Page images
PDF
EPUB

minimi

X X XIII. Lou Chat é lou Rénar.

Lov rénar é lou chat, coumo dous pitîs séns, i

S'én novan én pélerinagé.
(Quan d'àû séns éntàü fan voyage

Co n'éï jomàï à lour déypéns ).
L'un o souén d'èytribas 2 lâs poulas d'àu vilage,

L'àütré gamo 3 càüqué froumagé,
Chacun ràubav-d qui-mièr-mièr;
Is fogian un frico d'anfer;

É quél inoucén bodinagé
Imprimavo lours déns pèr-tou sur lour possagé.
Vou dåïfié 4 dé troubas un poréï 5 dé léyrous

Dé mièr ossurti qué quis dous.

Quan-t-îs fuguêren bién sodous 6 Lou chomi qu'éyro. loung lour poréï éynuyous Pèr l'éycourciz îs disputêrén,

Sé chomoillêrén

S'éygausillêrén.
Lo disput-éï d'un gran sécour.
Dîs läs villas coum-à lo cour
S'éï ello durmirias toujour.

Disputas éï no viéillo modo
Qué pèr d'àu délézéis 7 siro toujour coumodo.

Oprèz véï disputa
Is parlén d'àu prouchén,.
D'all ofas dé l'éyta
Màï d'àu gouvernomen ,

.
Toujour s'éï chorita

R

Le renard au chat dit enfin :

Tu prétends être fort habile , En sais-tu tant que moi ? J'ai cent ruses au sac. Non, dit l'autre, je n'ai qu'un tour dans mon

bissac; Mais je soutiens qu'il en vaut mille. Eux de recommencer la dispute à l'envi. Sur le que si, que non, tous deux étant ainsi,

Une meute appaisa la noise. Le chat dit au renard : Fouille en ton sac, ami ,

Cherche en ta cervelle matoise Un stratagême sur : pour moi , voici le mien. A ces mots sur un arbre il grimpa bel et bien,

L'autre fit cent tours inutiles ,

[ocr errors][merged small]

.

É s'éï discernomen ,
Coumo fan ordinariomén

Forço gén
Qué n'éypargnén pas lo déypénço

Én politiqu'én médisenço.
A-las-fi nôtreîs peleris

Sé critiquerén entré is.
Ta crézèi , vieï motou, to raço bién hobilo ,

Sé venguèt lou rénar au cha ,

Per-mour 8 qué v'hobitas lo villo ? N’én sabé màï qué vou. Idï cén tours dîs moun sa.

Mé n’äï mâs un dîs moun bissa , L'y répoun lou margàü , más quéüqui n'én vàu

millo. M[ânêï. 9 Machiéï. 10 -- Qu'êï fåü.

Noài

pas

ménti. Lour disputo n'én éýro qui Quan no troupo de chéis-de-chasso

Intéroumpêrén lou discour.
L'omi dissèt lou chat, chercho dîs to bécasso ,

Chàusis l'y vîté càüqué tour
É té couseillé bien dé prénéi lou méillour,

Aütromén garro to carcasso.

Per mé, téy, véï; vèiqui lou méü ,
Én méymo tén du grïmpo sur n'horméü

Bién hàut, bién gros , bien fort , bién béü,
Pèr quéüi mouyén sàuvèt so péü. II

Lou pàübré rénar perd lo têto ,
Au court, àu vàï, àu vèt ; jomàï porièro fêto

Né l'ovio to-bé dèigourdi.
Au s'én fiü coumo n'éitourdi,

Entra dans cent terriers , mit cent fois en défaut

Tous les confrères de Brifaut,
Par-tout il tenta des asyles ;

Et ce fut par-tout sans succès :
La fumée y pourvut, ainsi que les bassets.
Au sortir d'un terrier deux chiens aux pieds agiles

L'étranglèrent du premier bond.

Le trop d'expédiens peut gâter une affaire :
On perd du temps au choix, on tente, on veut

tout faire N'en ayons qu'un; mais qui soit bon.

(12) La gorge. (13) Assez,

Au éntro dîn-t-un cros; mas gaïré n'y domouro.; Au n'én changnio d'àumîn diéï-vé d'in-t-UR

quard-houro. Méytré brifàü é soll coufràï Qu'ovian boun naz, lou pérdêrén jomàï.

Au créü so vit-asségurado
Én gaignan lou foun d'un terrier;
Au n'y fut pas que lo fumado
Vèt déliàuras lou prèijounier.
Dous chéîs qué sobian lour méytiéz,
Én lou ropan per lo courgniolo 12
L'y fan dansas lo carmoignolo.

Trop d'expédiéns sount n'émboras

Qué gâto souvén loù ofas. A forço de chausis, lou méillour tén sé passo;

É pèr poudèi vénî à bou Dé gaignâ tàü proucéz, dé prénéï talo plaço

N'io bién prou d'un , mâs qu'àu chio bou.

[ocr errors]
« PreviousContinue »