Page images
PDF
EPUB

NOTES

SUR

LES PASTORALES DE LONGUS.

N. B. Les notes marquées Br. appartiennent à Brunck, et sont extrailes de ses manuscrits communiqués au traducteur par MM. les conservaleurs de la Bibliothèque du Roi.

P. 77

LES PASTORALES DE LONGUS,

OU DAPHNIS ET CHLOÉ.

C'est exactement le titre grec : ΛΟΓΓΟΥ ΠΟΙΜΕΝΙΚΩΝ ΤΩΝ ΚΑΤΑ ΔΑΦΝΙΝ ΚΑΙ ΧΔOHN ΛΟΓΟΣ ΠΡΩΤΟΣ.

Ποιμενικά est dit comme Γεωργικά, Βαβυλωνικά, Ρωμαϊκά, Παρθενικικά. L'autre partie du titre répond justement à cette forme usitée chez nous, Daphnis et Chloé. Dion Chrysostome, d'exalos y AcūOIY TÕ Αρχιλόχω περί των κατά τον Νέσσον και Δηϊανείραν. .

Amyot, qui veut paraphraser jusqu'au titre de cet ouvrage, l'ajuste ainsi à l'italienne : les Amours pastorales de Daphnis et de Chloé. Il n'y a point d'amours dans le grec, encore moins d'amours pastorales.

Ibid., 1. 1. En l'ile de Lesbos , chassant en un bois consacré aux Nymphes.

C'est le grec mot à mot. Amyot a mal rendu cela. Voici sa tra

duction : Étant un jour à la chasse en l'isle de Metelin, dedans le bois qui est sacré aux Nymphes, je vis la plus belle chose que je scache jamais avoir vue; c'étoit une peinture d'une histoire d'amour. Dans cette phrase, beaucoup trop longue, Metelin ne se peut souffrir au lieu de Lesbos. Sacré aux Nymphes est un italianisme, sacro alle ninfe. C'était la mode et le bel air du temps d'Amyot de parler italien en français. Dedans le bois est un contre-sens; le grec dit : dans un bois.

P. 77, 1. 3. Une image peinte , une histoire d'a

mour.

Amyot : C'étoit une peinture d'une histoire d'amour. On traduit le plus qu'on peut mot à mot, et souvent, comme en cet endroit, avec la même construction, le même ordre de mots que dans l'original.

Remarquez que l'asyndèle une image , une histoire, n'est point dans Amyot. Cette figure dont les anciens usaient plus sobrement que nous, plait à Longus, et Amyot ne la lui conserve jamais.

Ibid.,

1.

9. étrangers...

Tellement

que plusieurs, méme

C'est le grec. Amyot : Tellement que plusieurs passants.

Ibid., l. 16. Jeunes gens unis par amour.

Allusion à ce qu'il dit ailleurs, p. 114 : « Après que je les ai le matin mis ensemble. » Et en cet autre endroit, p. 85 : « Les envoyèrent aux champs. » Et p. 84 : « Toujours se tenaient ensemble. » Les interprètes, faute de s'être rappelé ces passages, ont

܀

fort mal expliqué ici le mot Guys! OLEVOL, et Amyot a mal traduit : une compagnie de jeunes gens qui s'alloient ébattre aux champs.

P. 78, 1. 5. Si cherchai quelqu'un... entendu...

Tout cela est en trois mots dans le gree. Αναζητησάμενος εξηγητών της εικόνος. Mais εξηγητής ne se peut dire dans notre langue; c'est pourquoi on a consacré cette paraphrase d’Amyot, qui d'ailleurs a de la grace, et est même tout-à-fait du style de Longus.

Ibid., l. 12. Remettre en mémoire de ses amours celui qui autrefois aura été amoureux.

[ocr errors]

Traduction d'Amyot un peu longue pour deux mois, épz.chivta. arquvrider. Mais du moins l'expression est belle, et La Fontaine s'en est servi :

[merged small][ocr errors][merged small]

Le grec est admirable, et faiblement rendu par cette version d'Amyot, qu'on a seulement abrégée. Quelqu'un trouvera-t-il des terines pour dire, μέχρις αν κάλλος ή και οφθαλμοί βλέπωσι.

Ibid., 1. 18. Veuille le Dieu.

Amyot dit : Dieu veuille , et c'est un contre-sens.

Ibid., 1. 19. Mity lène est ville de Lesbos.

[ocr errors]

Amyot : Mitylène est une forte ville en l'isle de Metelin. Pourquoi forte ? et pourquoi ce nom moderne de Melelin , bien moins connu que celui de Lesbos ? C'est comme si l'on faisait dire à Thucydide : Lacédèmone est une forte ville de Turquie.

Ibid., I. 20. Coupée de canaux.

Comme sont aujourd'hui Venise et Mexico.

Amyot n'a point entendu cela; il traduit : environnée d'un canal d'eau de mer qui fue tout à l'entour.

Ibid., I. 22. A voir, vous diriez non une ville, mais comme un amas de petites iles.

Amyot : On diroit que c'est une isle et non pas une ville.

Lisez dans le texte: νομίσεις ου πόλιν οράν, αλλά νήσους. Αλλά ταυτές tñs TÓEWS..... Cette répétition d'ania est une petite naiveté imitee de Platon.

Ibid., l. 23. Environ huit ou neuf lieues loin de cette ville de Mitylène.

Amyot : Loin d'icelle environ cinq quarts de lieue. Il y a dans ce peu de mots beaucoup de fautes. D'abord il ôle la naiveté d'une répétition mise à dessein dans le texte : Mitylène est ville de Lesbos.... environ huit ou neuf lieues loin de cette ville de Mitylene. Πόλις έστι Λέσβου Μιτυλήνη... αλλά ταύτης της πόλεως της Μιτυλίνης..... Ensuite loin d'icelle est style de chicane; ensuite cinq quarts de lieues... Le grec dit deux cents stades, neuf ou dix lieues; et celle circonstance est fort considérable pour la vraisemblance du récit, qui devient tout-à-fait absurde, si la scène est près d'une grande ville , à cinq quarts de lieue. L'innocence des deux bergers, le de

« PreviousContinue »