois contre cette peste des gouvernemens ,

elle trouve toujours moyen de s'y soustraire en mettant à profit les abus qui sont en plus ou moins grand nombre à coté d'elles, et qui sont comme son ver rongeur.

Usuriers , prêteurs sur gage, agioteurs, voilà les trois sources de tous les désordres de la société, sources que

le gouvernement ne peut arrêter, . malgré ses efforts et sa bonne volonté. Ce sont la peste, la guerre et la famine réunies ensemble, qui sont plus redoutables aux français que toutes les armées de la coalition.

Il existe un ouvrage contre l'usure, savamment rédigé , et qu'on ne lit plus. On y trouve des bases sagement combinées pour en prévenir les abus. Nous recommandons la lecture de cet ouvrage; mais nous présumons avec raison que notre recommandation ne sera pas suivie.

C A N G E M E N T. Tout change dans la nature : en amour pourquoi ne changeroit-on pas? Le confesseur de Henri IV reprochoit à ce prince son humeur inconstante et volage, et lui disoit qu'il devoit s'en tenir à sa femme. Ce bon roi, qui avoit plus de raisonnement que son confesseur, ne lui répondit rien, et, pour

« PreviousContinue »