Page images
PDF
EPUB

xj le traducteur a cru devoir ajouter, pour rendre l'ouvrage encore plus intéressant, .

Vous allez donc accueillir l'offre qui vous est faite, et vous n'aurez pas pris lecture de cet agréable ouvrage, que vous le remettrez en souriant à vos, épouses, pour le transmettre ensuite à vos enfans.

M. Bargeas qui a promis d'en donner l'édition sur papier fin d'Angoulême et en caractères neufs, doit mettre en? regard le français et le patois Limousin sans quoi ce dernier idiome ne serait pas intelligible pour la plupart des Lecteurs. Si ce projet est bien rempli, ce sera un monument pour notre Pays, et le premier de son genre. Votre commission vous propose, MESSIEURS, de souscrire en corps, à raison d'un exemplaire pour chaque Membre de la Société. Le prix de la souscription est de deux francs.

D'après le rapport ci-dessus, la Société déclare agréer la Dédicace et souscrire pour soixante exemplaires.

MARTIN, Secrétaires

[ocr errors]

A MOUSSU LO FOUNTAÎNO.


É qu'as “mèi lou noujàü idé lo francho-varta

D'in de brâvèix tiéz a dé mèïsùnjo,
Té qu'àu nâz d'un grand rèï as prèï lo liberta
Dé dèiboujas 3 loû torts d'au lioun countré lo

júnjo 4,
Lo Fountaino ! té fàchas pas
Si vàu prénèi toun air risible;

Co n'èï gro' pèr té countrufas 5 ;
Sabé plo dé-ségur qué co n'èï pas poussiblé:

Mâs trobé toun libré tan béü !
T'àu тау

dit tan souvén , m'aï t'àu dizé d'énguèiro 6
Qué ïau voudrio qu'àu fusso méü
Per toll loû trônèix'dé lo terro.

M'aï iaü dizé bien tou-de-boun.
Mé suchié bé qué càuqué soť n'én groundé ;
L'iauro toujour de grans rèïs dîs lou moundé,

N’iauro jomaï Lo Fountaino ségound Toù loû poyis , toll loû téns , toll loû agèix

Nén poudran j'omaï fås lour prou 7; Loû jaunèix mai loll vièix, loû païs maï loû

meinajeix

(1) Le noyau.
(2) Coque. !
(3) Dévider.
(4) La génisse,
(5) Contrefaire.
(6) Encore.
(7) Marquer assez leur admiration.

xiij y troben toa chuca bravo lẻycou Qué loû po fàs vénî pů sàjèix. Loû peillaïrèix 8 loû gros-séignours Sé mirén dî tâs porobolas ;

Loû èycouliéz maï loû dotours Gaignén toû à légi tâs mïndras foribolas.

Per fâş lâs robâs 9 d'aü tyrans
Tà parla coumm'un diü lou lingagé d'aû angèix.
Mé né jargoussé må 19 lou potoueï d'aû peyzans
M'aï volé tou-poriéz té boillas d'all louangèix.
É
pèr té poudey fà un brâvé coumplimén

N'aï gro mèitiéz 11 dé rédimén. 12
Né vau mâs répétas tâs foblas ,
Là soun tan lénas! 13 tan aimoblas!
Lour moral'o tan bounn'audour !
É lour sáu 14 tan bouno sobour !
Surtou là soun tan vartodiêras! 15

(Quoiqué n'iàyé d'un pàu goillêras) 16 Qué si lâ tråüillé 19 pas siray plo prou countén

D'ovéy si b’émpluya moun tén.

(8) Éguenillés. (9) Faire la semonce. ( 10 ) Ce mot équivaui au français cochonner , faire mal. (1) Besoin.

(12) Ce mot est pris ici pour tous les livres qui contiennent les préceptes de l'éloquence.

(13) Polies,
( 14 ) Sel.
( 15 ) Qui dit la vérité.
(16) Libres, qui se donnent des libertés.

(17) Ce mot désigne l'action de celui qui se vautrerait en tout sens dans de l'herbe déjà haute.

B

coulantes.

F A B L E P R E MI È R E.

La Cigale et la Fourmi,

Li Cigale ayant chanté

Tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.,
Je vous paîrai, lui dit-elle,
Avant l'oût , foi d'animal,
Intérêt et principal,

NOTES DU PATOIS.

( 1 ) Faim dévorante , faim canine. (2) Mouches de toute espèce.

(3) Panier, sac ou tout autre chose propre à mettre du grain.

(4) Pas un brin. Point du tout,

FABL O P R E MI È R 0.

Lo Cigalo é lo Fermi,

[ocr errors]

s màn counta qu'uno Cigalo
L'hyvér darniér guèt lo fan-galo ,
É vou volé countâs coumén
L'y survenguèt qué-l-accidén.
Tou l'estiü- quélo parporello
Vio fà so bello do moueizello ;
Néi-t-é jour l'iaurias pas vû fås
D'autré méytiéz qué dé chantâs.
Quan lo bizo fuguèt vengudo
Ah ! disse-t-ello , say perdudo!
Pén bri de verme, dé mouchan ! a
Fàu plo que ïau mêré dé fan.
Lo sén onéit crédas fomino
Chaz càüco fermi so vésino
É copounas pèr-mour-de-diü
Déqué broûtâs déich-à l'eytiü.
Bouéï ! praïto mé l'y dissè-t-ello
Per viauré, cảüco bogotello;
Tu siras , (parpoillaü)
Poyado dîs tou lou méy d'aü.
Té tournoraï avec uzuro
Toun gagé 3 maï to nûrituro.
Lo fermi né praït-à dégu,
Soun trobàï faï soun révéingu :
Leï hé, coum-un sait, méinojéro
Mûs lo nêï pén-piàü 4 éizuriéro.

« PreviousContinue »