Page images
PDF
EPUB

Quand , à Paris, coniniença la méthodo
De ces sifflets qui sont tant à la mode.
Ce fut, dit l'un , aux pièces de Boyer,
Gens
pour

Pradon voulurent parier.
Non , dit quelqu’un: voici toute l'histoire
Que, par degrés, je vais vous débrouiller :
Boyer apprit au parterre à bailler;
Quant à Pradon, si j'ai bonne mémoire,
Pommes sur lui volèrent largement.
Or , quand sifflets prirent commencement ,

j'y jouois, j'en suis témoin fidelle, C'est à l'Aspar du sieur de Fontenelle.

Aujourd'hui, on ne siffle plus, parco que les auteurs ont pris l'habitude de s'aguérir aux sifflets. On se contente de bailler et de dormir.

C'est ,

PA R V E N U s.

Jadis honnêtes garçons qui, les 10, les 20 et les 30 de chaque mois, louoient leurs épaules larges et complaisantes pour voiturer les sacoches d'argent chez les banquiers, espèce d'animaux de somme , auxquels on donnoit la

,

préférence sur les ânes et les chevaux, parce qu'ils coûtoient moins. Aujourdohui , grace

à la révolution qui a tout nivelé, ils tiennent maison, ont voiture, inondent les allées de Bagatelle, remplissent les salons du pavillon d'Hanovre, de Frascati , Tortoni , et de tous ceux dont les noms se terminent en i. Ils portent la tête haute, ont les épaules larges et carrées , avec une figure qui retrace leurs anciens exploits. Ce seroit le cas de leur dire : Changezmoi cette tête. Ce sont eux qui sont les hommes les plus intéressans de la nation. Fournisseurs, entrepreneurs , agioteurs, faiseurs d'affaires, tout l'argent de la république passe par leurs mains, et la plus grande partie du numéraire s'y arrête. Impudens'et ne doutant de rien, ils entreprennent tout avec audace et sécurité; rien ne leur paroît impossible: le saut énorme qu'ils ont fait, à la vérité, le leur prouve à l'évidence.

Dernièrement, un de ces nouveaux enrichis proposa au gouvernement de prendre à bail et faire exploiter toutes les terres de la république. Pour démontrer qu'il avoit tout vu,

prévu et calculé dans ceite entreprise incommensurable , il envoya au gouvernement un mémoire d'une rame de papier entier , grand raisin, dans lequel toutes les bases de son projet étoient développées et discutées avec une sagacité profonde. A l'aspect d'un devis si effroyable, les gouvernans rejetérent sa proposition , dans l'impuissance réelle de pouvoir lire en entier son mémoire. Cethomine ne voulant point avoir perdu son tems, sans eu tirer au moins un peu de gloriole, vient de soumettre à l'impression son projet. Il formera trois volumes in-folio, petit texte. Le premier volume paroîtra le premier nivôse de l'an IX. On souscrit pour cet ouvrage ! important chez le C. Maradan, rue Pavée-Saint-André-des Arcs. Le prix de

pour la

la souscription est de 24 fr. première livraison pour Paris, et de 30 fr. pour les départemens,

Monstrum, horrendum , informe , ingens, cui lumen ademptum. HISTORI O G R A P H E.

Homme de lettres pensionné pour mentir. On gagne son argent à ce métier-là, en mettant la louange à la place du blâme, et en écrivant exactement le contraire de ce qui est arrivé. Vous êtes, dites-vous, en écrivant l'histoire,

Et sans patrie et sans religion ?
C'est fort bien fait; mais, mon ami Grégoire,

A vos récits je pourrai croire ,
Quand vous serez sans pension.

M A R I A G E.

Galère où l'homme est enchaîné comme un forçat. Prend-il une femme pauvre , on le blâme'; s'il la prend riche , elle le méprise ; laide, il ne l'aime point ; belle , il l'aime trop.

A-t-elle de l'esprit, elle est impérieuse; n'en a-t-elle point, elle est indocilė... que faire donc?

Unmisantrope comparoitl'hyménée à un pélérinage qui a deux gîtes où il faut nécessairement s'arrêter. D'abord le repentir, un peu plus loin le désespoir.

Un fâcheux disoit que l'hymen vient après l'amour, comme la fumée après la flamnie.

Quelle est la source de cette mésintelligence, ou plutôt de la haine qui devise l'hymen et l'amour? Si l'on en croit un certain poète, la voici : L'hymen parut un jour à la cour de Cythere , on le bua ; Mais le dieu courroucé saisit l'amour,son frère, et le tua. Depuis ce tems, on avainement voulu les réconcilier, sans réfléchir qu'il est rare dans la nature que deux frères s'accorden ensemble. L'écriture sainte, l'histoire ancienne et moderne en sont de véritables garans. Inde mali labes.

« PreviousContinue »