Page images
PDF
EPUB

L À CON I S M E. Un original de la ville d'Angers partit un jour de cette ville, en robe de chambre et en pantouffles , pour voir à Paris J.-J. Rousseau , qui se refusa à sa curiosité, et s'obstina à lui fermer sa porte. L'angevin écrivit une graude lettre , qu'il termina en demandant un oui ou un non. Il reçut sous cachet une grande feuille de papier, sur laquelle le genévois avoit mis en gros caractère : NON.

E x CLA M A TI O N.

Figure de rhétorique fort à la mode parmi nos littérateurs modernes. Avec des exclamations, des interrogations, dessuspensions, des points sansnombre, on fait supposer une pensée qu'on n'a jamais eue. On fait des pastorales, des idylles, des églogues républicaines et de pelits romans très-fastidieux à l'exemple de Ducray-Duminil, rédac

[ocr errors]

teur

[ocr errors]

teur en chef des Petites-Affiches de Pa. ris, où toutes les passions, tous les sentimens sont exprimés avec des ? !..... Ceci nous fournira l'anecdote suivante, que nous tenons d'une personne digne de foi.

Unimprimeur acheta, dernièrement de Ducray-Duminil, un petit roman. Après l'avoir parcouru d'un bout à l'autre avec attention, il vit avec étonnement qu'il lui faudroit très-peu de caractères pour le composer; mais en revanche beaucoup de points. En conséquence il commanda à son fondeur de lui fournir un tiers de lettres et deux tiers de points. Le fondeur, surpris, en demanda la raison. Notre imprimeur lui répondit que c'étoit pour composer un ouvrage du dernier sentiment, dont les pensées étoient à venir, et qu'on y suppléoit provisoirement par cette petite astuce littéraire. On rapporta cette aventure au rédacteur des PetitesAffiches, qui a promis de faire issérer

D

dans son journal une petite fable bien maligne contre l'imprimeur et le fondeur, signée L. Aubert.

MIRO I R. Glace dont l'amour-propre voudroit souvent se dissimuler la fidélité. Toujours impartiale et vraie , elle réfléchit aux yeux du spectateur les roses de la jeunesse et les rides du vieillard, sans calomnier et flatter personne.

La vieille Alix , jadis si belle ,
Jadis si chère à ses ainans
Se courboit sous le faix des ans,
Et se croyoit toujours nouvelle.
Un jour, une glace fidelle
Lui fit voir ses traits alongés.
Ah! quelle horreur ! s'écria-t-elle ,
Comme les miroirs sont changés !

A T H É I S M E. Délire extravagant de ceux qui ne croient rien , absolument rien , qui écrivent et soutiennent tout haut que Dieu est un héros de romans, que

[ocr errors]

le

ciel, que l'enfer sont dans les

espaces imaginaires, et que le hasarda la feuille des évènemens. Il y a dans Paris deux professeurs d'athéisme bien connus : Jérôme Lalande et Sylvain-Maréchal. Ceux qui auroient encore quelques restes de croyance pourront consulter ces deux grands hommes, l'honneur de la France et du genre humain. Ils dissiperont aisément leurs doutes, à l'aide de raisonnemens puisés dans leurs ouvrages. Sylvain ouvrira son gros dictionnaire des Athées, et Jérôme montrera ses lettres insérées dans le journal de Paris; preuves sans réplique, et qu'on ne peut révoquer en doute, sans passer pour une ame foible et timorée.

BE A U T É. Fleur rare qui, dans tous les pays du monde, a tant de prix, devant laquelle le cœur de l'adolescence commence à baitre , l'imagination de l'homme s'enflamme encore , quand rien ne peut

plus l'échauffer, et dont le souvenir, quelquefois, attendrit et fait sourire vieillard.

DI SCR É TI I N. Qualité rare en ce siècle. Elle est digne d'éloge quand elle n'est pas poussée trop loin; car elle devient alors dissimulation. Les femmes ne s'en piquent d'aucune manière, car Etre discrète et femme tout ensemble, Ce sont deux points que jamais on n'assemble; Et la moins femme, en ce sexe indiscret, Garderoit mieux son honneur qu'un secret.

GOU V ERN E M E N T.

Machine vaste et compliquée , dont on aperçoit rarement les premiers ressorts. Ce petit garçon que vous voyez , disoit Themistocle à ses amis, est l'arbitre de la Grèce; car

il

gouverne sa mère

sa mère me gouverne; je gouverne les atheniens, et les atheniens gouvernent la Grèce, Oh! quels

[ocr errors]
« PreviousContinue »