Page images
PDF
EPUB

qu'ils nous disent plus vrai qu'aux autrcs.

- 389. Il y a peu d'honnêtes femmes qui ne soient lasses de leur métier.

350. · La plupart des honnêtes femmes sont des trésors cachés, qui ne sont en sûreté que parce qu'on ne les cherche pas.

[ocr errors]
[ocr errors]

391.

[ocr errors]

Les violences qu'on se fait pour s'empêcher d'aimer sont souvent plus cruelles que les rigueurs de ce qu'on aime.

[ocr errors]

392.

Il n'y a guère de poltrons qui conpojssent toujours toute leur peur.

393. C'est presque toujours la faute de celui qui aime, de ne pas connoître quand on cesse de l'aimer.

394.

On craint toujours de voir ce qu'on aime , quand on vient de faire des coquerteries ailleurs. .

395.

Il y a de certaines larmes qui nous irompent souvent nous – mêmes , après avoir trompé les autres.

- 396. Si l'on croit aimer sa maîtresse pour l'amour d'elle, on est bien trompé,

397.

On doit se consoler de ses fautes, quand on a la force de les avouer.

398.

L'envie est détruite par la véritable amitié, & la coquetterie par le véritable amoure

399.

· Le plus grand défaut de la pénétration n'est pas de n'aller point jusqu'au but, c'est de le passer.

400.

On donne des conseils, mais on n'inspire point de conduite..

401.

Quand notre mérite baisse , nutre goût baisse aussi.

402.

La fortune fait paroître nos, vertus & nos vices, comme la lumière fait paroître les objets.

403.

La violence qu'on se fait pour demeurer fidèle à ce qu'on aime , ne vaut guère mieux qu'une infidélité.

404.

Nos actions sont comme les boutsrimés, que chacun fait rapporter à ce qui lui plaît.

405. . . · L'envie de parler de nous & de faire voir nos défauts du côté que nous voulons bien les mɔntrer, fait une grande partie de notre sincérité.

[merged small][ocr errors]

On ne devroit s'étonner que de pouvoir encore s'étonner.

407.

On est presque également difficile à contenter quand on a beaucoup d'amour & quand on 'n'en a plus guère.

408.

Il n'y a point de gens qui aient plus souvent tort que ceux qui ne peuvent souffrir d'en avoir.

« PreviousContinue »