Histoire de la chute de l'Empire romain et du déclin de la civilisation, de l'an 250 à l'an 1000

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 234 - Je vous ai déjà dit que nos trai« tés me confèrent ces villes, c'est pourquoi je ne « veux point les rendre. » Un autre député lui dit : « Ton neveu te prie de lui faire remettre la criminelle (( Frédégonde , qui a fait périr un grand nombre de « rois, pour qu'il venge sur elle la mort de son père, « de son oncle et de ses cousins.
Page 250 - Romains et à adopter leur langage , fit place au duc héréditaire d'Austrasie , capitaine de ses leudes , ou d'hommes qui s'étaient volontairement dévoués à un service également héréditaire , moyennant quelque concession de terres. Ce duc était secondé par tous les autres ducs , qui combattaient pour l'aristocratie, contre la royauté et contre le peuple ; sa victoire fut signalée par un second triomphe de la langue teutonique sur la latine , et par le rétablissement des diètes ou assemblées...
Page 192 - vengez avec constance la mort de mon père et « de ma mère. » Les trois fils jurèrent de servir le ressentiment de leur mère; ils attaquèrent les Bourguignons, et les ayant défaits, dans un combat, ils arrêtèrent saint Sigismond, qui...
Page 326 - comme une paroi immobile , comme un mur de glace , » contre lequel les Arabes armés à la légère venaient se briser » sans y faire aucune impression. Ces derniers avançaient et » reculaient avec rapidité : mais cependant l'épée des Germains
Page 352 - Rome , dit le moine d'Angoulême , son historiographe , des maîtres de l'art de la grammaire et de celui du calcul , et il les conduisit en France , en leur ordonnant d'y répandre le goût des lettres ; car , avant le seigneur Charles , il n'y avait en France aucune étude des arts libéraux.
Page 249 - ... et qu'après qu'on lui eut coupé les lèvres et la langue , il n'en parlait qu'avec plus d'éloquence. Privé de ses yeux et mutilé de tous ses membres , saint Léger était déjà vénéré par les peuples comme un martyr.
Page 170 - Alaric sur ses projets par la conférence d'Amboise , il assembla , en 607 , l'armée de ses Francs au Champ-^de-Mars : « Je ne puis souffrir, leur dit-il, que ces Ariens « possèdent la meilleure partie des Gaules. Allons « sur eux; et quand, avec l'aide de Dieu, nous « les aurons vaincus, nous réduirons leurs terres (1) Cassiodori Epistolœ.
Page 13 - Sur ses bords septentrionaux et orientaux, quelques colonies grecques conservaient une indépendance douteuse sous la protection de l'empire. Un prince grec régnait à Caffa sur le Bosphore Cimmérien ; des colonies grecques dans le pays des Lases et la Colchide étaient tour à tour sujettes ou tributaires.
Page 187 - ... rachetée que par leur respect pour les prêtres. Mais cette haute vénération pour l'Église , et leur sévère orthodoxie , d'autant plus facile à conserver que , ne faisant aucune étude , et ne disputant jamais sur la foi , ils ne connaissaient pas même les questions controversées , leur donnèrent dans le clergé de puissants auxiliaires. Les Francs se montrèrent disposés à haïr les ariens, à les combattre et les dépouiller sans les entendre; les évêques , en retour, ne se montrèrent...
Page 438 - Ces bateliers , dit-il , ne voient personne ; mais , au milieu de la nuit, une voix horrible les appelle à leur mystérieux office ; ils trouvent au rivage des bateaux inconnus prêts à partir ; ils sentent le poids des âmes qui y entrent l'une après l'autre , et qui font descendre à fleur d'eau le bord du bateau. Cependant ils ne voient rien encore.

Bibliographic information