Page images
PDF
EPUB

Arifte dont le Ciel, & Louis ont fait choix
Pour regler ma balance, & difpenfer mes loix.
Par lui dans le Barreau fur mon trofne affermie
Je vois heurler envain la Chicane ennemie:
Par lui la Verité ne craint plus l'Imposteur,
Et l'Orphelin n'eft plus devoré du Tuteur.
Mais pourquoi vainement t'en retracer l'image ?
Tu le connois affez, Arifte eft ton ouvrage.
1 C'eft Toi qui le formas dés fes plus jeunes ans.
Son merite fans tache eft un de tes prefens.
Tes divines leçons avec le laict fuccées
Allumerent l'ardeur de les nobles pensées.
Auffi fon cœur pour Toi, brûlant d'un fi beau feu
N'en fit point dans le monde un lâche defaveu,
Et fon zèle hardi toûjours preft à paroiftre,
N'alla point fe cacher dans les ombres d'un Cloistre,
Vale trouver, ma Soeur, à ton augufte nom
Tout s'ouvrira d'abord en fa fainte Maison.
Ton vifage eft connu de fa noble famille.
Tout y garde tes loix, Enfans, Sœur, Femme,
Tes yeux d'un feul regard fçauront le penetrer,
Et pour obtenir tout tu n'as qu'à te montrer.
Là s'arreste Thefnis. La Pieté charmée
Sent renaiftre la joie en fon ame calmée.
Elle court chés Árifte, & s'offrant à fes yeux,
Que me fert, lui dit-elle, Arifte, qu'en tous lieux
Tu fignales pour moi ton zele & ton courage,
Si la Difcorde impie à ta porte m'outrage?
Deux puiflans Ennemis par elle envenimes,
Dans ces murs autrefois, fi faints, fi renommés,
A mes facrés autels font un profane infulte,
Rempliffent tout d'effroi, de trouble, & de tumulte.
De leur crime à leurs yeux va t'en peindre l'horreur,
Sauve moi, fauve les de leur propre fureur.

Elle fort à ces mots. Le Heros en priere
Demeure tout couvert de feux & de lumiere.
De la celefte Fille il reconnoift l'éclat,
Et mande au mefme inftant le Chantre & le Prelat.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Fille.

Mufe, c'eft à ce coup que mon Efprit timide
Dans fa courfe élevée a befoin qu'on le guide,
Pour chanter par quels foins, par quels nobles travaux,
Un Mortel fceut fléchir ces fuperbes Rivaux.

Mais plutoft, Toi qui fis ce merveilleux ouvrage,
Arifte, c'eft à Toi d'en inftruire nôtre âge.
Seul Tu peux reveler, par quel art tout-puiffant,
Tu rendis tout-a-coup le Chantre obeiflant.
Tu fçais par quel confeil raffemblant le Chapitre
Lui mefme, de fa main, reporta le Pupitre,
Et comment le Prelat de ses refpects content,
Le fit du banc fatal enlever à l'instant.

Parle donc : c'eft à Toi d'éclaircir ces merveilles.
Il me fuffit pour moi d'avoir fceu, par mes veilles,
Jufqu'au fixiéme Chant pouffer ma fiction,
Et fait d'un vain Pupitre un fecond Ilion.
Finiffons. Auffi-bien, quelque ardeur qui m'infpire,
Quand je fonge au Heros qu'il me refte à décrire,
Qu'il faut parler de Toi; mon Efprit éperdu.
Demeure fans parole, interdit, confondu,

Arifte, c'eft ainfi qu'en ce Senat illuftre
Où Themis par tes foins reprend fon premier lustre
Quand la premiere fois un Athlete nouveau
Vient combatre en champ clos aux jouftes du Barreau,
Souvent, fans y penfer, ton augufte prefence
Troublant par trop d'éclat fa timide eloquence,
Le nouveau Ciceron tremblant, decoloré,
Cherche envain fon difcours für fa langue égaré,
Envain, pour gagner temps, dans fes tranfes affreuses,
Traine d'un dernier mot les fyllabes honteuses,
Il hefite, il begaye, & le trifte Orateur
Demeure enfin muet aux yeux du Spectateur.

TA

Saint-Amand. Quel fut le partage de Saint-Amand,

19

49

188

Ambition. La force de l'Ambition, L'Ambition a chaffe l'humilité, Ami. Qu'il faut discerner le flateur de l'ami en fait d'ouvrages par efcrit, Amour. Comme il entra dans les pieces de Theatre, & dans les Romans, 136

126

148

150

Que l'amour exprimé chaftement ne doit point eftre banni de la Scene, Amphion fes accords, Anceftres. Voyez Nobleffe. Angeli. Le fort de l'Angeli, Animal. La conduite de l'homme comparée avec l'instinct des Animaux,

20

179

31 & fuiv. Antre de la Sybile, Apelle. Le portrait d'Alexandre refervé pour le pinceau

12

Apelle,
Apollon Dieu bizarre,

130

Apollon ne promet aux Auteurs les plus fçavans qu'un nom des lauriers,

Appetit naifant flaté d'un doux espoir,

Appetit reffufcité,
Architecture. Voyez Abbé.
Ardeur perilleuse,
Ariofte,

Arifte, bomme incomparable,

Arbitre du differend mû entre le Prelat & le Chantre,

fes Fables comiques,

150

176

177

Art de voler eft en vogue aujourd'hui,

Art audacieux,

121

141

189

189

20

SI

Il n'y a rien de fiodieux qui eftant imité par l'Art ne pa-
roiffe agreable.
134

Art divin dont l'on fait un meftier mercenaire, 149
Afne. Fiction du raifonnement de l'Afne à l'égard de

l'Homme,

Avare. Les mœurs d'un Avare,
Avarice. Entretien de l'Avarice avec un Avare, 48,49

L'A

54

33.& fuiv.

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors]

L'Avarice peché univerfel,

82

Augufte. Il faut eftre un Virgile pour chanter un Augufte,

12

19

78

A quoi fert un Augufte fans un Mecenas,
Qu'un Augufte peut faire aisément des Virgiles,
Aumofnier. Confeils d'un Aumofnier à fon Prelat,
Avocat. Defcription d'un jeune Avocat.

157

190

Auteur. Defcription remarquable de la retraite d'un Auteur
defefperé d'acquerir de la repation,
Auteur fans defaut,

17.& fuiv.
22.30

Entretiens fur quelques Auteurs du temps,

Grand nombre d'Auteurs dans Paris,

29

58

Ileft fafcheux à un Auteur de fe voir fans Lecteur,
Regles ennemies aux Auteurs,

74

79

Auteur ami de fes efcrits, & comment il se comporte envers ceux qui les critiquent,

126

Ce fiecle fertile en fots Auteurs,

127

129

Vains Auteurs,

Auteur altier & fa presomption,

133

Auteurs qui appliquent leur propre caractere à tous leurs He-
ros, blafmez, 137. Voyez Theatre.

Auteur agreable fur le Theatre,
L'on ne peut fouffrir un Auteur mediocre en fait de vers,

145

146

148.

148

[ocr errors]

Auteurs dangereux,

Auteur vertueux,

Auteurs dégoûtez de gloire, & affamez d'argent,
Auteurs efclaves de leurs Lecteurs

là mefme

Auteur novice à répandre l'encens,
Auteur emporté d'un faux zele,
Ayeux. Que la longue fuite de grands Ayeux eft inutile à qui
en degenere,
Azile. Voyez Nom.

37

199

97

106

B. Bac

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »