Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

2-10-25
11236

پاوه

July 3,1925EM

» pour don

A V I S.
СЕТ
ET Ouvrage n'est, à proprement parler ,

, à
qu'une seconde édition du Didionnaire de Mytho-
logie , qui parut en 1745.

Le Libraire ner au public des témoignages de la reconnoifsance

pour le bon accueil qu'il voulut bien faire à ce Livre, a cru devoir le lui présenter de nouveau, sous le format qui, depuis plusieurs années, paroît être d'un goût général. Il a cru aussi devoir

у

faire faire quelques changemens, auxquels l'Auteur n'a pris aucune part. Actuellement livré à des occupations peu analogues avec la Mythologie, il a souffert que l'on retouchât son Ouvrage, sans même lui communiquer le nouveau travail.

Reste à rendre compte des changemens qu'on s'est permis, & des motifs sur lefquels on s'est fondé pour les hasarder.

La Feinte est un pays plein de terres désertes ;
Tous les jours nos Auteurs y font des découvertes :
Mais ce champ ne fe peut tellement moiffonner,
Que les derniers venus n'y trouvent à glaner (a).

Chacun des poëtes anciens, & plusieurs écrivains , même en prose, ont regardé la Mythologie comme un bien qui leur appartengit, & dont

(a) La Fontaine,

ils pouvoient disposer à leur gré. Ils l'ont foumife à tous les écarts de leur imagination; fans confulter aucune régle d'analogie, de vraisemblance, ni de pudeur. Rien ne les a arrêtés, quand un conte, une description ont ri à leur imagination , & leur ont paru propres à orner leurs ouvrages , & à exciter dans le cæur du lecteur quelque passion. De-là ces variétés, ces contradictions qui se rencontrent à chaque pas dans les faits mythologiques ; de-là ces généalogies monstrueuses qu'ils ont données à leurs Dieux, ces crimes dont ils les ont chargés; en un mot, tous ces détails scandaleux qui composent le systême des anciens Païens.

Leurs livres sont entre nos mains; l'intelligence de ces livres entre dans le plan d'éducation de nos enfans ; ils font une partie de notre amusement; & font même les sources où nous puisons les principes du vrai goût. C'est pour en rendre la lecture facile , & même pour rendre palpable une partie des beautés qu'ils renferment, qu’un Dictionnaire Mythologique est nécessaire : mais il ne peut atteindre au but auquel on le destine, s'il n'est auffi complet qu'il peut l'être.

Dans ce point de vûe , on a ajouté à celui-ci plusieurs articles qui, dans la variété infinie des faits mythologiques, étoient échappés à l'Auteur. On a retouché ceux dans lesquels on a cru appercevoir des traits non conformes à la doctrine des poëtes, ou qui ont paru avoir besoin d'être

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

un peu plus circonstanciés. Quand on fait tant que de recourir à un Dictionnaire, pour fe procu- . rer l'intelligence d'un Auteur que l'on lit, on eft en droit de s'attendre d'y trouver ce que l'on cherche ; & fi l'on ne l'y trouve pas, c'est un défaut; c'est une imperfection. En un mot, un Dictionnaire doit contenir , d'une manière précise à la vérité, tout ce qui concerne la matière qui en fait l'objet. Mais , doit-on être surpris de trouver des imperfections de ce genre, dans la première édition d'un liyre qui traite d'une science qui n'a de bornes que celles de l'imagination des poëtes abandonnée à elle-même ?

Si l'on a cru devoir ajouter ; l'on a cru devoir aussi retrancher. On a fait disparoître plusieurs are ticles qui ont paru être absolument du ressort de l'histoire , & nullement du ressort de la fable : ce n'est point dans un Dictionnaire de Mythologie que

l'on s'avisera d'aller chercher l'article de l'Em-,

[ocr errors][ocr errors][merged small]

pereur Adrien.

On a encore retranché toutes les conjectures historiques auxquelles nos mythologues modernes ont fait des efforts incroyables pour faire plier les rêveries poëtiques. Que les principaux traits de la mythologie soient dans le principe des faits réels , qui , par la suite , ont été corrompus & déguisés par la licence des poëtes; je le veux croire : mais où recourir pour trouver la vérité ainfi obscurcie, & tellement enveloppée , qu'elle ne s'apper

[ocr errors]

çoit plus? A des conjectures? Mais tout le monde en peut faire à sa fantaisie ; & quand celles que l'on présente ne sont pas du goût du lecteur , il prend de l'humeur contre le livre , & quelquefois ne lui rend pas la justice dûe au reste de l'Ouvrage. D'ailleurs, quand ces conjectures auroient tout l'avantage de la vraisemblance ; ce ne feroit toujours que des conjectures , qui par conséquent n’apprendroient rien de certain. Il suffit donc , dans un Ouvrage de l'espèce de celui-ci, de ne des faits mythologiques , tels que

les poëtes nous les présentent , sans s'embarrasser des allusions qu'on s'est efforcé de leur prêter , & qu'ils n'ont certainement jamais eu en vûe. D'ailteurs, ceux qui sont curieux de ces sortes de recherches, ont de quoi se contenter dans les Ouvrages de M. l'Abbé Banier.

Du reste, quant au fond du travail , & quant à l'objet de cet ouvrage , la Préface que l'Auteur avoit mise à la tête de la première édition , en instruira le lecteur.

parler que

« PreviousContinue »