Page images
PDF
EPUB

L'abbé Lavaure,

Curé de Sarlat,

Pour l'appui qu'il me prélu, en luttani suns doute

contre d'ignobles passions.

Paris, 10 septembre xDCCCXLIII.

Bordas-Demoulin.

DISCOURS

SUR LA

RÉFORMATION DE LA PHILOSOPHIE

AU DIX-NEUVIÈME SIÈCLE,

ET

INTRODUCTION GÉNÉRALE.

Les doctrines et les théories n'ont pas manqué à notre siècle; chaque jour en voit éclore, comme chaque jour en emporte. On prodigue les mots de réforme et de progrès; les systèmes s'improvisent, et l'ambition de l'apostolai est devenu vulgaire. Que de projets et de promesses pompeuses! que d'illusions bientôt détruites ! que d'amères déceptions! Mais aussi, quand on remonte aux causes de cette stérile abondance, quelle hâte de produire avant d'avoir conçu! quelle vaniteuse

impatience d'étaler des opinions d'un jour! Les idées ont si peu de consistance, qu'elles passent en un moment, oubliées inème de leurs auteurs.

L'entreprise que nous annonçons aux esprits sérieux se recommande du moins à leur attention par la maturité. Un homme, dès l'âge où la pensée s'éveille, tourmenté du besoin de s'expliquer l'étatsi extraordinaire où se trouve aujourd'hui le monde, et envahi par une tristesse qui, loin de l'épuiser, redouble son ardeur, se plonge toul entier dans des méditations et des travaux infatigables. Il interroge tous les temps, il sonde toutes les sciences. Il a découvert ce qu'il croit la vérité ; loin de se reposer, il ne cesse, renfermé en lui-même, d'éprouver sa doctrine et de s'y affermir en l'appliquant aux questions les plus nombreuses et les plus variées. Ce n'est qu'après trente années de recherches qu'il se décide à élever la voix et à donner le signal d'une réformation complète de la philosophie.

Sollicité par la beauté du sujet qu'une académie propose, sans célébrité, sans crédit, et presque sans nom, il entre en lice el porte un jugement détaillé sur le plus grand des siècles scientifiques. Dans ce premier essai, il ne dissimule point ses idées philosophiques et religieuses, el malgré l'opposition qu'elles rencontrent, il arrache le suffrage de la savante assemblée. Tel est l'homme qui vient au

« PreviousContinue »