Page images
PDF
EPUB

Mâs souténéï qué sur lo terro

Toù méntént gran é piti !

Ah! si càüqu'àutr-au guèisso di
Mo fé ïàü créïrio bien qu'àu n'én atrio ménti,
Témouén lou boun Ezop-é lou soběn Homéro;

Jomàï d'àû manteurs coumo quis
Né sàurian possas pèr méntîs ;
Lours méyssúnjas 4 sount vartodiêras 5

N'en dit pas qui vàu dé poriêras ;
Lou libré de chacun, dé tou téns tan vanta,

Duroro n'éyternita.
Mås n'én éï pas tout-dé-méïmo

Dé quéü manteur qué sé méïmo
Un jour boillèt , s'êï s’én doutas,
Lås verjas pèr sé fàs fouèitas.

Quéii-d-o-qui n'éyro más no luro;
Voù volé countas l'ovanturo
L'éi drôlo tout-o-fait

Vèi-qui lou fait.
Un marchan én partén per càüqué gran vouyage
Nèt préjas càüqu'omi dé dîs soun vézinagé ,
Dé l'y gardas nas cént liauras 6 dé fèr

Déychio 7 qu'àu véndrio dé sur mèr ,

Ént'àu fogio l'oprentissagé. Moun fèr! sé dissèt-éü quant au fuguèt tourna. « Vôtré fèr ? dissèt l'àütr-én soun air counsterna,

« làü sàï plo facha dé v'àu dire,
« Mâs loû rats lou vant tout mữnja ,
a Vizas si fàu éytr-énroja !

Quéü molhur mé foguèt gro rîré
« Bouconèi touto lo méïjou,

C

A toujours quelque trou. Le trafiquant admire
Un tel prodige, et feint de le croire pourtant.
Au bout de quelques jours il détourne l'enfant
Du perfide voisin ; puis à souper convie
Le père, qui s'excuse , et lui dit en pleurant ;

Dispensez-moi, je vous supplie;
Tous plaisirs pour moi sont perdus.

J'aimais un fils plus que ma vie :
Je n'ai que lui ; que dis-je ! hélas ! je ne l'ai plus !
On me l'a dérobé. Plaignez mon infortune.
Le marchand repartit : Hier au soir sur la brune
Un chat-huan s'en vint votre fils enlever :
Vers un vieux bâtiment je le lui vis porter.
Le père dit : comment voulez-vous que je croie
Qu'un hibou pût jamais emporter cette proie ?

(8) Peu de chose,
(9) Stupéfait.
(10) II l'enleva furtivement.
(1) Inviter.
( 12 ) Faillit.
( 13 ) Apparamment.
( 14 ) Le chat-huan.

« Vouillo méimo , léy-doun, chossas lo cham

« boriêro ; « Mâs tou lou moundé guèt rosou. Voù méimo sobéz bé qué, préz dé las goutiêras,

Quouéy lo bézi 8 qué lâs rotiêras. « Dîn loû groniéz loû mièr boras

« L'io toujour càüquéîs cros dé rats. » Lou marchan dèïtoumba 9 foguèt semblan d'àu

(C

créïré,

É dissèt tou-bas, foudro veïré
Si né poudråï pas vèi moun tour.

Au trob’én-éifèt, un béü jour,
Lou méinag-éycarta , dé soun dépositâri ;

Au n'én foguèt dégoulinári. 10
Aprèz-co s'én nèt couyidas 11

A soupas

2

Lou paï coumo si dé ré n'éyro."
Quéü pàubr-homé cujèt 12 fås terro

D'au méinagé qu'àu vio perdu. « Dé châz voů , dissèt-éü , màï d'oillour såī véngu. « Nàï gro, pèr-lou-ségur ni mìnja ni bégu

Déypéï qu'àï perdu moun méinagé ; « N'ovio mas quéü é càücu lou m’an gu

Quérèiqué 13 dîs lou vézinagé.

Moun omi! n'occusez dégu,
Sé dissèt lou marchan; plaigné vôtr-infourtuno

Mâs hièr-du-sèi sur lo bruno
Mé méym-àï vu lou chovan 14
Qué n'émpourtavo vôtr-éfan

Vers quellas viéïllas mozuras.
A d'autreîs , di lou paï, nas countà quellas luras,

Mon fils en un besoin eût pris le chat-hu ant. Je ne vous dirai point, reprit l'autre, comment : Mais enfin je l'ai vu , vu de mes yeux, vous dis-je;

Et ne vois rien qui vous oblige D'en douter un momet après ce que je dis.

Faut-il que vous trouviez étrange

Que les chats-huans d'un pays
Où le quintal de fer par un seul rat se mange
Enlèvent un garçon.pesant un demi-cent?
L'autre vit où tendait cette feinte aventure :

Il rendit le fer au marchand ,
Qui lui rendit sa géniture.

Même dispute avint entre deux voyageurs.

L'un d'eux était de ces conteurs Qui n'ont jamais rien vu qu'avec un microscope; Tout est géant chez eux : écoutez-les, l'Europe Comme l'Afrique aura des monstres à foison. Celui-ci se croyoit l'hyperbole permise ; J'ai vu , dit-il , un chou plus grand qu'une maison,

( 15 ) Galetas.
( 16 ) Regorgea.
(17) A lis entendre.

( 18 ) Acces.
(19) Un chou.

Dün quété poïs loû choyans N'emportén pas d'àû drôléîs dé douj-ans ; É vou vou séz léva tro tar pèr m'àu fâs créïré,

Mâs vou dizé qué fråü ài vu;
É mérité d'ésséy crégu ;
Màï mo-fé vou forio béü véiré
Doutas qué loû chovans émpourtan lod pitîs ,

Din-t-un poïs
Énté las bêtias sount si fortas;

cirse Per-qué loû rats d'àù golâtàüs 15

L'y mạnjén lou fèr pèr quïntàüs. Nôtr-homé, pèr lou co, coumprenguèt quéti

lïngagés L'un ramboustiet 16 lou fer é l'àütré lou meinagé. Lou càü d'àû dous fuguèt lou pûs countén?

Noû véyran co dïn-t-un momén,

Pèr-qué noù parlén dé vouyagéis
Vèi-qui dous àůtréîs persounagéîs
Dé lo coufriero d'àû manteurs.
L'un éyro dé quis grans hableurs

Qué vézén tout én-d-uno loupo.
Is àuvirian dé louén no fermi qué goloupo.

Tout ei géan pèr is
Is couneissen too lou pois;

A loû àuvîs 17
Én Uropo , coum-én Ofrico ,

Loû liouns s'y trobén à fouéizous
Dîs soun éissez 18 dé féür-hyperbolico ,
L'un disset ïàï v'un chàü 19 pûs gros qu’uno méïjoud

L'àütré l'y dissèt pas nou ,

« PreviousContinue »