Page images
PDF
EPUB

Màs las li borêrén lou bèt
En châcuno soun colibèt.
Au réypoundèt , las répliquêrén ;
Au sé fâchèt , las sé fàchêrén ;

Las l’éyludinguêren 10 si for
Qu'àu chobèt bounomén pèr créyré d'ovéř tor.

Au fàï mountâ soun fils én croupo.
Mâs vèi-qui bientôt n'autro troupo
Qué lợu trato mâs coum-au fàu.

Moun-diü ! quello gén sount fàu.

Faut vei lo coussïnço plo larjo !
Quel-ầné n'én po pů, du plėjo sou so charjo.

Is van én féïro mâs béléü sa
Co n'éï mâs per vendré lo péü
Dé quello chèïtivo mounturo.
Lou moûniez dé quél-ovanturo
D'éybriguèt tous éîs tou-d'un co.
Ah ! dissèt-eü , co n'éř más co?
Bouéy fouillo qué fuguèz bién so
Dé vouléï plàrré à tou lou moundé,
Tài viàurài coumo me pleiro
É si l'io càücu qué n'én groundé,
Per mo fig-àu sé grotoro.
N’eïcoutan jomai lo lingo

D'aử délézés
Is trouborian toujour ofas sur un'éïpïngo,

Qu'éž lours plozéîs.
Pèr n'én counténtà un, foudrio déypláír-á catré

Màï béléü choba per sé battré.
Laissan dirẻ , fozan lou bé,
Las lüngas se téizoran bé.

XXXVIII. Le Trésor et les deux Hommes.

,

U
N homme n'ayant plus ni crédit ní ressource,

Et logeant le diable en sa bourse ,
C'est-à-dire n'y logeant rien,

S'imagina qu'il ferait bien
De se pendre et finir lui-même sa misère ,
Puisqu'aussi bien sans lui la faim le viendrait faire:

Genre de mort qui ne duit pas
A gens peu curieux de goûter le trépas.
Dans cette intention, une vieille masure
Fut la scène où devait se passer l'aventure :
Il

y porte une corde , et veut avec un clou Au haut d'un certain mur attacher le licou.

La muraille, vieille et peu forte , S'ébranle aux premiers coups, tombe avec un

trésor. Notre désespéré le ramasse, et l'emporte; Laisse là le licou , s'en retourne avec l'or, Sans compter: ronde ou non, la somme plut au sire, Tandis que le galant à grands pas se retire, L'homme au trésor arrive , et trouve son argent

Absent.

mnmm

XXXVIII. Lou Trésor é loủ dous Homéis.

U.

n homé n'oyan pu ni crêdi ni ressourco, Qué vio, pèr-counséquén, tou diâblé dîs so

bourço,
(Co vàu đirẻ qu’àu ny vio rẻ ,)
Vio talomén lo pàu àu véntré.
Dé muriz dé fan du dé sé,
Qu'àu dissèt fàut qué m'ané péndré
Car m'oriboro càücoré.
Au cháusîs no vieillo mozuro
Pèr théâtré dé l'ovanturo;
Au sé muniz d'un boun sédou

Én-d-un propé cliàu dé lambourdo ; Sèi ré dîr-à dégu, prén so lanterno sourdo ,

Oribo sur lou tar vèr lo vieillo méïjou ,
É d'uno mo bien résoludo

Au cougn-à grans co de mariéü
Soun gros cliàu dîs lou mur qué n'éyro pas nouvéü.

Dé lo prémiêro sécoududo

Vèi-qui qué lou mur éybercha Toumb-avé-qu’un trésor qué l'y éyro cocha. Nôtré désespéra lou masso

S'éï s'omuza

A lou counà ,
L'émporto vîtomén é vou påüs-én so plaço.

Soun cliàu , soun martéü , soun liocàu.
Lou méytré d'àu trésor oribo,

Au jur-au crèdo coum-un fàu ,
Au vouleur ! àu sécour! må piü ! dégu n'aribo.

Quoi ! dit-il, sans mourir je perdrai cette somme! Je ne me pendrai pas ! Eh! vraiment si ferai ,

Ou de corde je manquerai. Le lacs était tout prêt, il n'y manquait qu'un homme Celui-ci se l'attache , et se pend bien et beau.

Ce qui le consola , peut-être Fut qu'un autre eût, pour lui , fait les frais du

cordeau, Aussi bien que l'argent le licou trouva' maître. L'avare rarement finit ses jours sans pleurs : Il a le moins de part au trésor qu'il enserre,

Thésaurisant pour les voleurs,

Pour ses parens, ou pour la terre. Mais

que dire du troc que la Fortune fit ? Ce sont là de ses traits ; elle s'en divertit : Plus le tour est bizarre , et plus elle est contente.

Cette déesse inconstante
Se mit alors en l'esprit
De voir un homme se pendre :
Et celui qui se pendit
S'y derait le moins attendre.

7

Coumén! sé disset-éü, sirai dévolisa

Dé tan d'or qu’ovio qui pausa ,

Qué fojio touto mo fortuno!
É né mé pendràï pas ? ... Moun armo! si forài

Aubé dé cordo mancordï.
Mâs pèr bounhur n'iovio qui uno,
Car lou vouleur vio tou prévu
N’y mancavo mâ lou péndu.
L'avar é n'én foguèt l'office
(D'enguêrå bién hurou pèr sé
Qué lo cordo l'y coutèt ré).

Fourtuno! qual-èï toun copriçé ?
N'ioguèt ré dé perdu; argén, péndu, liocàu

Tou fuguèt ploca coum-au fàu.

Souyên quan

Qu'àü lêiçou podén-noû tirà dé quello fablo ?

Qué lo fourtuno n'éï pas fiablo.
Soû copriceîs sount danjéyroll;

lo nơu ri lo sé mouco de noû. Quan quell-îngrato vàù véyré n'homé sé pendré

Vou podéz dîré qu'êï ficha
Fàudro qu’àu chio péndigouilla ,

Lou pàubr-homé ò béü s'en défendré : Más bien souvén qu'éï quéü qu'éï lou péndu

Qué s'y dévio lou mïn attendré.
Lou boun-diü ò éntàü vougu;
Tàü créü êtr-én pa qu'éï én guerro;

Vou né trouboréz sur lo terro
Ré dé ségur nou-ma-kan lo vertu,

Quello-qui né troumpo dégu.

« PreviousContinue »