Page images
PDF
EPUB

privation. Il en est de ces fignorans babillards comme de ces pettes bouteilles qui ont le cou étroit; moint elles renferment de liqueur, plus elles font de bruit en la répandant. Permis à une jolie femme de babiller sans cesse ; la légèreté avec laquelle elle le fạit et l'agrément de ses charmes, sont une espèce de compensation qui nous fait oublier le babil, pour ne voir et ne penser qu'à ses attraits.

On a dit d'une personne babillarde : elle est si pleine de paroles , qu'elle parle éternellement sans le moindre bon sens, et néanmoins avec une aisance et une sécurité qui font douter si elle sait elle-même qu'elle ne fait que parler.

M A R I.

[ocr errors]

En ajoutant un r de plus à ce mot, aura au juste sa définition. Un mari est une espèce de maneuvre qui tracasse le

corps de sa femme, ébauche son esprit, et dégrossit son ame : rarement un mari est content de sa femme, excepté dans le cas suivant : Quandon pense à la niort, disoit madame Claire,

On ne peut manquer de bien faire ; Hier, en y pensant, elle est morte: en effet,

Son mari dit qu'elle a bien fait.

B A N QUERO UT E.

[ocr errors]

En décomposant ce mot, on trouve au juste son étymologie. Il est composé de deux mots, banque, route. Fripon qui, emportant la banque, se met en route, et prend la poste.

On substitue ordinairement à ce mot celui de faillite , pour faire 'entendre que c'est la force des circonstances qui oblige un homme de manquer à ses engagemens. Pour nous

nous croyons simplement que ces deux mois sont parfaitement synonimes, parce que nous avons toujours reinarqué qu'un

[ocr errors]

commerçant étoit plus riche après sa faillite qu'avant.

A RT. IST E.

Aujourd'hui , il y a des artistes dans tous les genres et de toutes les espèces, depuis le décroteur du pont Neuf jusqu'au peintre logé au Louvre. On peut dire avec raison des artistes ce qu'on dit des amis : que le nom en est commun, mais le talent rare. Partout on ne voit, on ne rencontre que des artistes : allez dans une société, allez à l'Opéra , à la comédie , à, la nouvelle Pologne, aux guinguettes, au Porcheron, vous ne serez entourés que d'artistes de toutes les couleurs et de toutes les grandeurs. Tous vous parleront avec emphase des arts auxquels il ne conçoivent rien, et finiront par se plaindre qu'en France les arts ne sont pas cultivés, et qu'on laisse mourir de faim les artistes. Il seroit à desirer que le gouverneinent ou

Ka

vrît enfin les yeux sur cette espèce d'hommes de toute nullité dans la société, (je ne parle pas des véritables artistes , dont plusieurs joignent à leur art l'estime publique ) et les reunit dans la sphère d'artisans dont ils n'auroient jamais dû sortir : Dieu leur fasse paix !

L' A-PROP O s.

L'homme qui, dans la société, sait saisir l'à-propos, est un homme merveilleux, et ce n'est pas une petite étude de parler à propos,

de se taire à propos, de médire à propos , de calomnier à propos, etc. On peut dire de fort bonnes choses, mais si on ne les dit à propos, ces bonnes choses finissent par devenir très-mauvaises.

On ne réussit dans le monde,
Bien souvent que par l'à-propos ;
Auprès de la brune et de la blonde,
Je saisis un tendre propos į

Car, en amour comme en affaire,
On est heureux par l'à-propos;
Et lorsqu'on voyage à Cythere ,
Il faut arriver à propos.

M É LODI E.

Plaisir qui résulte de plusieurs sons que l'on entend successivement. La mélodie la plus douce à l'oreille est le son de la voix de celle qu'on aime.

[blocks in formation]

Gens qui n'ouvrent la bouche qu'aux dépens d'autrui. On peut les regarder comme des pompes aspirantes qui tirent sans cesse à eux et ne rendent jamais rien. Tout le profit que tirèrent les trois Martins qui donnoient à manger, fut d'être appelés ; Martin mangeant , Martin mangé et Martin qu'on mange : on peut compter à Paris dix niille individus qui , n'ayant en toute propriété que l'eau et l'air , vivent aux dépens de tous les

« PreviousContinue »