Mémoires du maréchal Berthier, prince de Neuchâtel et de Wagram, major-général des armées françaises: campagne d'Egypte, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 179 - L'Effendi fait prisonnier à Aboukir est parti « pour se rendre à Damiette. Je vous ai écrit de « l'envoyer en Chypre ; il est porteur, pour le « grand-visir, d'une lettre dont vous trouverez
Page 184 - Vos succès me seront aussi chers que ceux où je me trouverais en personne, et je regarderai comme mal employés tous les jours de ma vie où je ne ferai pas quelque chose pour l'armée dont je vous laisse le commandement, et pour consolider le magnifique établissement dont les fondements viennent d'être jetés.
Page 97 - Soldats , nous avons une carrière de fatigues et de dangers à courir. Après avoir mis l'Orient hors d'état de rien faire contre nous cette campagne, il nous faudra peut-être repousser les efforts d'une partie de l'Occident. « Vous y trouverez une nouvelle occasion de gloire ; et si, au milieu de tant de combats, chaque jour est marqué par la mort d'un brave, il faut que de nouveaux braves se forment , et prennent rang à leur tour parmi ce petit nombre qui donne l'élan dans les dangers et...
Page 181 - ... toujours dans l'assertion que j'ai avancée, que l'intention de la France n'a jamais été d'enlever l'Egypte à la Porte ; demander que la Porte sorte de la coalition et nous accorde le commerce de la mer Noire ; qu'elle mette en liberté les Français prisonniers; et, enfin, six mois de suspension d'armes, afin que, pendant ce temps-là . l'échange des ratifications puisse avoir lieu.
Page 183 - J'avais déjà demandé plusieurs fois une troupe de comédiens : je prendrai un soin particulier de vous en envoyer. Cet article est très important pour l'armée et pour commencer à changer les mœurs du pays.
Page 132 - Morandy, redouble ses décharges à mitraille; mais ayant déjà beaucoup de blessés à son bord, et voyant beaucoup de paysans qui vont l'attaquer de la rive gauche , il croit trouver son salut dans la fuite. Il met à la voile ; il avait peu de monde pour servir ses manœuvres; le vent était très fort, sa djerme s'échoue.
Page 212 - Bonaparte , cette garnison n'avait pas pour quinze jours de vivres en avance , il ne faudrait pas plus de temps pour l'obliger à se rendre sans coup férir.
Page 36 - Il est assassiné avec plusieurs officiers et quelques dragons au milieu de l'un de ces attroupements. La sédition devient aussitôt générale : tous les Français que les révoltés rencontrent sont égorgés ; les Arabes se montrent aux portes de la ville. « La générale est battue ; les Français s'arment et se forment en colonnes mobiles.
Page 183 - L'intérêt de la patrie, sa gloire , l'obéissance , les événements extraordinaires qui viennent de se passer, me décident seuls à passer au milieu des escadres ennemies pour me rendre en Europe.
Page 92 - Doutez -vous qu'en vous envoyant ainsi dans une région lointaine, son unique but n'ait été de •vous exiler de la France, de vous précipiter dans un abîme de dangers, et de vous faire périr tous tant que vous êtes? Si, dans une ignorance absolue de ce qui en est , vous êtes entrés sur les terres d'Egypte, si vous avez servi d'instrument à une violation des traités, inouïe jusqu'à présent parmi les puissances; n'est-ce point par un effet de la perfidie de vos directeurs?

Bibliographic information