Page images
PDF
EPUB

« Vouillo meimo , léy-doun, chossas lo cham

« boriêro ; « Mâs tou lou moundé guèt rosou. « Vou méimo sobéz bé que, préz dé lâs goutiêras,

Quouéy lo bézi 8 qué las rotieras. « Dïn loû groniez loù mièr boras

« L'io toujour càüquéis cros dé rats. » Lou marchan dèïtoumba 9 foguèt semblan d'àu

(C

créïé,

É dissèt tou-bas, foudro vérré
Si né poudråï pas vèi moun tour.

Au trob'én-éifet, un béü jour,
Lou méinag-eycarta , dé soun dépositari ;

Au n'én foguèt dégoulinûri. 10
Aprèz-co s'én nét couvidas 11

A soupas

Lou paï coumo si dé ré n'éyro.
Quéü pàubr-homé cujèt 12 fås terro

D'au méinagé qu'àu vio perdu. « Dé châz vou , dissét-éü , màï d'oillour sàï véngu. « Nàï gro, pèr-lou-ségur ni mìnja ni bégu,

Déypéï qu'àï perdu moun meinagé ; « N'ovio mas quéü é càücu lou m’an gu

Quérèiqué 13 dis lou vézinagé. »

Moun omi! n'occusez dégu ,
dissèt lou marchan; plaigné vôtr-ïnfourtuno

Mâs hiér-du-sèi sur lo bruno
Mé meym-àï vu lou chovan 14
Qué n'émpourtavo vôtr-éfan

Vers quellas viéïllas mozuras.
A d'autreîs , di lou paï, nas countà quellas luras,

Mon fils en un besoin eût pris le chat-hu ant. Je ne vous dirai point , reprit l'autre, comment : Mais enfin je l'ai vu , vu de mes yeux, vous dis-je;

Et ne vois rien qui vous oblige
D'en douter un momet après ce que je dis.

Faut-il que vous trouviez étrange
Que les chats-huans d'un

pays
Où le quintal de fer par un seul rat se mange
Enlèvent un garçon pesant un demi-cent?
L'autre vit où tendait cette feinte aventure :

Il rendit le fer au marchand,
Qui lui rendit sa géniture.

Même dispute avint entre deux voyageurs.

L'un d'eux était de ces conteurs Qui n'ont jamais rien vu qu'avec un microscope; Tout est géant chez eux : écoutez-les, l'Europe Comme l'Afrique aura des monstres à foison. Celui-ci se croyoit l'hyperbole permise ; J'ai vu , dit-il, un chou plus grand qu'une maison,

( 15 ) Galetas.
(16) Regorgea.
(17) A lis entendre,
( 18 ) Accès.
(19) Un chou.

Dîn quété poïs loû choyans N'émportén pas d'àû drôléîs dé douj-ans ; É vou vou séz léva tro tar pèr m'àu fâs créïré.

Mas you dize que làü ai vu;
É mérité d'ésséy crégu;
Màï mo-fé you forio béü vérré
Doutas qué loû chovans émpourtan loù pitîs ,

Din-t-un poïs
Énté las bêtias sount si fortas ;
Pèr-qué loù rats d'àů golâtàüs 15

L'y mạnjén lou fèr pèr quïntàüs.
Notr-home , per lou co , coumprenguet ques

lïngagé, L'un ramboustiet 16 lou fer é l'àütré lou méinagé. Lou càü d'àû dous fuguèt lou pûs countén?

Noll véyran co dîn-t-un momén.

[ocr errors]

Pèr-qué noù parlén dé vouyagéîs
Vèi-qui dous àûtréîs persounagéîs
Dé lo coufriero d'àû manteurs.
L'un éyro dé quis grans hableurs

Qué vezén tout én-d-uno loupo.
Is àuvirian dé louén no fermi qué goloupo.

Tout ei géan pèr is
Is counéissén toll loû poïs ;

A loû àuvis 17
Én Uropo, coum-én Ofrico ,

Loû liouns s'y trobén à fouéizoud
Dîs soun éisséz 18 dé féür-hyperbolico ,
L'un dissèt sài v'un chàü 19 pûs gros qu’uno mpéïjou.

L'àütré l'y dissèt pas nou ,

Et moi, dit l'autre, un pot aussi grand qu'une

église. Le premier se moquant, l'autre reprit : Tout doux; On le fit

pour

cuire vos choux.

L'homme au pot fut plaisant : l'homme au fer fut

habile.

Quand l'absurde est outré, l'on lui fait trop d'hon

neur

De vouloir , par raison, combattre son erreur : Enchérir est plus court, sans s'échauffer la bile.

Mâs

Mas tan-qué-tan l'y réplico,
Maï qu'êï plo càücoré dé fi!
É mé doun qu'ai vu un toupi
Pûs gran qu'uno bazilico.
Màï dé-ségur.pas-dé-piti.
Lou prémiéz sé mettet dé rîré
Quan vèi-qui l'àütré de l'y dîré;

Quéü toupi vio 'éyta foundu
Exprès pèr fas bulis lou chàü qué v'ovéz vu.

L'homé du toupi 'fuguèt risible,
Mâs l'homé d'àu fer fuguèt fi.
Én lour ézample qu’éï poussiblé
Dé vou ténéï pèr overti.
Si càüqué gran bovar vou counto

Càüco grando dégroziü
Per lou faïr-enrojà tout-viü,
Lo l'y countestéz pas , mâs pèri'y fas bién hounta

A vớtrẻ tour dija nén piỏi,
A Covar, Covar-é-démici.

[ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »