Page images
PDF
EPUB

XXX V. L'Homé é soun Eymagé.
U.

N fodar qué s'éïmavo forço ( Maïqué subré quéü pouén n'ovio pas dé jolous)

Dîs lo méülo i màï dîs l'éycorço
Sé crégio bounomén lou půs béü d'àû garçous.

Chiau sé végio d'àû piàü dé júnjo 2
Chiàu fogio lo cerr-én 3 soll éis ,
Chiàu vio lou nâz tou dé bigouéï, 4
É dé lâs cillias 5 dé vorouéï , 6
Qa’éyro toujour lo fàuto d'àû miréî. 7

Co n'éyro mâs quello méïsùnjo
Qué fogio so béüta ; so béüta , soun plozéï.

L'hozar qu'éï souvén un boun méytré,
Un jour l'y vouguèt fås counéïtré
Qu'àu éyro laid coum-un chonéï 8

Mäï pûs ôré qu'un chopitouéï. 9
Quîs counseilléz muets qué nôtras jaunas fillias
Counsultén , pèr lou mạn, trento-vé toll loû jours,

Nôtr-homé nén trobo toujours

Sous soll déîs màï dovan sas cillias , Miréis dis so méïjou , miréîs châz sou omis,

Mireîs mouyéns, grans é pitîs ,
Miréis per mettré dîs lo pocho,

Mireîs pèr-ci , miréîs pèr-làï,
Mireîs chåz loû séignours, miréîs châz lo bosocho.

Ah ! dissè-t-éü, ïài n'y tendràï jomàï!
Quéü véyré manteur m'impourtuno.
Au s'én onèt cherchas fourtuno

Aux lieux les plus cachés qu'il peut s'imaginer, N'osant plus des miroirs éprouver l'aventure. Mais un canal, formé par une source pure ,

Se trouve en ces lieux écartés :
Il s'y voit, il se fâche; et ses yeux irrités
Pensent apercevoir une chimère vaine.
Il fait tout ce qu'il peut pour éviter cette eau :

Mais quoi ! le canal est si beau,
Qu'il ne le quitte qu'avec peine.

On voit bien où je veux venir.
Je parle à tous; et cette erreur extrême

Dis

(10) Tout à la fois. (11) Canal. ( 12") Viviers. (13) Effraya. (14) Derrière (15) Chaque fois. ( 16 ) Laid.

Dîs càüqu'endré bién éycarta ,
Quẻü plan noeyro pas màu jita,
Pèr poudéy mettr-én suréta
Tout à-lo-yé 10 so vonita
É so prétendudo beüta.
Mas vèiqui bé n'autr-ovanturo ,

No sourco d'aïgo viv-é puro
Vio qui fourma un superbé conar; 11

É l'argen n'éyro pas pûs cliar
Qué lou cristàu dé quell-eytancho. 12
Dobor nôtr-homé s'y véguèt ,
So figuro l'éypauriguèt. 13
Tan-qué-tan àu s'én fujiguèt ,
Pèr sé cotas tras 14 càüco brancho ;
Mås lou conar l'y plogio fort,
Vint vé pèr jour du l'y tournavo ,
Vïnt vé pèr jour au s'y miravo ;
E chaco-lo-vé 15 s'y troubavo
Oré 16 dé pûs fort én pûs fort
Màï né vouguèt jomàï vèï tort.

Quan ïàï chercha dîs mo mémorio

Quello brâvo pitit-historio,
Qu’éã b-eyza d'ovinas énté vouillo véniz ;

Vàu vàu dir-ovant dé finiz.
Quéücount-éï tout exprèz fa pèr chacun dé n'åûtréis

Loû mireîs sount lås sotizas d'àû àâtreîs , Noû n'y crézén jomàï vèïré nôtré pourtrait,

Quoiq-au s'y trobé trait-pèr-trait. É quéü brâvé conar énté chacun sé miro, Qué noû répouss-é nou otiro ,

S

Est un mal que chacun se plaît d'entretenir. Notre amé, c'est cet homme amoureux de lui

même :

Tant de miroirs, ce sont les sottises d'autrui ,
Miroirs, de nos défauts les peintres légitimes :

Et quant au canal , c'est celui
Que chacun sait, le livre des maximes.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Qué noû di tant nôtras varta ,
E qué n'éï jomàï éycouta ,
Qu'êï lâs foblas dé Lo Fountaino.
Quéü tan béü libr-éï dévéngu,

Dé l'oungan dé mitoun-mitaino
Qu'éñ bou pèr toù loù màüs é né goris dégu.

Toujours , pèr-tou, chacun lou vanto Nou trobén, dizen-noù, so moralo charmanto,

É nou lou volén toujours vei

Dîs nôtras mas, soû nôtréîs eî, Mâs qual-éï lou vieillar , lo fénno , lou méinagé, Qué quéü libré tan béü ayé randu pûs sagé ?. Hélas! chacun dé noû l'y sé récounéï bé,

Mâs dégu né prén co pèr sé.

[ocr errors]
« PreviousContinue »