Page images
PDF
EPUB

vous m'aimeriez. Ne publiez point notre commerce, Mademoiselle, je vous en conjure. Ayez devant le monde plus de discrétion que vous n'en avez, & faites - moi quelques faveurs qui fauvent votre réputation. Eft-ce à-moi à être plus discret que vous ? Est-ce aux Hommes à faire ces fortes de prieres - là aux Dames? Admirez, s'il vous plaît, combien je suis éloigné d'avoir les maximes ordinaires. D'autres qui ménageroient moins l'honneur des Belles, vous prierdient de leur continuer vos rigueurs; mais pour moi, je ne suis point de ces Fanfarons-là.

[ocr errors][merged small][merged small]

و

E vais m'éloigner de vous pour quelque tems,

Mademoiselle, c'est-à-dire , que je vais vous aimer plus que je n'ai encore fait. L'abo fence a pour moi cette proprieté-là, qu'elle n'ay je croi, pour personne; elle m'attendrit. Je me figure toûjours les Gens que je ne vois point, les plus aimables du monde, & je ne manque point à être content d'eux. Vous vous presenterez à moi sensible, reconnoissante. Je m'imaginerai que si je vous voyois, vous auriez cent petites bontez pour moi ; je ferati plus charmé de votre idée sur cet article-là que je ne l'ai jamais été de vous-même. Si vous pretendiez par votre severité vous établir chez moi un caractere d'Heroïne, en verité vous

per

[ocr errors]

perdriez bien votre peine; dès que je ne vous voi plus, il ne me souvient point de vos rigueurs. J'ai une imagination douce qui ne s'accoûtume point à fe les representer, il faut que je les voye, pour les croire. Je fai bien qu'à mon retour, vous travaillerez fortement å redresser le mauvais pli que mon imagination aura pris; mais toûjours j'aurai eu malgré vous un peu de bon tems pendant l'absence. Je ferai trop heureux, si je ne fais pas la folie de revenir le plûtôt que je pourrai. Si vous voyez ma fidelité avec quelque plaisir, je vous promets que je vous ferai encore plus fidelle absent que present. Je ne puis rien voir de fi aimable que votre idée , purifiée de vos défauts, & je n'aurai qu'elle dans la tête; mais quand je vous voi rigoureuse au dernier point, je puis voir quelque chose qui par cet endroitlà vaille mieux que vous. Je ne veux point vous tromper; je ne vous aime que parce que je ne connois rien de plus digne d'être aimé; & du jour que j'aurois découvert ailleurs plus de merite , ne comptez plus sur moi. J'ai bien exactement calculé; si ce que vous avez d'esprit & de beauté par deffus les autres, recompensoit le moins de tendresse que vous avez. J'ai trouvé qu'il le recompensoit; & fur cela je me suis mis à vous aimer. Je ne sai pourtant, s'il ne se pourroit pas rencontrer quelque Personne qui aimât assez bien, pour regagner par là les autres avantages que vous auriez sur elle; en ce cas-là, je vous avertirois qu'il faudroit prendre garde à vous; car enfin il ne faut pas vous imaginer qu'il n'y ait au monde que la beauté & l'esprit qui touchent; la tendreste vaut encore son prix, & il est écrit èn groffes lettres sur mon cæur, comme sur la Pomme de Discorde, A la plus aimable.

[ocr errors]
[ocr errors]

A LA ME M E.

LETTRE X.

NE

E favois - je pas bien que l'absence étoit

fort contraire à la tranquillité de mot cour? Je n'ai jamais été plus rempli de vous. Je veux en parler à quelque prix que ce soit , & sur le chemin' même, je mourois d'envie de trouver quelqu'un qui vous connût. Le premier jour de mon voyage je ne rencontrai personne, & je ne pus faire autre chose

que femer toute la route de foupirs qui retournoient fur mes pas. Le lendemain je joignis un Cavalier , dont le bon air & la bonne mine me firent esperer , qu'il seroit Homme à vous connoître. Après que nous eûmes épuisé les lieux communs des Voyageurs, je lui demandai d'où il venoit ; il venoit de... aussi bien que moi. J'esperai beaucoup. Jc le mis en termes generaux sur le chapitre des Dames de la Ville, je me plaignis qu'il n'y en avoit pas une seule qui pût passer pour belle ; & cela, comme vous voyez, pour l'engager à me dire le contraire, & à vous nommer; mais mon Homme ne vouloir entrer dans aucun détail. Il est vrai qu'il me parloit toûjours agreablement,& avec beaucoup de politesse. Enfin plein de Pimpatience de venir à mes fins, je lui nome

me

me comme une belle Personne Mademoiselle de V... & lui demande s'il la connoisloit. II me dit qu'il l'avoir vuë, me voilà plein d'elperance. Je vous nomme; il ne vous connoisloit point, & il me dit pour les raisons qu'il n'avoit fait que passer par... & n'avoit vu que par hazard Mademoiselle de V. Alors je donne un coup d'éperon, & le laisse là. Il vint diner à la même Hôtellerie où j'étois déja arrivé; je ne voulus point le revoir. J'avois bien affaire de sa conversations quelque agréable qu'elle fut, puis qu'il ne parloit point de vous. J'ai été plus heureux à ma Campagne. J'ai trouvé dans ces Déferts éloignez le Baron de... que vous connoissez un peu. Je lui ai fait croire qu'il étoit amoureux de vous pour avoir occasion de lui en parler souvent. Je lui porte votre santé avec un souris fin & malicieux ; & il la reçoit de même. J'avouë que j'achete un peu cher le plaisir de parler de vous. Tout le mérite de cet Homme-là confiste à fe connoître en Bêtes. Il n'a dans l'efprit que ses Chiens & ses Chevaux, & je vous assure que j'ai souvent peine à lui faire quitter. cette matière-là, pour le mettre sur votre chapitre. Aufit je ne lui demande presque pas de réponse; il me fuffit qu'il m'écoute;& au fond le Baron vaut encore mieux qu'un Echo, ou un antre sourd. Quand je ne l'ai point, j'ai de grandes Allées sombres, qui sont extrémement dangereuses pour un Amant; elles infpirent des réveries pernicieuses, & c'est une chofe mortelle que le souvenir de votre beauté fortifié de ces Allées-là. Il y est encore venu des Rossignols , avec qui assurément vous vous

en

entendez. Vous me les avez envoyez afin qu'ils m'enfonçaffent la tendresse dans l'ame par leurs Chansons. Ils les chantent fi bien, qu'il faut qu'ils les ayent apprises de vous. Je suis d'une foiblefle étrange, je n'oferois plus entendre un Ruisseau qui gazouille , que cela ne m'aille au coeur. Quelquefois dans mes promenades, en m'entretenant avec votre idée, je la tutaye, & je dis , Quand te reverrai-je? Quand m'aimeras - tu? N'en soyez point scandalisée. Votre idée m'est devenuë extrémement familiere, & d'ailleurs on vit librement à la Campagne.

[ocr errors][merged small][merged small]

St-il vrai, Monsieur , que vous perdez l'efa

prit? On nous dit que vous devenez Phi. losophe, mais d'une Philosophie la plus extraordinaire du monde. Vous ne croyez plus qu'il y ait de Couleurs; vous soûtenez que

les Bêtes sont des Machines comme des Horloges;

enfin vous renversez tellement toutes choles, que l'on ne fait plus où l'on en eft. J'en parlois l'autre jour à Madame de B... qui est fort de vos amies & qui en verité a bion regret à votre Raison. Elle étrangleroit Delcartes si elle le tenoit. Aussi faut-il avouer que sa Philosophie est une vilaine Philosophie, elle enlaidit toutes les Dames. S'il n'y a point de couleurs, il n'y a donc point de teints; & que deviendront les Lis & les Ro

« PreviousContinue »