Page images
PDF
EPUB

petits conducteurs on trouveroit souvent aux plus grands empires, si du prince on descendoit, par degrés, jusqu'à la première main qui donne le branle en secret!

Ε ν Ο Τ Ι Ο Ν.

:

Très-souvent ce n'est qu'une pure grimace. Ecoutons Boileau : L'évangile au chrétien ne dit en aucun lieu : Sois dévot; mais il dit: sois doux , simple, équitable: Car d'un dévot souvent au chrétien véritable , La distance est cent fois plus grande , à moif avis , Que du pôle Antarctique au détroit de Davis.

L'abbé de Saint-Pierre l'appeloit la petite vérole de l'ame : tous les esprits foibles en restent marqués. Il ne faut

pas

dire des qu'ils craignent Dieu , mais bien qu'ils en ont peur.

LI V R E. Récipient des sottises humaines. Jamais on n'a tant écrit, et jamais on ne l'a fait avec si peu d'esprit

D%

gens dévots

et de jugement. Ceux qui écrivent sur la polilique n'y entendent rien ; ceux qui veulent nous moraliser pillent de droite et de gauche les anciens et quelques modernes, tronquent leurs pensées, et finissent par les gåter. Le Portique-Républicain fait des vers de toutes les grandeurs , où il y'oublie qu'une chose, qui est la poésie. Le lycée Thélusson, depuis lycée de Merci , lycée de Paris, et actuellement lycée du Hasard, travaille à l'eau rose, et remplit ses veillées de petites épigrammes bien platles, de bouquets à Cloris, d'une insipidité rare, et couronne le tout par les pièces de Vigée. On ne parle pas de cette foule d'autres établissemens littéraires comme les Observateurs des Hommes, la société Académique des Sciences, fondée par le médecin Dubreuil, et mille autres petites tannières scientifiques où on met journellement à la torture la rime et la raison. Et les ro

[ocr errors]

manciers ! dieu sait comme ils extra-, vaguent! d'invraisemblances en invraisemblances, d'absurdités en absurdités, ils vous conduisent jusqu'à un dénouement qui n'a pas le sens commun. On peut dire avec raison d'un livre : Tout ce fatras fut du chanvre en son tems; Linge il devint par l'art des tisserans ; Puis en lambeaux des pillons le pressèrent, Il fạt papier : cent cerveaux à l'envers , De visions à l'envi le chargè: cnt;, Puis on le brûle : il vole dans les airs, Il est fumée aussi bien que la gloire. Denos travaux, voilà quelle est l'histoire;: Tout est fumée, et tout nous fait sentir Ce grand néant qui doit nous engloutir.

On pourroit souvent comparer les titres pompeux

de certains livres modernes à ces édifices dont la superhe facade n'éblouit d'abord les yeux que pour nous conduire à des ruines.

TE S T A M E N T.
Dernière volonté d'un inourant

premier cri de joie de son héritier. Un espagnol héritoit d'un oncle riche dont on lui lisoit le testament ; à chaque article, l'héritier reconnoissant s'écrioit, en sanglotant : Mo tio , viva usted muchos anos. Mon cher oncle vivez long-tems. Le cher oncle éloit enterré de la veille.

MIS È R E.

Fléau qui a presque toujours sa source dans une grande population ou un man. vais gouvernement. C'est la misère, c'est le manque d'ouvrage qui peuplent les forêts, aiguiseut les stylets ei les poignards... Sur mille malheureux, les trois quarts se font pendre, rouer guillotiner, empaler , brûler , pour ne pas mourir de faim. Un rentier, à jeun, s'écrioit douloureusement au milieu du palais du Tribunat. La misère, ô mon Dieu ! me crible jusqu'aux os.

OP É RA.
Spectacle souvent très-ennuyeux ,

de tout aura ,

quoiqu'il réunisse tout à la fois , des machines, des chwurs, du chant et de la danse. Ce qui a fait dire à quelqu'un que pour rendre l'Opéra supportable , il falloit allonger les ballets et raccourcir les jupes des danseuses.

Qui veut de tout,
Qu'il aille entendre l'Opéra ;
Chant d'église , chant de boutique,
Et chant bouffon , et chant lyrique,
Et du romain et du français ,
Et du baroque et du niais ;
De tous genres de symphonie,
Marche, fanfare, et cætera:
Oui, rien ne inanque à l'Opéra,
Sinon du goût et du génie.

POPULATION. Parcourez les ouvrages des économistes, lisez les rêves de ceriains politiques, écoutez certaines gens ,

ils vous diront tous ensemble qu'un gouvernement doit tendre sans cesse à augmenler la population. Sans être

« PreviousContinue »