Page images
PDF
EPUB

Trèis marchans qué pèr-ovanturo
Possovan bellomén 3 au pèt , 4
Vézés-vou quello grando luro
Sé cârâ subré quéü sáumet ,

Péndén qué lou viéï 5 vàï d'a-pèt! N'éï co pas, disén-t-is , lo pû crucll-injuro

Qu'un pèché faïr-à lo noturo ?
Queü béü moussur ò bésouén dé mounturo!

Mài mo-fé noû tén boilloran
Én-d-un locaï à barbo griso !

Saut-à terro tan-qué-tan. 6
Lou paï qu'o pau de càüco crîso,
Lour dit , messieus vou fâchéz pas ,
Noů vou volén bé counténtas.
Vòi-qui doun lou pai de mountas
Au n'oguèt pas fa trénto pas ,
Quîs s'én van rancountrâ trèis fillas.
-- Vizas chidupla quèü viéï motou
Qué crébo quéü jénté garçou ,
Qu'o déijâ bésouén dé béquillas;
Pendén qué quéü viéï sopojou
Sé câro tou-soù èi scrupulo
Coumo lou Papo sur so mulo,
Èivenla 7 subré soun ponéü
Vizas coum-au får lou védéü ! 8
Màï d’énguếr-du créü esséy sagé ?
N'io pû dé védéi à moun agé
Sé dissèt lou viéï tou trébla ,
Vàu dizé tou-puré tou-pla,
Grandas brïngas ! 9 dounâ-vou gardo
Sénté déijâ qué lo moutardo......

L'homme crat avoir tort , et mit son fils en croupes
Au bout de trente pas, une troisième troupe
Trouve encore à gloser. L'un diț: Ces gens sont fous.
Le baudet n'en peut plus: il mourra sous leurs coups.
Hé quoi! charger ainsi cette pauvre bourique!
N'ont-ils point de pitié de leur vieux domestique!
Sans doute qu'à la foire ils vont vendre sa peau.
Parbleu ! dit le meûnier , est bien fou du cerveau
Qui prétend contenter tout le monde et son père.
Essayons toutefois si par quelque manière
Nous en viendront à bout. Ils descendent tous deux:
L'âne en prélassant marche seul devant eux.
Un quidam les rencontre, et dit : Est-ce la mode
Que baudet aille à l'aise, et meủnier s'incommode?
Qui de l'âne ou du maître est fait pour se lasser ?
Je conseille à ses gens de le faire enchåsser.
Ils usent leurs souliers , et conservent leur âne!
Nicolas, au rebours ; car, quand il va voir Jeanne,
Il monte sur sa bête ; et la chanson le dit.
Beau trio de baudels ! le međnier repartit :
Je suis âne, il est vrai , j'en conviens , je l'avoue ;
Mais
que

dorénavant on me blâme, on me loue, Qu'on dise quelque chose , ou qu'on ne dise rien ; J'en veux faire à ma tête. II le fit', 'et fit bien. Quant à vous, suivez Marsou l'amour, ou le prince, Allez , venez , courez ; demeurez en province ; Prenez femme , abbaye, emploi , gouvernement : Les gens en parleront, n'en doutez nullement.

(10) Abasourdirent.
(0) Poul-être.
(12) A redire.

Mås las li borêrén lou bet
Én châcuno soun colibèt.
Au réypoundèt, las répliquêrén ;
Au sé fàchèt, las sé fàchêrén;

Las l’éyludinguêrén 10 si for
Qu'àu chobèt bounomén pèr créyré d'ovéï tor.

Au fàï mountà soun fils én croupo.
Mås vèi-qui bientôt n'autro troupo
Qué lou trato mâs coum-au fàu.
-- Moun-diü! quello gén sount fàu.

Faut vèi lo coussïnço plo larjo !
Quél-áné n'én po pů, du plėjo sou so charjo.

Is van én féïro mâs béléü 13
Co n'éï mâs per vendré lo péč
Dé quello chèïtivo mounturo.
Lou moûniez dé quél-ovanturo
D'éybriguèt tous éis tou-d'un co.
Ah ! dissèt-eü, co n'éř más co?
Bouéy fouillo que fuguèz bien so
Dé vouléï plàïré à tou lou moundé,
Iàu viduràï coumo mé pleiro
É si l'io càücu qué n'én groundé ,,
Per mo fig-au sé grotoro.
N’eïcoutan jomår lo lingo

D'au délézés
Is trouborian toujour ofas sur un'éïpïngo,

Qu'éï lours plozéîs.
Pèr n'én counténtä on, foudrio déyplàrr-á catré

Már béléü choba per sé battré.
Laissan diré, fozan lou bé,
Las lüngas se téizoran bé.

niin

XXXVIII. Le Trésor et les deux Hommes.

Ux homme n'ayant plus ni crédit ní ressource,

Et logeant le diable en sa bourse ,
C'est-à-dire n'y logeant rien,

S'imagina qu'il ferait bien
De se pendre et finir lui-même sa misère,
Puisqu'aussi bien sans lui la faim le viendrait faire:

Genre de mort qui ne duit pas
A gens peu curieux de goûter le trépas.
Dans cette intention, une vieille masure
Fut la scène où devait se passer l'aventure :
II

y porte une corde , et veut avec un clou Au haut d'un certain mur attacher le licou,

La muraille, vieille et peu forte ,
S'ébranle aux premiers

coups ,
tombe avec

trésor. Notre désespéré le ramasse, et l'emporte; Laisse là le licou , s'en retourne avec l'or, Sans compter: ronde ou non, la somme plut au sire, Tandis que le galant à grands pas se retire, L'homme au trésor arrive, et trouve son argent

Absent,

un

[merged small][ocr errors][merged small]

UN

n homé n'oyan pu ni crêdi ni ressourço , Qué vio, pèr-counséquén, tou diâblé dîs so

bourço,
(Co vào dirẻ qu’àu ny vio rẻ ,)
Vio talomén lo pàu àu ventré.
Dé muriz dé fan du dé sé,
Qu'àu dissèt faut qué m'ané pendré
Car m'oriboro càücoré. ,
Au cháusis no

vieillo mozuro
Per théâtré dé l'ovanturo;
Au sé muniz d'un boun sédou

En-d-un propé clidu dé lambourdo ;
Sèi ré dîr-à dégu, prén so lanterno sourdo ,

Oribo sur tou tar vèr lo vieillo méïjou ,
É d'uno mo bien résoludo

Au cougn-à grans co dé martéü
Soun gros cliàu dis lou mur qué n'éyro pas nouvéü.

Dé lo prémiêro sécoududo

Vèi-qui qué lou mur éybercha
Toumb-avé-qu'un trésor qué l'y éyro cocha.
Nôtré désespéra lou masso

S'éi s'omuza

A lou coun'à,
L'émporto vîtomén é vou påüs-én so plaço.

Soun cliàu , soun mariéü , soun liocàu.
Lou méytré d'àu trésor oribo,

Au jur-au crèdo coum-un fàu ,
Au vouleur ! àu sécour! mà piü ! dégu n'aribo.

[ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »