Les plantes de grande culture

Front Cover
G. Carré et C. Naud, 1898 - Beet sugar - 236 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 66 - Cette longue et continuelle habitude de s'occuper du bien des hommes, avait fini par s'empreindre jusque dans son air extérieur ; on aurait cru voir en lui la bienfaisance personnifiée. Une taille élevée et restée droite jusqu'à ses derniers jours, une figure pleine d'aménité, un regard à la fois noble et doux, de beaux cheveux blancs comme la neige, semblaient faire de ce respectable vieillard l'image de la bonté et de la vertu. Sa physionomie plaisait surtout par ce sentiment de bonheur...
Page 67 - En un mot, partout où l'on pouvait travailler beaucoup, rendre de grands services et ne rien recevoir ; partout où l'on se réunissait pour faire du bien, il accourait le premier, et l'on pouvait être sûr de disposer de son temps, de sa plume et au besoin de sa fortune.
Page 122 - L'avantage de cette création est devenu bientôt si manifeste, qu'à côté des professeurs départementaux, on a nommé, dans un certain nombre d'arrondissemens, des professeurs spéciaux. Leur instruction est étendue, ils n'obtiennent leurs emplois qu'après un concours sévère; outre l'enseignement régulier dont ils sont chargés dans les écoles normales d'instituteurs, ils parcourent le département, et professent le dimanche tantôt dans un village, tantôt dans un autre. Constamment en...
Page 111 - A cette terrible nouvelle, tout le monde prévit ce qui allait arriver. Le gouvernement anglais, épouvanté, prit les mesures les plus actives pour faire venir des vivres de tous côtés. Bien qu'il dût se préoccuper en même temps de l'Angleterre, où la disette s'annonçait aussi, mais dans de moindres proportions, il fit des efforts inouïs pour donner un supplément extraordinaire de travail au peuple irlandais ; il prit à sa solde 500,000 ouvriers, organisa pour les occuper des ateliers...
Page 193 - Ces premiers résultats furent confirmés par l'analyse de nombreuses betteraves prises dans les cultures de Grignon, ou envoyées du déparment du Nord et de celui de l'Aisne. Toujours on trouva que la pauvreté des racines, en sucre, coïncidait avec leur richesse en azote. La lumière était faite! Ce n'était pas du tout parce que les terres épuisées ne fournissaient plus à la plante qu'une nourriture insuffisante, qu'après plusieurs années de culture on ne récoltait plus que des betteraves...
Page 112 - ... les propriétaires firent à leur tour, pour venir au secours de leurs tenanciers, tous les sacrifices possibles ; au besoin la loi les y forçait, la taxe des pauvres monta dans une proportion énorme. Rien ne fut payé en 1847, ni la rente, ni l'impôt; ni l'intérêt de la dette hypothécaire. Ces générosités tardives ne suffirent pas pour arrêter le fléau : la famine fut universelle et dura plusieurs années. Quand le dénombrement décennal de la population fut fait en 1851, au lieu...
Page 112 - ... le huitième de la population, était mort de misère et de faim. Cette épouvantable calamité a fait ce que n'avaient pu faire des siècles de guerre et d'oppression, elle a vaincu l'Irlande. Le peuple irlandais, en voyant son principal aliment lui échapper, a commencé à comprendre qu'il n'y avait plus assez de place pour lui sur le sol de la patrie. Lui qui avait jusqu'alors obstinément résisté à toute pensée d'émigration, comme à une désertion devant l'ennemi, il s'est pris tout...
Page 24 - Il en est de môme de l'emploi du rouleau, et on m'a conté, à ce sujet, une anecdote bien caractéristique. Un propriétaire va visiter un champ de blé qui se trouvait voisin d'une ville possédant une garnison de cavalerie; en arrivant, le propriétaire voit l'ordonnance d'un officier se servant du champ de blé comme d'un manège et faisant parcourir à son cheval un cercle régulier. Notre homme de tempêter, de crier que son champ était perdu; le soldat s'en va un peu penaud de cette violente...
Page 112 - Lui, qui avait jusqu'alors obstinément résisté à toute pensée d'émigration comme à une désertion devant l'ennemi, s'est pris tout à coup de la passion opposée: un courant ou, pour mieux dire, un torrent d'émigration s'est déclaré... Il a fallu remonter jusqu'aux traditions bibliques pour trouver un nom à donner à cette fuite populaire, qui n'a d'analogie que dans la grande migration des Israélites. On l'appelle Y exode, comme au temps de Moïse. » L'Irlande n'a plus aujourd'hui que...
Page 48 - N'oé ne fournit que 30 quintaux : or, la fumure, l'exposition, la nature du sol, étant identiques, la différence était due exclusivement à la nature de la variété semée. « A cette même époque, un grand industriel du Pas-de-Calais, M. Porion, passionné pour la culture, persuadé comme moi qu'il fallait élever les rendements, me pria de l'aider de mes conseils ; il avait reconnu comme moi les avantages du blé à épi carré, et d'un commun accord nous portâmes tous nos efforts sur cette...

Bibliographic information