Page images
PDF
EPUB

Et quant au berger , l'on peut dire

Qu'il était digne de tous maux , Étant de ces gens-là qui sur les animaux

Se font un chimérique empire. Ainsi dit le renard ; et flatteurs d'applaudir.

On n'osa trop approfondir Du tigre, ni de l'ours , ni des autres puissances ,

Les moins pardonnables offenses. Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples matins, Au dire de chacun , étaient de petits saints a L'ane vint à son tour, et dit : J'ai souvenance

(15) Applaudir en battant des mains.

É

D'oillour, l'ey dis soun tort. Dévio-t-eyl-à soun age

Emborossas vôtré posságé ?
Mé né vézé mâs qui un chatimén d'àu céu

Lo méritavo piči béléü.

Quello conaillo ,
Quello rocaillo
Ey ré-que-vaillo
Per fas ripaillo

vou lour véz fa, MOUNSEIGNOUR
Én loû crocan, béüco d'hàunour.
Qu’ey pl-éntàü qué fàï soun prôné
Quéü qué praïch-autour d'un trôné :
Loû grans sount fa pèr vantas,
Loû pitîs per cliopétas. 15
Aussi las bêtias cliopétêrén

Chacuno lour tour las vénguêrén
S'ocusas bounomén doyan lou coumita

Dé tou lou màü qué las vian fa.
Loû jugéys subré chaco phraso
Possovan coumo sur lo brâso ;

É l'ours, lou tigré, måï lou lou
Mougra toà lours grans tors, guérén toujours

rosou. Loû péchà dàu rénar n'eyran mâs no finesso ,

Quis dau singé dầus tours d'odresso
É lou juri, dis tom sou jujomens
Nén aurio fa dé toll presqué dé pitîs séns.

A las fis , l'âne şé présento
L’åüreill-én l'air, l'amo countento,
Dé so wil-du no jomài gu
L'envio de fas màü à dégu.

F

Qu'en un pré de moines passant , La faim , l'occasion , l'herbe tendre, et , je pense,

Quelque diable aussi me poussant , Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net :

A ces mots on cria haro sur le baudet.

Un loup, quelque peu clerc, prouva par sa

harangue

Qu'il fallait dévouer ce maudit animal ,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout le mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable,

( 16 ) Gratter.
(17) Eplucher,
(18) Religieuses.
(19) Licence , liberté non permise,
(20) Bouclée.
( 21 ) Le plus gros de tous les péchés.
( 22 ) Religieuses.
( 23 ) Friand.

SO

Dé béü dé grovéchas, 16 d'eypiàuzas 17

cor'ssïnço Au sé tras-souvèt bien d'uno faut-assez mïnço.

làü m'ocusé, sé-disse-t-eü
Qu'én mo charjo sur moun ponéii

Possan pèr un pra dé béguinas 18 Séntiguéz tou-d’un-co deyminjas mâs norinas.

Quérêyqué l'àudour mé flotèt ,
Quell-herbo fréicho mé téntèt
Béléü lo fan qué mé préisset

Càüqué diablé qué me pousset
Qué sabé ïaü ! mås nén guéz n'eylampiado 19
Minjei no pitito gourjado 20

Dé piss-én-lièt ;
Coumo dégu lo mé boillet,
Iaï regrèt qué lo chio ráübado
É mén coufess-à l'ossemblado.

O lou couqui! ô lou moràü !
Lou veyqui ! lou veyqui ! lou pécha fournicàü ! 21
Sé-crédèt càuqué lou qu'eyro dîs lo tribuno.

quéü lou n'eyro pas d'uno raço coumuno;

I dijian qu'àu vio éyta

Un påü cliar chaz n'ovouca )
Vey qui plo d'oun vèt lo coulêro

D’àu coi countrẻ lo terro,
Coumo fàu éytré scéléra !
Per ráübas l'herbo dîs un pra !
É chåuplas , lou pra de lâs mêras ! 23
Co n'ey pas prou dé lâs golêras.
Qu'àü léchodîéz!.... 23 qual-ey frounta!
Véz-v-åuyi coum-au s'ey vanta

Manger l'herbe d'autrui! quel crime abominable,

Rien que la mort n'était capable . D'expier son forfait. On le lui fit bien voir. Selon que vous serez puissant ou misérable , Les jugemens de cour vous rendront blanc ou noir.

(24) La peine de tous.
( 25) Couvert de haillons.

« PreviousContinue »