Page images
PDF
EPUB

La réfiexion afflige l'esprit qu'elle instruit; elle endurcit le cæur qui l'é claire, et ne contribue jamais à ce que nous appelons bonheur. Ce qui a fait peut-être dire à J.-J. Rousseau , avec quelque raison , que l'homme qui réfléchit est uu etre dépravé.

Si la réflexion, par elle-même, est triste et sérieuse, on en rencontre quelquefois qui sont plaisantes , celle que nous allons citer.

Didon , qui partit gaiment,
En voyant mourir Sychee ,
Se poignarda tristement,

En voyant partir Ense.
Et voilà, mes amis , d'où nous vient ce brocard:
Un amant part, on meurt; un mari meurt, on part.

comme

R I S.

Il n'y a rien de plus sot au monde que de rire mal à propos. Une dame, voyant dans une compagnie un homme qui éclatoit de rire à tout propos, et saris paroiire même en avoir envie, dit tont bas à quelqu'un qui étoịt à côté d'elle :

, que

Cet homme rit toujours de toutes ses forces,, et jamais de tout son cæur.

Ceci nous rappelle un autre trait, qui prouve que souvent le rire continuel a d'autres motifs. Un aveugle étoit dans une société, et entendoit éclater de rire à tout instant une femme. Je gage, dit-il en sortant cette femme a les dents belles, car je ne puis lui supposer d'autre motif raisonnable po::r rire sans sujet, que celui de montrer qu'elle a de belles dents.

Ou rencontre des gens qui ricanent à chaque mot qu'ils disent et qu'ils entendent; c'est même aujourd'hui du bon ton de faire une chose sans savoir le pourquoi. On ricane provisoirement, ça dilate le poumon autres, et en définitif ça donne la mesure de l'esprit du ricaneur.

E x C U S E S. C'est une espèce de monnoie courante de peu de valeur, d'un grand

2 ça amuse les

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

usage dans le monde, que l'on donne et que l'on reçoit sans y ajouter foi de part et d'autre. Parmi ceux qui usent le plus de cette monnoie, on compte les habitans de la Garonne. Jamais, à cet égard, on ne les prend en défaut. Mon cher Figeac, je te croyois du cæur ;

Mais, francheinent, une scène pareille

M'a demontré que j'étois dans l'erreur. -Qu'ai-jé donc fait, mon cher ? La sourde

oreille
En plein café, devant trente témoins,
Lorsque Mondor , osant te dire en face
Que tu saignas du nez dix fois au moins,

Te citoit l'heure et le jour et la place. - Conté grossier qué personné n'a cru ,

Qui n'étoit pas digné dé ma colère ;
On mé connoit, et lé vin dé inon cru

Né passéra jamais pour de l'eau claire.
-C'est en gascon sortir d'un mauvais pas ;

Mais je t'attends à la seconde injure ,
Au mot fripon. Pour céla , jé té jure,
Qu'en lé disant, il né lé pensoit pas.

Mais ce sousiet que, d'une main fort leste,

Il te donna? — Quelqu'un mé l'a dit; mais Je suis un peu myopé, tu lé sais;

J'ai pris, ma foi, le soufflet pour un geste. _Mais de sa canne, enfin, il te bourrroit, .

Et tu gagnas, sans mot dire , la porte.
-Eh! donc, mon cher, quand j'agis de la sorte,
Jé croyois bien que Mondor mé suivroit.

M O N D E.

C'est une foire, un tripot , une auberge, un bois, un mauvais lieu et des petites maisons. C'est ce qu'il est tourà-tour pour la plupart de ceux qui le composent, et si l'on veut mieux :

Ce monde-ci n'est qu'une oeuvre comique ,
Où chacun fait ses rôles différens. :
Là, sur la scène, en habit dramatique,
Brillent prélats , ministres, conquérans.
Pour nous,vil peuple,assis aux derniers rangs,
Troupe futile, et des grands rebutés,
Par nous d'en bas la pièce est écoutée.
Mais nous payons ,

utiles spectateurs;
Et quand la farce est mal représentée ,
Pour notre argent,

nous sillons les acteurs.

THÉOLOG I E.

[ocr errors]

Science surnaturelle, ou plutôt doctrine extravagante dont un homme d'esprit disoit, avec fondement « Que le raisonnement en bannit la raison. »

Ceux qui cultivent des niaiseries bizares sont comme les astronomes. Ceux-ci ont imaginé des cercles excentriques ou des épicycles apparens, pour établir la marche des astres et l'ordre de l'univers; ceux-là forment des systêmes humains pour expliquer des mystères. En ouvrant dernièrement un livre de théologie , je lus cette propoposition : Dieu n'est point un corps. Pour prouver cette proposition absurde, le docteur entassa raisonnemens sur raisonnemens et tous plus extravagans les uns que les autres. Je fermai le livre, haussant les épaules, plaignant sincèrement une partie de l'espèce humaine d'avoir perdu tant de siècles à

de

[ocr errors]
« PreviousContinue »