Page images
PDF
EPUB

X I. Las Bétias moldudas de lo Pesto.

U

N jour lou boun-diü én coulêro

Boujèt i no molàüdio sur terro ,
Pèr un-piti motas messiéux loû animaux
Qué déypéy tan-de-tén l'y fogian tan dé måü.
Lou boun-diü sobio bé qué jomai lo fomino

Nauz-éntras dis lo cousing
Dàüs réys maï dàüx courtizans
Lo n'ey mas pèr loû péïzans.
Ma lo molàüdi-éyfrountado

Qué ley-doun fuguèt boujado
Eysségo lo gén tout-à-taï , 2
Lo boueyfo bouri-t-ė bolar. 3
Quello molàudi-impitoyablo
Éllo touto soul-ey copablo

Dîs trey jours d'ovey bloda 4
Tou lou chodan 5 dé Louya. 6

Molàüdio qué ré né chasso
Molàüdio qu’én un mou râtell-enté lo passo ,
Lo pesto ( per-qué fàu lo pelas tou-de-boun

Per soun véritablé 'ñoun)
Lo pesto fugtèt doun no tranço généralo

Per touto lo raç-onimalo
Loù féblèyxmäï loû fors, loû grans màï loû pitîs
Créjian toù sén qnas muriz;

8 Is bromovan, 7

{o) Sé tréynoyan,

01)

Les tourterelles se fuyaient ;

Plus d'amour, partant plus de joie. Le lion tint conseil , 'et dit : Mes chers amis,

Je crois que le ciel a permis
Pour nos péchés, cette infortune :

Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux ;
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidens

On fait de pareils dévoûmens.
Ne nous flattons donc point, voyons sans indulgence

L'état de notre conscience.
Pour moi satisfaisant mes appétits gloutons ,

J'ai dévoré force moutons

[ocr errors]

(8) Måle ou femelle pour s'accoupler.
(9) Poursuivre au galop.
(10) Aiguillonne.
(11) Appaiser.

Sey pénsas

A chossas.
Ordré dé fas péniténço ;
Dîs tou l'eyta l'io défénço

Dé prénèy
Pén plozèy
Lo fidello
Tourterello
Pûs né vio

D'oporio 8
N'io pûs dé lou qué covalé g
Loû pâtréys mäï loû moutous ;
N'io pûs dé rénar qu'avalé
Ni poulettas ni dindous.
Ley-doun lou lioun qué gouverno

faï vénia dîs so coverno
Toù loû pitîs mäï toû loû grans
É lour dit « Mous påubrêy-éfans !

& Lou boun-dii nou tolosso IO
« Jomaï l'aï vu tan facha.

Quîs lo mey tan én molisso?

« Co néy mas nôtreys péchas, « Fosan l’y doun lou socrificé

« Dau pu couqui d'entré nou Qué quéüqui tou-sou périssé

« So mor not sàuyoro to.

« làï trouba dîs mo mémôrio « Qu'à Roum-is sé fogiận glorio

« Dé quéü pouén dé religiü

« Pèr opojas 11 lou boun-diü « Vàu dizé coumo ïàü pensé

(C

1

Que m'avaient-ils fait ? nulle offense.

Même il m'est arrivé quelquefois de manger

Le berger.

Je me dévoûrai donc, s'il le faut : mais je pense Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi; Car on doit souhaiter , selon toute justice,

Que le plus coupable périsse. Sire, dit le renard , vous êtes trop bon roi; Vos scrupules font voir trop de délicatesse. Eh bien! manger moutons , canaille , sotte espèce, Est-ce un péché! Non, non : vous leur fites ,

seigneur, En les croquant beaucoup d'honneur.

[graphic]

(C

(

É per v’au prouvas raü coumencé « Lou béü prérniéz mo coufessiü « lai plo , per-loi-segur, offenga quéũ gran-dii !

Déy-pey qué raü saï șur lo terro « Iaü nàï fa péyno justo guerró.

Quan dé moulous qué ïaï bouffa ! 11

Qué mé vian gro jomaï ré fa « laü aï méymo , no-vé, possa pèr mo gourjêro 13

« No bargêro!..... « Moun omita per voù é pèr vôtro santa

« Mé racho lo francho varta.

Hêb-kuro si faü qué périssé,

Qué l'ossemblado mé cháussissé ; « Crézé , pertan , crézé dé bouno-fé Qué chacun d'éü eyci s'occusas coumo me Séy co lou tribunaü né sirio pas copablé

« Dé counéytré lou pů coupablé. « Pensa-v-éntàü ? » Aplo ,

Aplo , dit lou rénar Qué vàu fas pér-tout soun bovar. Aplo! màï podéz-vou ovey gu lo pensado Què vôtro mojesta péch-essey coundamnado ,

Mai mo fẻ quéy pl-un béü pécha !

D'au cha
Quan v'àurias fa lo dégueillo 14
Dé càüco méychant-duveillo !

Dé càüqueys cheytis moutous !
S'î loû minjovan pas, à qué siriant-îs bous !
Y’ovéz croca càüco pitito fillo !

Bouey! co n'ey mas no pécodillo.
Né dirio-t-un pas aprez-tou
Qu'uno barger-ey lou peyrou

« PreviousContinue »