Page images
PDF
EPUB

XXXIX. Les Membres et l'Estomac,

J

E devais par la royauté
Avoir commencé mon ouvrage;
A la voir d'un certain côté,

Messer Gaster en est l'image;
S'il a quelque besoin , tout le corps s'en ressent.
De travailler pour lui les membres se lassant,
Chacun d'eux résolut de vivre en gentilhomme,
Sans rien faire, alléguant l'exemple de Gaster.
Il faudrait, disaient-ils, sans nous qu'il vécût d'air.
Nous suons, nous peinons comme bête de somme;
Et pour qui? pour lui seul : nous n'en profitons pas:
Notre soin n'aboutit qu'à fournir ses repas.
Chômons, c'est un métier qu'il veut, nous faire

apprendre. Ainsi dit, ainsi fait. Les mains cessent de prendre,

Les bras d'agir, les jambes de marcher : Tous dirént à Gaster qu'il en allât chercher. Ce leur fut une erreur dont ils se repentirent.

XXXIX.

(1) Estomac. (2) Dérangement. (3) Se piquerent. (4) De grands imbéciles. (5) Les hachis. (6) Engourdissement, (7) Borne. (8) Garde-manger. (9) Qu'il souffle sa vessie.

XXXIX. Lou Mémbréis é l'Ertouma,

LAU

Au dévio, pèr lo royàuta ,
Ovey couménça moun oubragé.
A lo vizâ d'àu boun coûta

Nôtré péîtràü i n'én éï l'éymagé ;
Chàu ò càique deyroi, tou lou cor s'én réssen.
Un béü jour, countré sé, loû membréîs sé

pouffé yrén 3 Per saromén îs s’éngogêrén Dé viàuré tou bourjézomén. « Pardi ! noû sount dé grandas luras 4

(Sé disserent-is bêtiomén ),

Dé noû boillâ tan dé turmén
« Pèr préporas las farciduras 5
« Dé quéü moussu rôjo-boun-tén !
« Oh ! faut qu'àu gaigné so journado
« Au qu'àu vivo dé l'air d'àu tén,

Qu'êï no chàüso bién décidado ;

É quétto-vé n'an préï nôtré parti.
Màï fitén bien coum-îs vian di.
Loa vòi-qui doan toũ quoan lo loueyno , 6
Las mas né volén ré pûs fas;
Las déns né volén pus mâchas;
Loû péz , planta coumo no bouéyno , ;
Réfuzén netté de marchas.
Qué l'ertouma n'ano. cherchas
Sé méimo dîs lo mạnjodouéyro. 8
Aubé qu'àu bufé so pédouéyro. 26

[ocr errors]

Bientôt les pauvres gens tombèrent en langueur ; Il ne se forma plus de nouveau sang au cæur: Chaque membre en souffrit ; les forces se perdirent

Par ce moyen les mutins virent Que celui qu'ils croyoient oisif et paresseux A l'intérêt commun contribuait plus qu'eux. Ceci peut s'appliquer à la grandeur royale. Elle reçoit et donne ; et la chose est égale. Tout travaille pour elle ; et réciproquement

Tout tire d'elle l'aliment. Elle fait subsister l'artisan de ses peines , Enrichit le marchand , gage le magistrat , Maintient le laboureur, donne paie au soldat, Distribue en cent lieux ses grâces souveraines,

Entretient seule tout l'état.

Ménénius le sut bien dire. La commune s'alloit séparer du sénat. Les mécontens disaient qu'il avait tout l'engpire, Le pouvoir, les trésors , l'honneur, la dignité : Au lieu que tout le mal était de leur côté, Les tributs , les impôts, les fatigues de guerre. Le peuple hors des murs était déjà poste : La plupart s'en allaient chercher une autre terre ,

Quand Ménénius leur fit voir

Qu'ils étaient aux membres semblables : Et par cet apologue, insigne entre les fables

Les ramena dans leur devoiri.

Fin des Fables du premier Tome.

(io) Depuis le soir même." Syi
(11) Ils sont forcés. Po
(12) Du pain noir frotté d'ạill :

Dissèrent-is toù à lové.
Mâs , bién-tôt îs bisquêrén bé
Déypèy l'énsèï 10Îs languiguérén
É lou léndémo counéguérén
Qué quéü quis crégian poressoû,

Troboillavo lou màï dé toù ;
É qué lou sang qué coulo dîs las venas ,

Néi mas-kan lou fruit de sas pénas;
Qué s'îs né volén pas muriz
Is sount viras 11 dé lou nuriz.

Co-qui po s'opplicas à lo grandour royalo
Lo baillo màï lo pren ; lo chàus-éï tout éygalo,

Si noủ trobaillén pèr lou Réï
Au noû counservo nôtreis béï,
É si noù l'y payén lo taillo,

Pèr nod nèit-é jour au trobaillo,
Au payo loû soudars ; protėjo lou marchan;

É lou bourjéï màï lou péyzan,
N'àurian soulomén pas uno quîto frétisso fa

S'iau lour randio pas lo justisso. L'éyta nuriz lou Réï ; lou Réï soutèt l'éyta ;

Qu'éï un randu pèr un préyta.

las Foblas d'du prémiéz Tomé.'

Je crois faire plaisir au Public en insérant , ů la fin de ce Volume, la "Chanson patoise du même Auteur, et dont il est parlé dans l'Épître Dédicatoire.

BARGEAS, éditeur.

EVENVENUE HER

CHANSOU NOUVÉLO Facho pèr no Péyzanto de lo Brégéro; lou béü jour d'àu Mardi-gras.

1808.

Sur l'Air : Avec ma Pipe de tabac.

NTỶ sount to quis genteis drôleis
Qu'hantan veillovan coumo noû,
Qué fogian loû chậuvèz loû bôléîs
En mìnjan nôtréis golétoû.

(bis.)
Hélas quis que van en Russio
Bufforan plo lours pàübréîs déîs ,

É quis qué sount dis l'Itolio
Sé cramén lo péü àu souléï. (bis. )

Qu'éï plo bråvé qué lo jaunesso
Onan fas lour fai dé lauriez;
Is véndran un jour à la messo
Én lour pounpoun dé grénodiéz. (bis.)

« PreviousContinue »