Le barbier de Séville: comédie en quatre actes

Front Cover
Ginn, 1913 - French drama - 161 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 11 - Sierra-Morena, l'Andalousie; accueilli dans une ville, emprisonné dans l'autre, et partout supérieur aux événements ; loué par ceux-ci, blâmé par ceux-là ; aidant au bon temps, supportant le mauvais, me moquant des sots, bravant les méchants, riant de ma misère et faisant la barbe à tout le monde...
Page 8 - Je me crus trop heureux d'en être oublié, persuadé qu'un grand nous fait assez de bien quand il ne nous fait pas de mal.
Page 10 - ... fatigué d'écrire, ennuyé de moi, dégoûté des autres, abîmé de dettes et léger d'argent; à la fin, convaincu que l'utile revenu...
Page 12 - BARTHOLO. Pardon de la liberté ; qu'at-il produit pour qu'on le loue ? Sottises de toute espèce : la liberté de penser , l'attraction , l'électricité , le tolérantisme , l'inoculation , le quinquina , l'encyclopédie et les drames....
Page 6 - LE COMTE. Je crois que c'est ce coquin de Figaro. FIGARO. C'est lui-même, monseigneur. LE COMTE. Maraud! si tu dis un mot... FIGARO. Oui, je vous reconnais ; voilà les bontés familières dont vous m'avez toujours honoré.
Page 25 - FIGARO, vivement Moi, j'entre ici, où, par la force de mon art, je vais, d'un seul coup de baguette, endormir la vigilance, éveiller l'amour, égarer la jalousie, fourvoyer l'intrigue, et renverser tous les obstacles.
Page 8 - Chloris; que j'envoyais des énigmes aux journaux, qu'il courait des madrigaux de ma façon ; en un mot, quand il a su que j'étais imprimé tout vif, il a pris la chose au tragique et in'a fait ôter mon emploi, sous prétexte que l'amour des lettres est incompatible avec l'esprit des affaires.
Page 10 - Voyant à Madrid que la république des lettres était celle des loups, toujours armés les uns contre les autres, et que, livrés au mépris où ce risible acharnement les conduit, tous les insectes, les moustiques, les cousins, les critiques, les maringouins...
Page 8 - Figaro. Quitté? C'est bien lui-même : on m'a desservi auprès des puissances. L'Envie aux doigts crochus, au teint pâle et livide. . . Le Comte. Oh ! grâce ! grâce, ami ! Est-ce que tu fais aussi des vers ? Je t'ai vu là griffonnant sur ton genou, et chantant dès le matin.
Page 10 - LE COMTE. Ta joyeuse colère me réjouit. Mais tu ne me dis pas ce qui t'a fait quitter Madrid. FIGARO. C'est mon bon ange, Excellence, puisque je suis assez heureux pour retrouver mon ancien maître. Voyant...

Bibliographic information