Page images
PDF
EPUB

Il rejette en dormant l'effroyable mélange,
On invoque les dieux, en ordre l'on se range,
Et nous crevons soudain, à l'aide d'un long picu,
L'oeil qui, seul sur son front, en remplit le milieu;
Eil énorme, égalant la grandeur circulaire
D'un bouclier d'Argos ou du disque solaire.

Traduction de M. Gaston :

La mort suit en tous lieux ce monstre impitoyable,
Qui du sang des humains avide, insatiable,
Eptasse autour de lui leurs cadavres bideux.
Moi-même je l'ai vu, dans son repaire affreux,
(Enfers, pour le punir, entr'ouvrez vos abymes!)
D'une main, sur le roc écraser deux victimes
Dont le sang jaillissoit sur nos amis tremblaus;
De l'autre, déchirer leurs membres palpitans :
Je l'ai vu, dévorant cette horrible pâture,
Étouffer sous sa dent le cri de la nature.
Mais de ses compagnons pleurant le triste sort,
Ulysse nous rassemble, et court venger leur mort.
Lorsqu'ivre des vapeurs de ce festin impie,
La tête du géant se trouve appesantie,
Sous ce poids qui l'accable, il s'endort, et soudain
Rejette en noirs torrens et le sang et le vin.
Nous invoquons les dieux; tous nos Grecs, en silence,
Autour de lui rangés dans sa caverne immense,
S'élancent, et cent bras armés par la fureur
Enfoncent dans son oeil un javelot vengeur.
Cet oil rendoit son front aux humains formidable;
Au bouclier d’Ajax sa forme étoit semblable;
Que dis-je ? il égaloit le disque du soleil.

Ulysse l'a puni; mais craignez son réveil.
Voici maintenant celle de M. Delille :

A peine ivre de vin et gorgé de carnage,
Spus le poids du sommeil, qui scul dompte su rage,

Il a courbé sa tête, et, tombant de langueur,
De son corps monstrueux déployé la longueur;
Tandis que, rejetés par ce monstre farouche,
La chair, le vin, le sang, jaillissoient de sa bouche,
Nous invoquons les dieux; on l'entoure : à l'instant
Nous fondons à l'envi sur l'horrible géant;
Une poutre à l'instant a crevé l'oeil énorme
Qui brilloit seul au front de ce géant difforme :
Moins grand nous apparoît, dans son vaste contour,
Un bouclier d'Argos ou l'oeil ardent du jour.

Quelques critiques un peu chagrins ont dit que l'bistoire de Polyphême ressembloit aux contes de l'Ogre du Petit-Poucet ou de la Barbe-Bleue, dont on berce les enfans, et ils ont paru s'étonner de la trouver dans deux des trois poëmes les plus célèbres de l'antiquité. Mais il falloit sans doute que ce morceau d'Homère fût trèsgoûté autrefois , puisque Virgile, et Ovide après lui, s'en sont emparés; et qu'Horace le mettoit au rang des choses merveilleuses enfantées par le poëte grec.

Au reste, on ne peut s'empêcher d'admirer dans cette description la fécondité du génie de Virgile, la raison et le goût qui guident toujours sa brillante imagination : le inerveilleux naît du fond du sujet, et l'on ne pourroit l'en détacher sans nuire à l'ensemble du poëme. La rencontre d’Achéménide, abandonné par. Ulysse, étoit une occasion naturelle de raconter les excès de Polyphème, et de rappeler la vengeance qu'en tira le prince Grec.

(Note de l'Éditeur.)

[merged small][ocr errors]

CONTENUES DANS LE TROISIÈME VOLUME.

20

CONSIDÉRATIONS SUR LE POÈME ÉPIQUE. Page 1 De la manière de faire une fable.

7 De la matière du Poëme épique.

15 De l'intégrité de l'action. De la durée du Poëme épique.

39 De l'importance de l'action. De la forme du Poëme épique, ou de la Narration. 62 De la Narration proprement dite, et de ses qualités.

83 Des Moeurs.

179 Des Machines.

230 Des Sentimens et de l'Expression.

280

43

ÉNÉJDE. LIVRE ser.

Notes et imitations.

347 376

LIVRE II.

421 451

Notes et imitations.

LIVRE III.

Notes et imitations.

487 515

FIN DE LA TABLE.

[ocr errors]

|

« PreviousContinue »