Dictionnaire des sciences occultes,: savoir, de aéromancie, alchimie, alectriomancie, alfridarie, ... ;, ou, Répertoire universel, des êtres, des personnages, des livres, des faits et des choses qui tiennent aux apparitions, aux divinations, à la magie au commerce de l'enfer, aux démons, aux sorciers, aux sciences occultes, aux grimoires, a la cabale, aux esprits élémentaires, au grand oeuvre, aux prodiges, aux erreurs, aux préjugés, ... , et généralement à toutes les fausses croyances, merveilleuses, surprenantes, mystérieuses ou surnaturelles... Tome premier.[-second.], Part 25, Volume 48

Front Cover
Chez l'éditeur, aux ateliers catholiques du Petit-Montrouge, Barrière d'enfer de Paris., 1861 - Oracles
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 249 - ... 1° Le comte de Gabalis, ou Entretiens sur les sciences secrètes , par l'abbé de Villars. La meilleure édition est de 17V2, in-12 ; 2° Le* Génies assistants, suite du Comte de Gabalis, in-12, même année ; 3° Le Gnome irréconciliable, suite des Génies assistants; k°...
Page 453 - L'un et l'autre sont proprement le rituel et le bréviaire des magiciens. Le premier a pour titre : le Grand Grimoire ou l'art de commander aux esprits célestes, aériens, terrestres, infernaux, avec le vrai secret de faire parler les morts, de gagner toutes les fois qu'on met aux loteries, de découvrir les trésors cachés, etc . Imprimé sur un manuscrit de 1522, in-12, 108 pag.
Page 389 - J'enseigne aux bergers la patenôtre du loup. J'apprends aux devins la façon de tourner le sas. Je fais courir les ardents sur les marais et sur les fleuves pour noyer les voyageurs. J'excite les fées à danser au clair de la lune. Je pousse les joueurs à chercher le trèfle à quatre feuilles8 sous les gibets.
Page 395 - ... avocat (dit la légende en mauvais vers allemands placés au bas de chaque tableau) qui aille vite et qui gagne toutes ses causes; dans l'antichambre du ministre, où, en solliciteur, l'air humble et le dos courbé, elle présente une pétition qui sera...
Page 177 - Durham, en Angleterre. Il mourut à soixante-trois ans. On dit qu'il prévit l'heure précise de sa mort. Un instant avant d'expirer, il dictait quelques passages qu'il voulait extraire des œuvres de saint Isidore; le jeune moine qui écrivait le pria de se reposer parce qu'il parlait avec peine : « Non, répondit Bédé, prenez une autre plume, et écrivez le plus vite que vous pourrez » Lorsque le jeune homme eut dit : « C'est fait, — Vous avez dit la vérité, » répliqua Bédé; et il...
Page 177 - Bekker à combattre le diable. On eut beau lui dire, en prose et en vers, qu'il avait tort de l'attaquer, attendu qu'il lui ressemblait beaucoup, étant d'une laideur horrible; rien ne l'arrêta : il commença par nier absolument le pouvoir de Satan, et s'enhardit même jusqu'à soutenir qu'il n'existe pas.
Page 393 - Danis, qu'il était sorcier depuis vingt ans, qu'il lui avait en effet donné le sort dont il avait été affligé, que ce sort devait durer un an ; qu'il n'en avait été guéri au bout de huit semaines qu'à la faveur des neuvaines qu'on avait faites ; que le maléfice était retombé sur lui Danis, et qu'il se recommandait à sa miséricorde. Puis, comme les archers le poursuivaient, le berger tua ses chiens, jeta sa houlette, changea d'habits, se réfugia à Torcy, fit pénitence et mourut au...
Page 497 - Gérions, mille monstres nouveaux, mille formes plus bizarres que jamais n'en rêva l'imagination, mêlées et confondues ensemble. Ils se placent les uns à la gauche, les autres à la droite de leur sombre monarque. Assis au milieu d'eux, il tient d'une main un sceptre rude et pesant : son front superbe, armé de cornes...
Page 41 - Leyde, 1600. ALARY (FRANÇOIS), songe-creux , qui a fait imprimer à Rouen, en 1701, la Prophétie du comte Bombaste, chevalier de la RoséCroix, neveu de Paracelse, publiée en l'année 1609, sur la naissance de Louis le Grand.
Page 409 - L'aîné était de son âge ; le cadet, un peu plus jeune s'appelait Desfontaines ; c'était celui des deux frères que Bézuel aimait davantage. Se promenant tous deux en 1696, ils s'entretenaient d'une lecture qu'ils avaient faite de l'histoire de deux amis, lesquels s'étaient promis que celui qui mourrait le premier viendrait dire des nouvelles de son état au survivant. Le mort revint, disaiton, et conta à son ami des choses surprenantes. » « Le jeune Desfontaines proposa à Bézuel de se...