Page images
PDF
EPUB

grandeur : les gens de bien plaignent les uns et les autres , qui ent ou de la grandeur ou de l'esprit, sans nulle vertu.

Quand je vois d'une part auprès des grands, à leur table, et quelquefois dans leur familiarité, de ces hommes alertes, empresses, intrigans, aventuriers, esprits dangereux et nuisibles, et que je considere d'autre part quelle peine ont les personnes de inerite à en approcher, je ne suis pas loujours disposé à croire que les méchaus soient soufferts par intérêt, ou que les gens de bien soient regardés comme inutiles : je trouve plus mon comple à me confirmer dans cette penséc, que grandeur et discernement sont deux choses différentes , et l'amour pour la vertu et pour les vertueux, une troisième chose.

Lucile aime mieux user sa vie à se faire supporter de quelques grands, que d'être réduit à vivre familièrement avec ses égaux.

La regle de voir de plus grands que soi, doit avoir ses restrictions. Il faut quelquefois d'étranges taleus pour la réduire en pratique.

Quelle est l'incurable maladie de Théophile (5)? elle lui dure depuis plus de trente années, il ne guérit point ; il a voulu il veut, et il youdra gouverner les grands ; la mort seule lui ôtera avec la vie cette soif d'empire et d'ascendant sur les esprits : est-ce en lui zele du prochain? est-ce habitude ? est-ce une excessive opinion de soi-même ? Il n'y a point de palais ou il ne s'insinue : ce n'est pas au milieu d'une chambre qu'il s'arrêie , il passe à une embrasure ou au cabinet : on attend qu'il ait parlé, et long-temps et avec action, pour avoir audience, pour être yu. Il entre dans le secret des familles, il est de quelque chose dans tout ce qui leur arrive de triste ou d'avantageux : il prévient, il s'offre, il se fait de fêle, il faut l'admettre. Ce n'est pas assez pour remplir son temps ou son ambition, que le soin de dix mille åmes dont il répond à Dieu comme de la sienne propre : il y en a d'un plus haut rang et d'une plus grande distinction dont il ne doit aucun compte, et dont il se charge plus volontiers. Il écoute, il veille sur tout ce qui peut servir de pâture à son esprit d'intrigue, de médiation ou de manege : à peine un grand est-il débarqué (6), qu'il l'empoigne et s'en saisit: on entend plutôt dire à Théophile, qu'il le gouverne, qu'on n'a pu soupçonner qu'il pensait à le gouverner.

Une froideur ou une incivilité qui vient de ceux qui sont audessus de nous, nous les fait hair, mais un salut ou un sourire nous les réconcilie,

Il y a des hommes superbes que l'élévation de leurs rivaux humilie et appriyoise ; ils en viennent par cette disgrâce jusqu'à

rendre le salut : mais le temps , qui adoucit toutes choses, les remet enfin dans leur naturel.

Le mépris que les grands ont pour le peuple, les rend indifférens sur les Batteries ou sur les louanges qu'ils en reçoivent, et tempère leur vanité. De même les princes loués sans fin et sans relâche des grands ou des courtisans, en seraient plus vains, s'iis estimaient davantage ceux qui les louent.

Les grands croient être seuls parfaits, n'admettent qu'à peine dans les autres hommes la droiture d'esprit, l'habileté, la délicatesse, et s'emparent de ces riches talens, comme de choses dues à leur naissance. C'est cependant en eux une erreur grossière de se nourrir de si fausses préventions : ce qu'il y a jamais eu de mieux pensé, de mieux dit, de mieux écrit , et peut-être d'une conduiie plus délicate, ne nous est pas toujours venu de leur fonds. Ils ont de grands domaines, et une longue suite d'ancêtres, cela ne leur peut êlre contesté.

Avez-vous de l'esprit (7), de la grandeur, de l'habileté, du goût, du dicernement? En croirai-je la prévention et la flatterie qui publient hardimenl votre mérite? elles me sont suspectes, je les récuse. Me laisserai-je éblouir par un air de capacité ou de hauteur, qui vous met au-dessus de tout ce qui se fait, de ce qui se dit, et de ce qui s'écrit; qui vous rend sec sur les louanges, et empêche qu'on ne puisse arracher de vous la moindre approbalion ? Je conclus de la plus naturellement, que vous avez de la faveur, du crédit et de grandes richiesses. Quel moyen de

vous définir, Téléphon? on n'approche de vous que comme du feu , et dans une certaine distance; et il faudrait vous développer , vous manier, vous confronter avec vos pareils, pour porter de vous un jugement sain et raisonnable. Votre homme de confiance, qui est dans votre familiarité, dont vous prenez conseil, pour qui vous quillez Socrate et Aristide, avec qui vous riez, et qui rit plus haut que vous, Dave enfin m'est très-connu : serait-ce assez pour vous bien connaitre ?

Il y en a de tels que s'ils pouvaient counaitre leurs subalternes et se connaître eux-mêmes, ils auraient honte de primer.

S'il y a peu d'excellens orateurs, y a-t-il bien des gens qui puissent les entendre? S'il n'y a pas assez de bons écrivains, ou sont ceux qui savent lire? De même on s'est toujours plaint du petit nombre de personnes capables de conseiller les rois, et de jes aider dans l'administration de leurs affaires. Mais s'ils naissent enfin ces hommes habiles et intelligens, s'ils agissent selon leurs vues et leurs lumières, sont-ils aimés, sont-ils estimés autant qu'ils le méritent? sont-ils loués de ce qu'ils pensent et de ce qu'ils sont pour la atrie ? Ils vivent, il suffit : on les censure

s'ils échouent, et on les envie s'ils réussissent. Blåmons le peuple ou il serait ridicule de vouloir l'excuser : son chagrin et sa jalousie, regardés des grands ou des puissans comine inévitables, Jes ont conduits insensiblement à le compter pour rien, et à négliger ses suffrages dans toutes leurs entreprises, à s'en faire inême une regle de politique.

Les petits se haïssent les uns les autres , lorsqu'ils se nuisent réciproquement. Les grands sont odieux aux petits par le mal qu'ils leur font, et par tout le bien qu'ils ne leur font pas : ils leur sont responsables de leur obscurité, de leur pauvreté, et de leur infortune; ou du moins ils leur paraissent tels.

C'est déjà trop (8) d'avoir avec le peuple une même religion et un même dieu : quel moyen encore de s'appeler Pierre, Jean, Jacques, comme le marchand ou le laboureur? évitons d'avoir rien de commun avec la multitude : affectons au contraire toutes les distinctions qui nous en séparent : qu'elle s'approprie les douze a potres, leurs disciples, les premiers martyrs ( telles gens, iels patrons ); qu'elle voie avec plaisir revenir toutes les années ce jour particulier que chacun célebre comme sa fête. Pour nous autres grands, ayons recours aux noms profanes, faisons-nous baptiser sous ceux d'Annibal, de César, de Pompée, c'étaient de grands hommes ; sous celui de Lucrèce, c'était une illustre . Romaine; sous ceux de Renaud, de Roger, d'Olivier et de Tancrede, c'étaient des paladins, et le roman n'a point de héros plus merveilleux; sous ceux d'Hector, d'Achille, d'Hercule, tous demi-dieux ; sous ceux même de Phébus et de Diane : et qui nous empêchera de nous faire nommer Jupiter, ou Mercure , ou Vénus, ou Adonis ? Pendant

que les grands négligent de rien connaitre, je ne dis pas seulement aux intérêts des princes et aux affaires publiques, mais à leurs propres affaires; qu'ils ignorent l'économie et la science d'un père de famille, et qu'ils se louent eux-mêmes de cette ignorance; qu'ils se laissent appauvrir et maitriser par des intendans; qu'ils se contentent d'être gourmets ou côteaux , d'aller chez Thais ou chez Phryné, de parler de la meute et de la vieille meute, de dire combien il y a de postes de Paris à Besançon, ou à Philisbourg ; des citoyens (9) s'instruisent du dedans et du dehors d'un royaume, étudient le gouvernement ,

deviennent fins et politiques, savent le fort et le faible de tout un état, songent à se mieux placer, se placent, s'élevent, deviennent puissans, soulagent le prince d'une partie des soins publics. Les grands qui les dédaignaient, les reverent, heureux s'ils deviennent leurs gendres.

Si je compare ensemble les deux conditions des hommes les

plus opposées, je veux dire les grands avec le peuple, ce dernier me paraît content du nécessaire, et les autres sont inquiets et pauvres avec le superflu. Un homme da peuple ne saurait faire aucun mal; un grand ne veut faire aucun bien, et est capable de grands maux : l’un ne se forme et ne s'exerce que dans les choses qui sont utiles ; l'autre y joint les pernicieuses : là se inontrent ingénument la grossièreté et la franchise ; ici se cache une sève maligne et corrompue sous l'écorce de la politesse : le peuple n'a guère d'esprit;' et les grands n'ont point d'âme: celuilà a un bon fonds et n'a point de dehors; ceux-ci n'ont que des dehors et qu'une simple superficie. Faut-il opter? je ne balance pas, je veux être peuple.

Quelque profonds que soient les grands de la cour, et quelque art qu'ils aient pour paraître ce qu'ils ne sont pas, et pour ne point paraître ce qu'ils sont, ils ne peuvent cacher leur malignité, leur extrêmne pente à rire aux dépens d'autrui, et à jeter du ridicule souvent ou il n'y en peut avoir : ces beaux talens se découvrent en eux du premier coup d'oeil; admirables sans doute pour envelopper une dupe, et rendre sot celui qui l'est déjà ; mais encore plus propres à leur ôter tout le plaisir qu'ils pourraient tirer d'un homme d'esprit, qui saurait se tourner et se plier en mille manières agréables et réjouissantes , si le dangereux caractère du courtisan ne l'engageait pas à une fort grande retenne. Il lui oppose un caractère sérieux dans lequel il se retranche; et il fait si bien que les railleurs, avec des intentions si mauvaises, manquent d'occasions de se jouer de lui.

Les aises de la vie, l'abondance, le calme d'une grande prospérité, font que les princes ont de la joie de reste pour rire d'un nain, d'un singe, d'un imbécile, et d'un mauvais conte. Les gens moins heureux ne rient qu'à propos.

Un grand aime la Champagne, abhorre la Brie, il s'enivre de meilleur vin que l'homme du peuple : seule différence que la crapule laisse entre les conditions les plus disproportionnées, entre le seigneur et l'estafier.

Il semble d'abord qu'il entre dans les plaisirs des princes un peu de celui d'incommoder les autres : mais nou, les princes ressemblent aux hommes; ils songent à eux-mêmes, suivent leur goût, leurs passions, leur commodité, cela est naturel.

Il semble que la première règle des compagnies , des gens en place, on des puissans, est de donner à ceux qui dépendent d'eux pour le besoin de leurs affaires, toutes les traverses qu'ils en peuvent craindre.

Si un grand a quelque degré de bonheur sur les autres hommes, je ne devine pas lequel, si ce n'est peut-être de se trouver sou

vent dans le pouvoir et dans l'occasion de faire plaisir ; et si elle naît cette conjoncture, il semble qu'il doive s'en servir; si c'est en faveur d'un homme de bien, il doit appréhender qu'elle ne lui échappe : mais comme c'est en une chose juste, il doit prévenir la sollicitation, et n'être vu que pour être remercié; et si elle est facile , il ne doit pas même la lui faire valoir : s'il la lui refuse , je les plains tous deux.

Il y a des hommes nés inaccessibles, et ce sont précisément ceux de qui les autres ont besoin , de qui ils dépendent: ils ne sont jamais que sur un pied : mobiles comme le mercure , ils pirouettent, ils gesticulent, ils crient, ils s'agitent : semblables à ces figures de carton qui servent de montre à une fête publique , ils jettent feu et flamme, tonnent et foudroient; on n'en approche pas, jusqu'à ce que, venant à s'éteindre, ils tombent, et par leur chute deviennent traitables, mais inutiles.

Le suisse , le valet-de-chambre, l'homme de livrée, s'ils n'ont plus d'esprit que ne porte leur condition, ne jugent plus d'euxmêmes par leur premiere bassesse , inais par l'élévation de la fortune des gens qu'ils servent, et mettent tous ceux qui entrent par leur porte, et montent leur escalier, indifféremment audessous d'eux et de leurs maîtres : tant il est vrai qu'on est destiné à souffrir des grands et de ce qui leur appartient.

Un homme en place doit aimer son prince, sa femme, ses enfans , et après eux les gens d'esprit : il les doit adopter, il doit s'en fournir et n'en jamais manquer. Il ne saurait payer , je ne dis pas de trop de pensions et de bienfaits , mais de trop de familiarité et de caresses, les secours et les services qu'il en tire , même sans le savoir : quels petits bruits de dissipent-ils pas ? quelles bistoires ne réduisent-ils pas à la fable et à la fiction? ne savent-ils pas justifier les mauvais succès par les bonnes intentions, prouver la bonté d'un dessein et la justesse des mesures par le bonheur des événemens, s'élever contre la malignité et l'envie pour accorder à de bonnes entreprises de meilleurs motifs, donner des explications favorables à des apparences qui étaient inauvaises, détourner les petits défauts, ne montrer que les vertus, et les mettre dans leur jour , semer en mille occasions des faits et des détails qui soient avantageux, et tourner le ris et la moquerie contre ceux qui oseraient en douter , ou avancer des faits contraires? Je sais que les grands ont pour maxime de laisser parler et de continuer d'agir: mais je sais aussi qu'il leur arrive en plusieurs rencontres, que laisser dire les empêche de faire.

Sentir le mérite ; et, quand il est une fois connu, le bien traiter : deux grandes démarches à faire tout de suite , et dont la plupart des grands sont fort incapables.

« PreviousContinue »